Lors des Journées du patrimoine religieux, les participants pourront notamment suivre une visite guidée de l’église et du cimetière de Saint-Antoine-de-Tilly. Crédit photo : Érick Deschênes

ÉGLISE. Dans le cadre des Journées du patrimoine religieux, la paroisse Sainte-Élisabeth-de-Lotbinière ouvrira les portes de certains de ses lieux de recueillement, les 12 et 13 septembre prochains. À cette occasion, les gens de la région ainsi que les touristes pourront découvrir ou redécouvrir des temples qui ont marqué l’histoire de la MRC de Lotbinière.

Par Érick Deschênes – Collaboration spéciale

Les lieux choisis à Saint-Antoine-de-Tilly et à Saint-Agapit pour cette activité spéciale seront ouverts au public de 12h à 16h, les 12 et 13 septembre. À chaque endroit, des guides seront présents pour faire découvrir la richesse du patrimoine religieux de ces deux communautés. Coronavirus oblige, toutes les consignes sanitaires (désinfection des mains, distanciation sociale et port du masque) seront respectées à la lettre.

À Saint-Agapit, les visiteurs pourront redécouvrir l’église de la communauté, qui a subi une cure de jouvence au cours de l’été. En plus de travaux de peinture sur la toiture, des travaux d’urgence ont dû être menés sur l’oculus, la grande fenêtre de la façade et la maçonnerie du temple construit en 1886 (lire autre texte p.X).

«L’église de Saint-Agapit est l’une des belles églises de la région et l’une des plus grandes de Lotbinière. Lors de la visite, les gens seront à même de découvrir toutes les réparations qui ont été faites au cours des dernières semaines», a expliqué Monique Carrière, la présidente de l’assemblée de fabrique de la paroisse Sainte-Élisabeth-de-Lotbinière.

Une riche histoire à redécouvrir

À Saint-Antoine-de-Tilly, les participants des Journées du patrimoine religieux pourront visiter l’église, le cimetière et la chapelle Saint-Joseph.

«Saint-Antoine-de-Tilly est la plus vieille paroisse de Lotbinière et cela se reflète dans la richesse de son patrimoine religieux. D’ailleurs, l’église de Saint-Antoine est la plus vieille de Lotbinière. Quant au cimetière, on ne le réalise pas, mais il y a plus de monde dans le cimetière, environ 7 000 personnes y reposent, que d’habitants dans la municipalité. Lors d’un passage dans le cimetière, on peut voir toute l’histoire de la communauté et l’évolution des pratiques funéraires, avec ses croix en bois, en métal et les monuments funéraires en pierre», a souligné Mme Carrière.

Rappelons que l’église de Saint-Antoine-de-Tilly a été construite au coeur du village de 1786 à 1788. Classé immeuble patrimonial par le ministère de la Culture en 1963, le temple catholique a un décor intérieur conçu par le célèbre Thomas Baillairgé, qui a été réalisé par le menuisier et sculpteur André Paquet entre 1837 et 1840. Quatre œuvres européennes du fonds Desjardins peuvent également y être vues.

Quant à la chapelle de procession Saint-Joseph, le lieu de recueillement en bois aurait été construit en 1855. Située auparavant sur le chemin de Tilly, la chapelle a été déménagée à l’extrémité est du village, sur le site qui allait devenir l’Espace Raymond-Bergeron. En 2018 et 2019, elle a été restaurée en profondeur par des artisans locaux et des bénévoles à la suite de son déménagement dans ce parc de la municipalité.

Un prix pour un lieu historique?

D’ailleurs, ce projet pourrait bientôt recevoir un insigne honneur. Le déménagement et la restauration de la chapelle Saint-Joseph est l’un des 17 projets en lice afin d’obtenir le prix du public dans le cadre de l’édition 2020 des Prix d’excellence du Conseil du patrimoine religieux du Québec.

Jusqu’au 25 septembre, le public est invité à voter pour son projet coup de coeur en visitant le concours.patrimoine-religieux.qc.ca. Évidemment, les dirigeants de la paroisse Sainte-Élisabeth-de-Lotbinière invitent les Lotbiniérois à voter en grand nombre pour le projet de Saint-Antoine-de-Tilly.

 

 

Les plus lus

St-Agapit : un homme aurait été tué dans une fusillade

Le Bureau des enquêtes indépendantes (BEI) va enquêter sur les circonstances entourant une intervention policière de la Sûreté du Québec, menée à Saint-Agapit le 4 octobre, alors qu'un civil de 41 ans serait décédé au cours d'une fusillade. Huit enquêteurs du BEI ont été envoyés sur place.

Le raisin québécois en vedette

AGRICULTURE. Le raisin de table du Québec compte pour moins de 1 % des raisins consommés par les Québécois. Pour les viticulteurs de la province, il est temps que cela change. C’est pour cette raison qu’une vingtaine d’entre eux ont uni leurs forces et ont lancé officiellement la saison du raisin de table, le 17 septembre dernier.

Le cri du cœur d’une restauratrice

ÉCONOMIE. La région de la Chaudière-Appalaches basculera dans la zone rouge le 1er octobre. Ce niveau d’alerte signifie également un rehaussement des restrictions, notamment la fermeture des salles à manger des restaurants. À bout de souffle et confrontée au manque de personnel provoqué le contexte actuel, Sylvie Fisette, la propriétaire du restaurant Le St-Octave, à Dosquet, n’a pas attendu les c...

COVID-19 : 33 nouveaux cas en Chaudière-Appalaches

SANTÉ. La montée des cas de COVID-19 se poursuit en Chaudière-Appalaches. La région a dépassé hier la barre psychologique des 1 000 cas, avec 1 003 cas confirmés depuis mars. Aujourd’hui, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches a comptabilisé 33 cas supplémentaires, pour 1 036 cas confirmés dans la région.

Restaurants de nouveau fermé une pilule difficile à avaler

ÉCONOMIE. L’annonce que la région de la Chaudière-Appalaches tomberait en zone rouge le 1er octobre, pour une période de 28 jours, a eu l’effet d’une douche froide pour les restaurateurs de la région. Déjà durement éprouvés par le confinement de mars, ces derniers devront une fois de plus user de créativité pour survivre à la fermeture des salles à manger.

La ristourne Desjardins bientôt versée

ÉCONOMIE. Par voie de communiqué, Desjardins a annoncé, le 6 octobre, que les ristournes individuelles de ses membres seront versées au cours des prochaines semaines.

COVID-19 : 24 nouveaux cas et un décès enregistré dans la région

SANTÉ. Si pour une troisième journée le nombre de nouveaux cas de COVID-19 a diminué en Chaudière-Appalaches, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a confirmé jeudi qu'un quatorzième résident de la région a récemment perdu la vie en raison du coronavirus.

COVID-19 : nouveaux sommets de cas et d'hospitalisations en Chaudière-Appalaches

SANTÉ. La Chaudière-Appalaches a atteint un nouveau sommet de nouveaux cas d'infection au coronavirus depuis le début de la crise sanitaire le printemps dernier. Hier, 68 résidents de la Chaudière-Appalaches ont appris qu'ils avaient contracté la COVID-19 tandis que 32 personnes sont hospitalisées dans la région en raison du coronavirus, un autre triste sommet.

COVID-19 : hausse marquée des nouveaux cas et un nouveau décès en Chaudière-Appalaches

SANTÉ. Selon le plus récent bilan du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) sur l'évolution de la pandémie, une hausse marquée des nouveaux cas a été enregistré hier alors que 38 résidents de la Chaudière-Appalaches ont appris qu'ils avaient été infectés par le nouveau coronavirus. De plus, la COVID-19 a récemment provoqué le décès d'une quinzième personn...

Nouvelles restrictions au secondaire : un «sacrifice générationnel» selon les pédiatres

SOCIÉTÉ. Afin de freiner la propagation de la COVID-19, le gouvernement du Québec a annoncé une série de nouvelles contraintes et restrictions le 5 octobre dernier. Ces nouvelles règles touchent principalement les jeunes du secondaire et elles inquiètent l’Association des pédiatres du Québec qui craint un «sacrifice générationnel».