Le forage d’un puits de 2 500 mètres afin d’extraire et de stocker du gaz naturel conventionnel pourrait aller de l’avant si Ressources Utica obtient tous les permis nécessaires. (Crédit photo : Archives)

ENVRIONNEMENT. Le dossier des forages à Joly continue de faire des remous au sein d’une partie population qui s’oppose au projet de l’entreprise gazière Ressources Utica. En août dernier, le comité des citoyens de Joly a même déposé une lettre à l’attention du conseil municipal pour tenter de le convaincre de revenir sur sa position favorable à l’élaboration du forage d’un puits sur une terre agricole.

Par Émilie Pelletier – Collaboration spéciale

«Il s’agit d’un projet que nous avons accepté, que nous défendrons, et il n’est pas question de revenir en arrière», s’est d’emblée exprimé le maire de la municipalité, Bernard Fortier, en entrevue avec Le Peuple Lotbinière.

C’est toutefois ce que l’implore de faire Louise Richard, porte-parole du comité citoyen qui existe depuis 2012. Si le dossier perdure depuis environ 7 ans, elle affirme se frapper récemment à une administration municipale et à une entreprise «complètement fermées aux demandes des citoyens».

Le porte-parole de Ressources Utica, Yvan Loubier, avait d’ailleurs soutenu, lors d’activités d’information tenues en juillet, qu’il ne s’agissait pas de gaz de schiste et qu’il n’y aurait pas de fracturation hydraulique, désormais interdite dans la vallée du Saint-Laurent.

«C’est un projet sans fracturation, donc un projet acceptable. Ils veulent simplement voir si notre sous-sol est le même qu’à Saint-Flavien», a renchéri le maire de Joly, qui trouve que les craintes des résidents «sont non-fondées, parce qu’il n’y a pas eu de telle opposition à Saint-Flavien et ça fait 40 ans que ça marche».

«Coquille vide»

Mme Richard concède que ce qui a été présenté par Ressources Utica pour le forage d’un puits de 2 500 mètres, afin d’extraire et de stocker du gaz naturel conventionnel et qui pourrait aller de l’avant si elle obtient tous les permis nécessaires, est «en apparence inoffensif». Or, ce qui l’inquiète, elle et les membres qu’elle défend, c’est le contexte. «À notre avis, accepter ce projet revient à se mettre le bras dans l’engrenage», peut-on lire dans la lettre datée du 14 août déposée au conseil municipal.

Elle juge, en effet, douteux que la compagnie ait récemment embauché sept lobbyistes pour «influencer les décideurs […] pour favoriser le développement de la filiale des hydrocarbures au Québec.» Selon elle, d’autres projets de forages défendus par le mandat des lobbyistes visent les municipalités de Joly, Saint-Flavien, Val-Alain, Dosquet, Lyster et Notre-Dame-de-Lourdes, entre autres.

La création d’une seconde filiale de Ressources Utica, nommée Ressources Utica Joly, préoccupe également Mme Richard, étant donné que cette dernière «n’a pas d’établissement et aucun salarié au Québec», précise-t-elle en se basant sur le registre des entreprises du Québec et craignant que les recours contre la compagnie ne soient limités en cas de problème. «Créer une ‘’coquille vide’’ de ce genre est courant chez les compagnies qui veulent se protéger contre les poursuites et limiter les risques financiers», est-il également écrit dans la lettre.

Pied dans la porte

Louise Richard est convaincue que ce projet «n’est que le début» et qu’elle demande à la municipalité de Joly de revenir sur sa décision «pour protéger ses citoyens». 

Quant à lui, le maire Bernard Fortier demeure ferme. «On maintient notre position et par la suite, s’il y a des changements, on la réévaluera.»

 

Les plus lus

De nouveaux éléments dans l’affaire Martin Carpentier

FAITS DIVERS. La Sûreté du Québec a confirmé ce matin qu’elle a en main des éléments lui laissant croire que Martin Carpentier, 44 ans de Lévis, serait toujours en vie et se trouverait dans la MRC de Lotbinière. Ce dernier est recherché depuis le 8 juillet.

Collision mortelle à Saint-Gilles

FAITS DIVERS. Deux personnes ont perdu la vie cet après-midi, à Saint-Gilles, lors d’une collision impliquant une moto à trois roues et une voiture. Les événements sont survenus vers 13h45 sur la route 273.

COVID-19 : un nouveau cas à Lévis

SANTÉ. Après une accalmie d'une semaine, les autorités sanitaires ont confirmé, jeudi, qu'un nouveau cas d'infection au coronavirus avait été constaté en Chaudière-Appalaches, plus précisément à Lévis.

Mystérieuse sortie de route sur l’autoroute 20

FAITS DIVERS. Les policiers de la Sûreté du Québec enquêtent actuellement sur une mystérieuse sortie de route survenue le 8 juillet dernier, en soirée, sur l’autoroute 20 Est à la hauteur de Saint-Apollinaire. À l’arrivée des policiers, les occupants du véhicule étaient introuvables. Les recherches ont repris aujourd’hui afin d’éclaircir la question.

«Éléments d’intérêt» retrouvés dans le cas Martin Carpentier

Toujours à la recherche du Lévisien en fuite, Martin Carpentier, dans le secteur de Saint-Apollinaire, la Sûreté du Québec (SQ) a annoncé, ce matin, qu'elle a découvert des «éléments d’intérêt» pour l’enquête dont la nature n’a pas été encore révélée.

Un triste hommage de la mère de Norah et Romy Carpentier

Amélie Lemieux, la mère de Norah et Romy Carpentier dont les corps inertes ont été retrouvés le 11 juillet dans un boisé de Saint-Apollinaire, est venue se recueillir au mémorial érigé au parc des Chutes-de-la-Chaudière accompagnée de sa famille, le 13 juillet.

Incendie majeur dans une ferme de Saint-Agapit

FAITS DIVERS. Un incendie majeur survenu le 9 juillet, en après-midi, dans une ferme de Saint-Agapit a nécessité l’intervention de plus de 75 pompiers.

Norah et Romy Carpentier : le bureau du coroner précise son rôle

ENQUÊTE. L’enquête du coroner sur les morts des Lévisiens Norah et Romy Carpentier ainsi que de leur père, Martin, survenues à Saint-Apollinaire a été confiée à la coroner et avocate Sophie Régnière. Son rapport devrait être déposé dans environ un an.

Martin Carpentier : nouvelle stratégie de communication

FAITS DIVERS. Quatre jours après le début de la chasse à l’homme pour mettre la main au collet de Martin Carpentier, 44 ans, de Lévis, la Sûreté du Québec a décidé, hier soir, de rester muette sur la suite de l’opération de recherche. Ce dernier est recherché par les autorités depuis samedi après la découverte des corps de ses deux filles Norah et Romy dans un boisé de Saint-Apollinaire.

COVID-19 : plus qu'un cas actif en Chaudière-Appalaches

SANTÉ. Comme depuis quelques jours, aucun nouveau cas d'infection au nouveau coronavirus n'a été constaté en Chaudière-Appalaches au cours des 24 dernières heures. Même qu'il n'y a désormais qu'un seul cas actif dans la région, plus précisément à Lévis.