Hypnose existe depuis 20 ans dans plusieurs municipalités, mais est entré dans ses locaux de Saint-Apollinaire il y a un an. (Crédit photo : Courtoisie)

DANSE. Le studio Hypnose, ouvert depuis un peu plus d’un an, a procédé le 18 août dernier à l’ouverture d’un tout nouveau local au-dessus de celui déjà établi à Saint-Apollinaire. Victime de sa popularité, l’école qui offre des cours multistyles a doublé sa superficie afin d’accueillir un nombre encore plus grand de danseurs.

Par Émilie Pelletier – Collaboration spéciale

Conçue par l’artiste local Yann Lemieux, de l’entreprise LMX art et murale, la nouvelle salle de danse permettra, comme l’espère la directrice de l’établissement, Nathalie Lemay, d’accepter les inscriptions d’environ 200 danseurs supplémentaires aux 300 qui fréquentent déjà le studio Hypnose.

Elle n’est d’ailleurs pas inquiète d’atteindre cet objectif, elle qui estime que plusieurs centaines de personnes se sont déplacées pour venir constater les plus récents aménagements qui ont nécessité des investissements d’environ 20 000$ lors de l’inauguration.

«Ça n’a pris qu’un an pour qu’on atteigne notre pleine capacité, même si l'on offrait déjà des cours 7 jours sur 7. Le nouveau local offre une opportunité de répondre à un besoin, surtout avec les demandes des gens pour offrir de nouveaux styles de danse», explique Mme Lemay.

Elle ajoute d’ailleurs que les troupes compétitives ont doublé en participants et qu’elles «continuent de bien performer», alors qu’une récente compétition a placé l’une de ses troupes au 10e rang pancanadien.

Qualité et variété

Le studio Hypnose compte en effet ouvrir des classes de danse technique, comme le jazz et le ballet, alors qu’elle se spécialisait précédemment dans la danse urbaine, tel que le hip-hop et le breakdance notamment. Des cours familiaux s’ajouteront aussi à l’offre pour la session d’automne, dont le début est prévu le 7 septembre.

«On a embauché des professeurs spécialisés pour ouvrir d’autres groupes et c’est ce qui nous distingue, je crois, des autres écoles de danse. Chacun des profs n’offre qu’un seul style de danse, ce qui nous permet d’avoir des cours de qualité, avance-t-elle fièrement. «La beauté de nos studios créatifs et stimulants créés par Yann Lemieux et la salle de style lounge pour les parents sont d’autres éléments qui sont fort appréciés.»

 

Les plus lus

Ça tourne au Moulin du Portage

CULTURE. Le site du Moulin du Portage sera mis en vedette dans la quatrième saison de la websérie jeunesse Ça fout la chienne : Les enfants perdus. L’équipe de tournage était de passage dans la région les 8 et 9 juillet derniers afin de capter les scènes qui seront présentées au public.

Festival de Manseau : l’histoire qui en cache une autre

CULTURE. Bien qu’il ait été un échec, le Festival pop de Manseau demeure gravé dans l’imaginaire collectif. Afin de souligner le 50e anniversaire de ce qui devait être le Woodstock québécois, la municipalité a mandaté l’historien Jacques Crochetière pour rédiger un livre souvenir relatant l’histoire du festival. À travers les pages du recueil qui sera lancé à l’automne, l’auteur reviendra aussi su...

Journée consacrée aux plantes alpines et de rocailles

TOURISME. Le Domaine Joly-De Lotbinière accueillera pour la première fois dimanche le Club des Alpinegiste. Cette activité se déroule dans le cadre de la journée Le premier dimanche du mois, je vais au musée! qui aura lieu le 2 août prochain.

Les petites histoires du pont de Québec

HISTOIRE. Pensez à ce pont vieux de 103 ans qui relie la rive sud et la rive nord du fleuve Saint-Laurent entre Québec et Lévis, ce dernier a été l’hôte d’une foule d’histoires anodines, macabres, mais surtout grandioses. C’est ce que dessine l’auteur lévisien Michel L’Hébreux dans son dernier ouvrage sur le pont de Québec, Curieuses histoires du pont de Québec.

La tenue de festivals de nouveau permise

CULTURE. Depuis le 5 août, un maximum de 250 personnes peut se regrouper dans les lieux extérieurs publics. Une distance de deux mètres devra être maintenue entre les individus et ce, dans la mesure du possible. Du même coup, cela autorise la tenue de festivals.