Anaïs Renaud a été percutée par un véhicule sur la rue Principale à Saint-Flavien, accident qui a provoqué son décès plus tard. Crédit photo : Guy Laroche - Archives

PRÉVENTION. Le Bureau du coroner du Québec a rendu publiques, le 5 mars, les conclusions de la coroner Géhane Kamel sur le décès accidentel d’Anaïs Renaud, une fillette de 11 ans, survenu en 2018 à Saint-Flavien. Dans son rapport d’investigation, Me Kamel propose plusieurs recommandations aux autorités pour éviter qu’une telle tragédie se reproduise.

Par Érick Deschênes – Collaboration spéciale

Rappelons d’emblée que c’est en raison d’un accident survenu le 1er mars 2018 que la jeune Anaïs est décédée. Vers 7h25, alors qu’elle marchait en bordure est de la rue Principale (route 271) à Saint-Flavien pour se rendre à son école, la fille de 11 ans a été percutée par un VUS.

Anaïs a alors été heurtée à la tête par le miroir côté passager, a été projetée sur un autre enfant et s’est retrouvée au sol. Les premiers soins ont été administrés par une passante et, à l’arrivée des ambulanciers, la jeune fille était inconsciente. Elle a été transportée au CHUL à Québec où, en dépit des efforts de l’équipe médicale, son décès a été constaté à 21h45 par un médecin du centre hospitalier.

Un peu plus d’un an après la tragédie, la coroner en chef a transmis le dossier à Géhane Kamel, le 19 août 2019, afin d’éclaircir les causes et les circonstances ayant mené au décès de la jeune fille.

Améliorer la sécurité

Si Me Kamel conclut, dans son rapport déposé le 14 février dernier, que la mort d’Anaïs Renaud est un décès accidentel, la coroner a toutefois émis plusieurs recommandations à la Municipalité de Saint-Flavien, à la Commission scolaire des Navigateurs (CSDN), à la Sûreté du Québec (SQ), à la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) et au ministère des Transports du Québec (MTQ).

D’abord, Me Kamel suggère à la CSDN d’offrir le transport scolaire gratuitement aux enfants qui doivent utiliser la route principale pour se rendre à l’école, et ce jusqu’à l’installation d’un trottoir par la municipalité.

D’ailleurs, la coroner attitrée au dossier demande à la Municipalité de Saint-Flavien de reconstruire un trottoir le long de la rue Principale, une infrastructure retirée en 2002 pour permettre l’aménagement d’une piste cyclable.

«En 2002, la Municipalité de Saint-Flavien a fait le choix de retirer le trottoir existant pour prévoir un accotement plus large et y aménager une piste cyclable. Bien que l’intention fût louable, un trottoir demeure une infrastructure qui délimite de manière plus sécuritaire la marche pour les piétons», écrit notamment Me Kamel dans son rapport.

Enfin, Géhane Kamel recommande à la SQ d’être plus vigilante quant au respect des limites de vitesse et des interdictions de stationner sur la rue Principale, au MTQ d’installer «dans les meilleurs délais» un feu clignotant à la demande en face de l’École de la Caravelle afin de s’assurer d’un passage sécuritaire pour les piétons ainsi que de repeindre les lignes jaunes de la traverse piétonne en face de l’école primaire ainsi qu’à la SAAQ de poursuivre ses efforts à l’aide de campagnes de sensibilisation auprès des automobilistes concernant la sécurité des personnes vulnérables et le respect des mesures leur étant adressées. 

Les plus lus

De nouveaux éléments dans l’affaire Martin Carpentier

FAITS DIVERS. La Sûreté du Québec a confirmé ce matin qu’elle a en main des éléments lui laissant croire que Martin Carpentier, 44 ans de Lévis, serait toujours en vie et se trouverait dans la MRC de Lotbinière. Ce dernier est recherché depuis le 8 juillet.

Collision mortelle à Saint-Gilles

FAITS DIVERS. Deux personnes ont perdu la vie cet après-midi, à Saint-Gilles, lors d’une collision impliquant une moto à trois roues et une voiture. Les événements sont survenus vers 13h45 sur la route 273.

COVID-19 : un nouveau cas à Lévis

SANTÉ. Après une accalmie d'une semaine, les autorités sanitaires ont confirmé, jeudi, qu'un nouveau cas d'infection au coronavirus avait été constaté en Chaudière-Appalaches, plus précisément à Lévis.

Mystérieuse sortie de route sur l’autoroute 20

FAITS DIVERS. Les policiers de la Sûreté du Québec enquêtent actuellement sur une mystérieuse sortie de route survenue le 8 juillet dernier, en soirée, sur l’autoroute 20 Est à la hauteur de Saint-Apollinaire. À l’arrivée des policiers, les occupants du véhicule étaient introuvables. Les recherches ont repris aujourd’hui afin d’éclaircir la question.

«Éléments d’intérêt» retrouvés dans le cas Martin Carpentier

Toujours à la recherche du Lévisien en fuite, Martin Carpentier, dans le secteur de Saint-Apollinaire, la Sûreté du Québec (SQ) a annoncé, ce matin, qu'elle a découvert des «éléments d’intérêt» pour l’enquête dont la nature n’a pas été encore révélée.

Un triste hommage de la mère de Norah et Romy Carpentier

Amélie Lemieux, la mère de Norah et Romy Carpentier dont les corps inertes ont été retrouvés le 11 juillet dans un boisé de Saint-Apollinaire, est venue se recueillir au mémorial érigé au parc des Chutes-de-la-Chaudière accompagnée de sa famille, le 13 juillet.

Incendie majeur dans une ferme de Saint-Agapit

FAITS DIVERS. Un incendie majeur survenu le 9 juillet, en après-midi, dans une ferme de Saint-Agapit a nécessité l’intervention de plus de 75 pompiers.

Norah et Romy Carpentier : le bureau du coroner précise son rôle

ENQUÊTE. L’enquête du coroner sur les morts des Lévisiens Norah et Romy Carpentier ainsi que de leur père, Martin, survenues à Saint-Apollinaire a été confiée à la coroner et avocate Sophie Régnière. Son rapport devrait être déposé dans environ un an.

Martin Carpentier : nouvelle stratégie de communication

FAITS DIVERS. Quatre jours après le début de la chasse à l’homme pour mettre la main au collet de Martin Carpentier, 44 ans, de Lévis, la Sûreté du Québec a décidé, hier soir, de rester muette sur la suite de l’opération de recherche. Ce dernier est recherché par les autorités depuis samedi après la découverte des corps de ses deux filles Norah et Romy dans un boisé de Saint-Apollinaire.

COVID-19 : plus qu'un cas actif en Chaudière-Appalaches

SANTÉ. Comme depuis quelques jours, aucun nouveau cas d'infection au nouveau coronavirus n'a été constaté en Chaudière-Appalaches au cours des 24 dernières heures. Même qu'il n'y a désormais qu'un seul cas actif dans la région, plus précisément à Lévis.