(Crédit photo: Gilles Boutin - Archives)

SANTÉ. Comme dans d’autres hôpitaux du Québec, l’urgence de l’Hôtel-Dieu de Lévis est présentement victime de débordement, ce qui met ce service sous haute pression.

Par Érick Deschênes - Collaboration spéciale

Le 8 juillet, 55 patients se retrouvaient sur une civière à l’urgence de l’Hôtel-Dieu de Lévis, alors qu’elle a une capacité habituelle de 37 civières. Actuellement, le taux d’occupation de l’urgence est donc de près de 150 %, des statistiques qui sont normalement vues à l’hiver plutôt qu’en plein mois de juillet.

Selon Liliane Bernier, directrice des soins infirmiers au Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA), c’est en raison des effets pervers de la pandémie que l’urgence de l’Hôtel-Dieu enregistre des taux d’occupation jamais vus en été.

«En cours de journée, l’achalandage est normal. Mais plusieurs patients doivent demeurer à l’urgence pour notamment passer des tests supplémentaires, ce qui fait augmenter notre taux d’occupation. C’est une situation constatée dans l’ensemble du réseau de la santé au Québec. Chez nous, plusieurs aînés ont attendu jusqu’à tout récemment pour se présenter à l’urgence parce qu’ils avaient peur de contracter la COVID-19 à l’hôpital. Actuellement, 50 % des gens qui se retrouvent sur des civières à l’urgence sont par la suite hospitalisés», a illustré Mme Bernier, lors d’une entrevue téléphonique le 8 juillet.

Notons que lors de la dernière année, le CISSS-CA a constaté une diminution de 18 000 visites à l’urgence de l’Hôtel-Dieu de Lévis comparativement à l’année précédente (avant la pandémie).

Amener des ressources

Cette importante hausse du taux d’occupation survient cependant à un bien mauvais moment alors que plusieurs employés de l’établissement lévisien sont en vacances, après des mois marqués par la lutte contre la pandémie.

Ainsi, les infirmières qui sont toujours sur le plancher de l’urgence de l’Hôtel-Dieu de Lévis doivent effectuer du temps supplémentaire, volontaire dans la majorité des cas selon Liliane Bernier, pour suppléer au manque d’effectifs. Pour éviter le recours aux heures supplémentaires, le CISSS-CA planche actuellement sur d’autres mesures afin de dépêcher des employés supplémentaires à l’urgence de l’Hôtel-Dieu de Lévis.

«On regarde pour des réassignations, mais on est limité à ce niveau puisque les infirmières de l’urgence ont des compétences spécifiques qui leur permettent de travailler à cet endroit. On travaille sur des embauches et de la formation à l’interne pour trouver des ressources supplémentaires. Également, s’il y a des baisses d’activité dans d’autres services du CISSS, comme dans les cliniques de dépistage de la COVID-19, on peut réassigner des infirmières qui y œuvraient», a expliqué Mme Bernier.

Toutefois, le CISSS-CA n’envisage pas de rouvrir l’urgence du Centre Paul-Gilbert de Charny, comme certains intervenants du réseau de la santé régional le réclament. «Les personnes qui vont normalement à l’urgence de Paul-Gilbert représentent une clientèle ambulatoire. Si une personne qui se rend à Paul-Gilbert doit se retrouver sur une civière, elle va être transférée à l’Hôtel-Dieu de Lévis», a argué la directrice des soins infirmiers de l’organisation.

Vers une amélioration?

Si l’urgence de l’Hôtel-Dieu de Lévis est présentement sous pression, certains signaux positifs donnent espoir à Liliane Bernier de voir la situation s’améliorer au cours des prochains jours.

«Depuis 24 heures, on enregistre une baisse du taux d’occupation. Je n’ai pas de baguette magique, mais j’espère que cette tendance à la baisse se poursuivra pour qu’on retrouve un taux d’occupation comme ceux qu’on enregistre normalement en été», a partagé Mme Bernier.

Notons finalement que la directrice des soins infirmiers du CISSS-CA a tenu à rappeler que malgré l’important taux d’occupation à l’urgence de l’Hôtel-Dieu de Lévis, les personnes qui souffrent d’un important problème de santé nécessitant les soins d’un urgentologue doivent se présenter à l’urgence de l’établissement. Pour tout autre problème de santé, les gens de la région peuvent consulter un omnipraticien ou téléphoner au 811.

Les plus lus

Un chantier de 10 M$ à Laurier-Station

ÉCONOMIE. D’ici les quatre prochaines années, 10 édifices à logements seront érigés sur la rue Talbot, à Laurier-Station. Les promoteurs du projet, Mélanie Picard et Kenny Therriault, investiront au moins 10 M$ pour mener à terme ce projet dont la pelletée de terre officielle marquant le début des travaux a eu lieu le 21 septembre.

Les usines Laflamme Portes et fenêtres vendues

TRANSACTION. Par voie de communiqué, Fenplast a annoncé, le 7 septembre, qu’elle a acquis les actifs résiduels du Groupe Atis, dont les ex-usines de Laflamme Portes et fenêtres de Saint-Apollinaire.

Samuel Boudreault sollicite un premier mandat de maire

POLITIQUE. Samuel Boudreault a été désigné maire de Saint-Patrice-de-Beaurivage en avril dernier à la suite du départ de Nicole Viel-Noonan. Il a décidé de tenter sa chance lors des élections municipales à venir et confirme qu’il pose officiellement sa candidature pour être élu maire de la municipalité le 3 novembre prochain.

Nouvel outil de visibilité pour les pompiers de Laurier-Station

SÉCURITÉ. Depuis plus d’un mois, une douzaine de pompiers de Laurier-Station profitent d’un outil qui leur permet d’accélérer leur temps de réponse aux appels d’urgence. Leur véhicule personnel est maintenant muni d’un feu clignotant vert.

Élections municipales : plusieurs maires élus par acclamation

POLITIQUE. La période de mise en candidature pour les élections municipales a pris fin le 1er octobre. Si certains candidats à la mairie ont été élus par acclamation, d’autres en revanche devront faire campagne pour se faire choisir par la population de leur municipalité. De plus, une municipalité n’a reçu aucune candidature pour le poste de maire.

L’épopée du manoir de Tilly dans un livre

PATRIMOINE. Après plusieurs mois de recherche, Jean-Louis Lessard et Jean-Yves Dionne, deux membres de la Société du patrimoine de Saint-Antoine-de-Tilly, ont récemment accouché de leur nouvel ouvrage, Le Manoir de Tilly. Avec ce livre, les deux Antoniens veulent faire redécouvrir le bâtiment vieux de 235 ans et les personnes qui ont animé l’imposant édifice au cours de son histoire.

Jacques Gourde réélu dans Lévis-Lotbinière

POLITIQUE. Les citoyens de Lévis-Lotbinière ont renouvelé leur confiance envers Jacques Gourde. Lors du scrutin tenu hier, ils ont été 32 228 électeurs à voter pour le candidat du Parti conservateur. Le député sortant a ainsi récolté 51,8 % des votes des quelque 91 618 électeurs inscrits, soit 32 228. Il s’agit d’une avance de 18 767 votes sur son plus proche adversaire, Samuel Lamarche du Bloc qu...

Pour Sainte-Croix présente ses priorités électorales

POLITIQUE. Le parti Pour Sainte-Croix a présenté, le 21 septembre, sa liste de priorités en prévision des élections municipales du 7 novembre prochain.

Succès pour le Festival country de Lotbinière

FESTIVAL. Après avoir été reportée à deux reprises en raison de la COVID-19, la sixième édition du Festival country de Lotbinière a finalement pu avoir lieu. Un peu plus de 10 000 personnes se sont réunies sur les terrains de l’Expo, à Saint-Agapit, les 24, 25 et 26 septembre pour festoyer en compagnie des têtes d’affiche de l’événement.

Vision Laurier-Station veut dynamiser Laurier-Station

POLITIQUE. Conseillère sortante à Laurier-Station, Huguette Charest a décidé de briguer le poste de mairesse de la municipalité. Cette dernière ne se présente pas seule et avec L’Équipe Vision Laurier-Station elle souhaite dynamiser la municipalité.