(Crédit photo : Mélanie Labrecque)

COMMUNAUTÉ. La période des Fêtes est toujours attendue avec impatience par Bernard Breton. Chaque année, depuis près de 25 ans, son cœur d’enfant s’exprime par la création d’un village de Noël dans sa résidence de Saint-Agapit. Avec le temps, il y a ajouté de plus en plus de maisonnettes, dont certaines pièces faites à la main. Tant et si bien qu’aujourd’hui, le village ne se trouve plus sous le sapin du salon, mais occupe un peu plus de la moitié d’un solarium.

L’ensemble spectaculaire est composé, en arrière-plan, de six sapins et de plus de 150 petites, maisons, commerces, cinéma et autres bâtiments ainsi que d’un téléphérique et d’une pente de ski. Certaines pièces (cinéma, château, quai) ont été fabriquées par lui et ses enfants (les petits enfants auront aussi la chance de le faire). Il y en a qui ont été achetées dans d’autres pays comme souvenir de voyage, d’autres sont des dons et des cadeaux. Des pièces sont mobiles, d’autres font de la musique. S’ajoutent de nombreux petits personnages qui insufflent la vie à ce village éphémère.

«Cette passion remonte à l’enfance. À l’époque, on construisait un petit village et c’est toujours resté. Je suis arrivé ici il y a 35 ans. Avec les enfants, j’ai commencé à acheter quelques maisons pour faire un petit village. Avec le temps, ç’a toujours grossi et grandi. C’est mon plaisir. Je le crée de toute pièce et j’ai déjà mon idée pour l’année prochaine, mais d’ici là, je vais peut-être changer d’idée. J’y vais toujours avec l’inspiration, tout simplement», a-t-il confié.

L’ancien conseiller municipal ne cache pas son intérêt pour l’urbanisme de là son désir de réalisme

«J’essaie de rendre le tout le plus vivant et naturel possible. Habituellement, j’ai une rue commerciale. Je n’en ai pas fait cette année, cela ne cadrait pas dans mon concept. Je tiens compte de la perspective aussi. [..] Je veux créer un monde dans un monde», a-t-il expliqué.

Chaque année, des amis, des voisins, des collègues de travail, des connaissances et les membres de sa famille viennent admirer le fruit de son travail. Ces visites lui font plaisir et lui permettent de partager sa passion avec son entourage. Cette année est un peu différente. Pandémie oblige, il partage le fruit de son travail sur sa page Facebook.

Patience et minutie

De la conception à l’installation, il faut compter 40 heures de travail. Le montage à lui seul peut prendre de 15 à 20 heures. À 62 ans, M. Breton travaille encore, c’est donc dans ses temps libres, de la fin du mois de novembre et du début du mois de décembre, qu’il crée cette saynète qui est démontée quelques jours après le commencement de la nouvelle année.

Une fois qu’il a commencé le montage et qu’il est relativement avancé, aucun retour en arrière n’est possible, même si parfois il se permet de démonter et de reconfigurer certaines sections.

Pour se simplifier la vie dans les prochaines années. Il explique qu’il est en train de construire des modules où seront déjà installés les fils, les lumières et la neige artificielle. Il n’aura qu’à y mettre les maisons au gré de son inspiration et pourra bouger plus facilement les ensembles.

 

 

 

Les plus lus

Un aîné veut encourager les autres à bouger

COMMUNAUTÉ. À 89 ans, presque 90, Lionel Hamel habite toujours sa résidence de Laurier-Station. Depuis un an, comme plusieurs aînés de la région, il a dû mettre de côté certaines activités qui meublaient son quotidien. Toutefois, ce n’est pas cela qui l’a arrêté et il a trouvé différentes façons de demeurer actif. Aujourd’hui, il souhaite inspirer d’autres aînés à faire de même.

La consultation familles-aînés commencée

COMMUNAUTÉ. La mise à jour des politiques Municipalités amies des aînés (MADA)-Famille vient d’entreprendre une étape importante, celle de la consultation de la population. Depuis le 6 avril et jusqu’au 30 avril, la population a l’occasion de s’exprimer sur ses priorités en répondant à un sondage en ligne.

Un second Relais pour la vie virtuel

COMMUNAUTÉ. La neuvième édition du Relais pour la vie de Lotbinière se déroulera le 12 juin. Pour une deuxième année consécutive, le grand rassemblement de Saint-Apollinaire sera remplacé par un relais virtuel en raison de la pandémie de COVID-19.

Près de 1 M$ pour le soutien aux proches aidants

COMMUNAUTÉ. L’organisme L’Appui pour les proches aidants investit 971 432 $ pour supporter les proches aidants d’aînés de la Chaudière-Appalaches. Cette aide financière s’inscrit dans une enveloppe globale de 18 M$ distribuée à travers le Québec pour financer des services de soutien auprès de ces personnes pour 2021-2022.

Une année difficile pour les proches aidants

COMMUNAUTÉ. Les normes sanitaires et les restrictions mises en place par le gouvernement pour freiner la propagation de la COVID-19 ont eu un impact important chez les proches aidants. Bien qu’ils aient fait preuve de beaucoup de résilience au fil des mois, le Regroupement des personnes aidantes de Lotbinière a noté une augmentation des demandes d’aide qui ont été reçues.

Près de 1 M$ pour le soutien aux proches aidants

COMMUNAUTÉ. L’organisme L’Appui pour les proches aidants investit 971 432 $ pour supporter les proches aidants d’aînés de la Chaudière-Appalaches. Cette aide financière s’inscrit dans une enveloppe globale de 18 M$ distribuée à travers le Québec pour financer des services de soutien auprès de ces personnes pour 2021-2022.