(Crédit photo : Archives et Courtoisie)

SOCIÉTÉ. La journée de réflexion régionale sur l’avenir des églises, Ciel, mon église ! a réuni 72 personnes à la salle La Chapelle de Laurier-Station, le 13 mars dernier.

Les organisateurs et intervenants de la journée se sont dits satisfaits de la réponse du public. Élus, représentants de fabrique, citoyens et gens d’affaires ont pris part à l’activité et aux discussions.

«J’ai été enchanté de voir tout le positif qui est ressorti de cette journée. Les gens ne semblaient pas découragés. Nous avons l’embryon de quelque chose. Il devrait y avoir des suites», a constaté le préfet de la MRC de Lotbinière, Normand Côté, quelques jours après la consultation.

Concrètement, le chargé de projet, Claude Crégheur a brossé un portrait de la situation des églises sur le territoire. «Avant qu’on ait à fermer ou vendre des églises, nous en avons encore pour une période de deux à cinq ans. Rien n’est en péril cette année. Cependant, il faut commencer à réfléchir sur la possibilité d’avoir des usages partagés. […] Tant que les communautés ont de l’argent pour payer l’électricité et l’entretien, il n’y a aucune raison de le faire.»

Il a également souligné la présence du comité de citoyens qui s’est récemment formé pour la sauvegarde de l’église d’Issoudun. Cette dernière est fermée au culte depuis plusieurs années et a été mise en vente.

De son côté, Normand Côté abonde dans le même sens et mentionne qu’il faudra peut-être avoir une approche supra locale afin d’assurer la survie de ces bâtiments. «Il faut se permettre de rêver et d’être visionnaire dans tout ce processus. Avant de dire que cela coûte cher, il y a beaucoup à faire. Il ne faut plus réfléchir par municipalité, mais travailler ensemble.»

Enjeux territoriaux

Le responsable de l’aménagement du territoire et de l’urbanisme à la MRC, Pablo Montenegro-Rousseau, a pour sa part, énoncé les différents enjeux territoriaux liés à l’avenir des églises.

«Il y a tout le rôle de place centrale qui doit être pris en considération, comme lieu culturel et de rencontre et de quelles façons on pourrait stimuler les activités qui pourraient s’y dérouler. J’ai abordé des thèmes comme ceux de l’aménagement transitoire temporaire, comme des places éphémères, en attendant de trouver des vocations plus permanentes.»

Ce développement, a-t-il poursuivi, doit se faire en gardant en tête que tout doit se faire dans un esprit de développement durable autant au niveau social, qu’environnemental et économique. Dans une perspective environnementale, les églises pourraient, par exemple, être utilisées afin de ralentir l’étalement urbain. Au niveau économique, elles pourraient accueillir une ou des entreprises.

Peu importe les décisions qui seront prises, il recommande aux municipalités et fabriques de bien cibler les objectifs ainsi que de mettre à contribution les comités consultatifs d’urbanisme afin d’éviter de potentiels conflits d’usages. «Il faut bien réfléchir en amont.»

Au-delà de tous ces enjeux, M. Montenegro-Rousseau a aussi rappelé tout l’aspect identitaire que représentent les églises. «Il faut prendre conscience que si l’église est mise à terre, c’est un repère visuel que l’on perd à tout jamais.»

Les documents liés à la consultation sont disponibles sur le site Internet de la MRC de Lotbinière.

 

 

 

 

Les plus lus

COVID-19 : un nouveau cas à Lévis

SANTÉ. Après une accalmie d'une semaine, les autorités sanitaires ont confirmé, jeudi, qu'un nouveau cas d'infection au coronavirus avait été constaté en Chaudière-Appalaches, plus précisément à Lévis.

COVID-19: la Santé publique est prête à faire face à la deuxième vague

SANTÉ. La progression de la COVID-19 en Chaudière-Appalaches est au ralenti. Depuis le début du mois de juin, on signale l'apparition de moins d’un nouveau cas par jour. Ces chiffres encourageants permettent au Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) de se concentrer sur l’arrivée d’une éventuelle deuxième vague.

COVID-19 : encore deux nouveaux cas en Chaudière-Appalaches

SANTÉ. Comme hier, deux nouveaux cas d'infection au coronavirus ont été confirmés en Chaudière-Appalaches, selon ce que révèle les plus récentes données portant sur l'évolution de la pandémie au Québec.

Ouverts ou fermés le 24 juin et le 1er juillet?

ÉCONOMIE. Le ministère de l'Économie et de l'Innovation a tenu à rappeler aux commerçants et aux consommateurs, le 16 juin, que les commerces de détail devront fermer leurs portes au public le mercredi 24 juin, à l'occasion de la Fête nationale du Québec, et le mercredi 1er juillet, à l'occasion de la fête du Canada.

COVID-19 : deux nouveaux cas en Chaudière-Appalaches

SANTÉ. Selon les plus récentes données portant sur l'évolution de la pandémie de COVID-19 au Québec, deux nouveaux cas d'infection au coronavirus ont été confirmés en Chaudière-Appalaches au cours des 24 dernières heures.

COVID-19 : l'état de la situation à 18h30

Une personne de plus a été testée positive à la COVID-19 en Chaudière-Appalaches, ce qui porte le nombre de cas depuis le début de la pandémie à 513. C'est aussi ce 21 juin que le gouvernement du Québec a dévoilé les offres mises en place pour favoriser le tourisme dans la province cet été.

Les finissants de Pamphile-Le May se disent au revoir

SOCIÉTÉ. Le parcours scolaire des finissants de l’École secondaire Pamphile-Le May de Sainte-Croix a été souligné le 18 juin dernier. Les élèves et leurs parents se sont réunis, en soirée, dans le stationnement de l’établissement pour un gala de fin d’année hors du commun.

COVID-19 : un nouveau cas dans la région

SANTÉ. Selon les plus récentes données portant sur l'évolution de la pandémie de COVID-19, un nouveau cas d'infection au nouveau coronavirus a été constaté en Chaudière-Appalaches au cours des 24 dernières heures.

COVID-19 : une autre journée sans nouveaux cas en Chaudière-Appalaches

SANTÉ. Selon les plus récentes données sur l'évolution de la pandémie de COVID-19 au Québec, aucun nouveau cas d'infection au coronavirus n'a été détecté en Chaudière-Appalaches pour une troisième journée consécutive.

COVID-19 : nouvelle phase de déconfinement pour le secteur sportif

Lors d’un point de presse, la ministre responsable de la Condition féminine ainsi que ministre déléguée à l’Éducation, Isabelle Charest, accompagnée du directeur national de santé publique, Horacio Arruda, a annoncé la reprise des activités dans les infrastructures sportives, dont les salles d’entraînements, les plages publiques et privées ainsi que les matchs de sports collectifs à partir du 22 j...