(Crédit photo: Courtoisie)

PEINTURE. Depuis qu’elle a terminé ses études et qu’elle affirme l’artiste en elle, Alexandra Demers, originaire de Sainte-Croix, expose ses toiles un peu partout, tant en galerie que dans les symposiums. En laissant libre cours à son imagination, la peintre se distingue par sa démarche créative.

Par Émilie Pelletier – Collaboration spéciale

C’est après le secondaire que la jeune femme a décidé que les arts feraient partie de sa vie professionnelle, en plus de ses passe-temps favoris. S’ensuivirent donc des études en design de présentation et en design graphique, à des fins d’exploration. Elle entrevoit d’ailleurs ses changements de plans de carrière comme «un tournant dans ma vie et un élément central de ma démarche artistique».

Toujours à la recherche de nouvelles techniques, Alexandra expérimente le monde de la peinture en utilisant des objets du quotidien pour créer ses œuvres. Du balai au rouleau à pâte, «il n’y a pas de limites pour développer mon style», estime-t-elle. 

La visibilité

Même si elle expose en permanence à la Galerie Zen, dans le Vieux-Québec, depuis 2018, Alexandra ne ménage pas les efforts pour se faire connaître du public. Elle s’est d’ailleurs inscrite au concours automnal d’arts visuels «Chaudière-Appalaches en œuvres – Deuxième vie» tenu par le Musée Marius-Barbeau. Il s’agissait, pour les artistes, de présenter une œuvre sous le concept des 3R environnementaux, soit réduire, réutiliser et recycler. Cet aspect a plu à la peintre de Sainte-Croix qui a été retenue parmi six finalistes de la MRC de Lotbinière.

«J’ai créé un portrait de Jonh Lennon sur un bouchon de bière géant que j’ai fabriqué en bois et moulé en plastique, en intégrant de vraies capsules de bière et de vieux vinyles», illustre-t-elle. J’ai choisi ce personnage parce que, de son époque, il représentait bien les idées écologiques et les causes sociales. La chanson Imagine représente bien aussi la toile, pour le message de paix.» 

Les plus lus

Ça tourne au Moulin du Portage

CULTURE. Le site du Moulin du Portage sera mis en vedette dans la quatrième saison de la websérie jeunesse Ça fout la chienne : Les enfants perdus. L’équipe de tournage était de passage dans la région les 8 et 9 juillet derniers afin de capter les scènes qui seront présentées au public.

Festival de Manseau : l’histoire qui en cache une autre

CULTURE. Bien qu’il ait été un échec, le Festival pop de Manseau demeure gravé dans l’imaginaire collectif. Afin de souligner le 50e anniversaire de ce qui devait être le Woodstock québécois, la municipalité a mandaté l’historien Jacques Crochetière pour rédiger un livre souvenir relatant l’histoire du festival. À travers les pages du recueil qui sera lancé à l’automne, l’auteur reviendra aussi su...

Journée consacrée aux plantes alpines et de rocailles

TOURISME. Le Domaine Joly-De Lotbinière accueillera pour la première fois dimanche le Club des Alpinegiste. Cette activité se déroule dans le cadre de la journée Le premier dimanche du mois, je vais au musée! qui aura lieu le 2 août prochain.

Les petites histoires du pont de Québec

HISTOIRE. Pensez à ce pont vieux de 103 ans qui relie la rive sud et la rive nord du fleuve Saint-Laurent entre Québec et Lévis, ce dernier a été l’hôte d’une foule d’histoires anodines, macabres, mais surtout grandioses. C’est ce que dessine l’auteur lévisien Michel L’Hébreux dans son dernier ouvrage sur le pont de Québec, Curieuses histoires du pont de Québec.

La tenue de festivals de nouveau permise

CULTURE. Depuis le 5 août, un maximum de 250 personnes peut se regrouper dans les lieux extérieurs publics. Une distance de deux mètres devra être maintenue entre les individus et ce, dans la mesure du possible. Du même coup, cela autorise la tenue de festivals.