Mathieu Mathieu-Pépin a chuté de cette plateforme élévatrice, le 22 octobre 2018. Crédit photo : CNESST

SÉCURITÉ. Par voie de communiqué, la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) a rendu publiques, le 3 mars, les conclusions de son enquête sur l’accident du travail qui a coûté la vie à Mathieu Mathieu-Pépin, soudeur pour l’entreprise Carrière Ray-Car, une division de Sintra, le 22 octobre 2018, à Saint-Flavien.

Par Érick Deschênes – Collaboration spéciale

Rappelons que le soir de l’accident, M. Mathieu-Pépin, un résident de Saint-Georges-de-Beauce âgé de 36 ans, devait effectuer la vérification des courroies des organes de transmission d’un convoyeur à l’aide d’un appareil de levage de travailleurs.

Prenant place au poste de commande de la plateforme de l’appareil dont la flèche était déployée à une hauteur approximative de 11 mètres, Mathieu Mathieu-Pépin a déplacé l’appareil pour effectuer sa tâche.

Lors de ce déplacement, la roue motrice gauche a roulé dans une cavité de 7,6 centimètres de profondeur ayant pour effet de déstabiliser et d’éjecter le travailleur, qui ne portait pas de harnais. M. Mathieu-Pépin a fait une chute de 11 mètres. À l’arrivée des services d’urgence sur place, il a été transporté à l’hôpital, où malheureusement son décès a été constaté.

Causes de l’accident 

 À la suite de son enquête, la CNESST a retenu trois causes pour expliquer l’accident. D’abord, l’arrêt brusque et la rotation de l’appareil de levage, lorsque la roue motrice gauche s’est engagée dans une cavité, ont conféré à la plateforme ainsi qu’à la flèche des déplacements et des vitesses suffisamment importants pour éjecter le travailleur. Ensuite, le travailleur a chuté d’une hauteur approximative de 11 mètres à partir de la plateforme, lors du déplacement de l’appareil de levage sur un sol accidenté.

Enfin, la CNESST estime que la supervision du port du harnais de sécurité par le travailleur à bord de la plateforme était déficiente. À la suite de l’accident, la CNESST a interdit l’utilisation de l’appareil de levage aux fins d’enquête et d’inspection mécanique.

Après l’inspection, la CNESST a autorisé l’utilisation de la plateforme élévatrice. De plus, des correctifs ont été demandés quant à la vérification de la pression des pneus de la plateforme élévatrice, l’élaboration d’une procédure concernant le déplacement de la plateforme élévatrice lorsque la flèche est déployée et une meilleure supervision du port du harnais de sécurité et de sa liaison antichute à bord de l’appareil. Soulignons d’ailleurs que l’employeur s’est conformé à ces exigences.

Suites

Ainsi, pour éviter un tel accident, la CNESST recommande notamment que les travailleurs qui utilisent une plateforme d’un appareil de levage de porter toujours un harnais de sécurité lors de la conduite d’un tel véhicule. Du même souffle, la CNESST a rappelé que par la loi, l’employeur est tenu de prendre les mesures nécessaires pour protéger la santé et assurer la sécurité et l’intégrité physique de ses travailleurs. Il a également l’obligation de s’assurer que l’organisation du travail ainsi que les équipements, les méthodes et les techniques pour l’accomplir sont sécuritaires.

À titre de prévention, la CNESST enverra son rapport à l’Association de la construction du Québec (ACQ), à l’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ), à l’Association des constructeurs de routes et grands travaux du Québec (ACRGTQ) et à l’Association patronale des entreprises en construction du Québec (APECQ) pour les informer de ses conclusions.

Aussi, la CNESST informera les centres de location de plates-formes élévatrices qui offrent de la formation des conclusions de l’enquête.

Finalement, le rapport d’enquête sera transmis au ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur pour diffusion, à titre informatif et à des fins pédagogiques, dans les établissements de formation professionnelle des métiers de l’industrie de la construction.

 

Les plus lus

De nouveaux éléments dans l’affaire Martin Carpentier

FAITS DIVERS. La Sûreté du Québec a confirmé ce matin qu’elle a en main des éléments lui laissant croire que Martin Carpentier, 44 ans de Lévis, serait toujours en vie et se trouverait dans la MRC de Lotbinière. Ce dernier est recherché depuis le 8 juillet.

Collision mortelle à Saint-Gilles

FAITS DIVERS. Deux personnes ont perdu la vie cet après-midi, à Saint-Gilles, lors d’une collision impliquant une moto à trois roues et une voiture. Les événements sont survenus vers 13h45 sur la route 273.

COVID-19 : un nouveau cas à Lévis

SANTÉ. Après une accalmie d'une semaine, les autorités sanitaires ont confirmé, jeudi, qu'un nouveau cas d'infection au coronavirus avait été constaté en Chaudière-Appalaches, plus précisément à Lévis.

Mystérieuse sortie de route sur l’autoroute 20

FAITS DIVERS. Les policiers de la Sûreté du Québec enquêtent actuellement sur une mystérieuse sortie de route survenue le 8 juillet dernier, en soirée, sur l’autoroute 20 Est à la hauteur de Saint-Apollinaire. À l’arrivée des policiers, les occupants du véhicule étaient introuvables. Les recherches ont repris aujourd’hui afin d’éclaircir la question.

«Éléments d’intérêt» retrouvés dans le cas Martin Carpentier

Toujours à la recherche du Lévisien en fuite, Martin Carpentier, dans le secteur de Saint-Apollinaire, la Sûreté du Québec (SQ) a annoncé, ce matin, qu'elle a découvert des «éléments d’intérêt» pour l’enquête dont la nature n’a pas été encore révélée.

Un triste hommage de la mère de Norah et Romy Carpentier

Amélie Lemieux, la mère de Norah et Romy Carpentier dont les corps inertes ont été retrouvés le 11 juillet dans un boisé de Saint-Apollinaire, est venue se recueillir au mémorial érigé au parc des Chutes-de-la-Chaudière accompagnée de sa famille, le 13 juillet.

Incendie majeur dans une ferme de Saint-Agapit

FAITS DIVERS. Un incendie majeur survenu le 9 juillet, en après-midi, dans une ferme de Saint-Agapit a nécessité l’intervention de plus de 75 pompiers.

Norah et Romy Carpentier : le bureau du coroner précise son rôle

ENQUÊTE. L’enquête du coroner sur les morts des Lévisiens Norah et Romy Carpentier ainsi que de leur père, Martin, survenues à Saint-Apollinaire a été confiée à la coroner et avocate Sophie Régnière. Son rapport devrait être déposé dans environ un an.

Martin Carpentier : nouvelle stratégie de communication

FAITS DIVERS. Quatre jours après le début de la chasse à l’homme pour mettre la main au collet de Martin Carpentier, 44 ans, de Lévis, la Sûreté du Québec a décidé, hier soir, de rester muette sur la suite de l’opération de recherche. Ce dernier est recherché par les autorités depuis samedi après la découverte des corps de ses deux filles Norah et Romy dans un boisé de Saint-Apollinaire.

COVID-19 : plus qu'un cas actif en Chaudière-Appalaches

SANTÉ. Comme depuis quelques jours, aucun nouveau cas d'infection au nouveau coronavirus n'a été constaté en Chaudière-Appalaches au cours des 24 dernières heures. Même qu'il n'y a désormais qu'un seul cas actif dans la région, plus précisément à Lévis.