(Crédit photo : Sindy Duval)

SOCIÉTÉ. Les syndiqués du CPE l’Envol manifestaient en grand nombre ce matin à Sainte-Croix. Ils s’étaient rassemblés devant l’église le 4 novembre, dans le cadre de leur troisième journée de grève consécutive, pour dénoncer la lenteur dans les négociations avec le gouvernement.

Tout comme les 11 000 autres travailleurs en centre de la petite enfance affiliée à la CSN, les syndiqués du CPE l’Envol ont manifesté pour améliorer leurs conditions de travail, mais aussi pour obtenir une meilleure reconnaissance de leur profession. Notons que leur convention collective est arrivée à échéance depuis plus de 18 mois. «On espère que le gouvernement va nous entendre», a indiqué la déléguée syndicale du CPE l’Envol, Louise Bélanger.

Les revendications touchent différents aspects des conditions de travail : le salaire, le ratio d’enfants, le temps pour compléter les dossiers et faire une planification pédagogique, les vacances ainsi que les jours fériés.

L’amélioration de ces différents points est essentielle pour rendre la profession attirante ajoute Mme Bélanger, surtout dans le contexte où il manque déjà de personnel et de la création des 37 000 nouvelles places prévues par le gouvernement.

«Ce que nous voulons c’est d’augmenter nos conditions pour qu’elles soient meilleures parce que présentement les jeunes qui souhaitent devenir éducateur se font rares dans les cégeps. Nos conditions ne sont pas assez bonnes.» Elle mentionne qu’il s’agit de l’un des métiers issus d’une technique au collégial qui est le moins bien rémunéré.

«Nous ne sommes pas reconnues. En 2021, il y en a encore qui pensent que nous ne sommes que des gardiennes d’enfants. Ça fait longtemps que ce n’est plus le cas. On donne des services de qualité.»

Quant à l’offre d’augmentation salariale à ceux qui accepteront de travailler 40 heures par semaine, Louise Bélanger soutient que ce n’est pas ce qu’ils souhaitent.

«Nous ne faisons plus 40 heures par semaine depuis longtemps. Actuellement, les semaines sont de 32 à 35 heures sur quatre jours. Avec des enfants, 40 heures, c’est exigeant. Ce n’est pas ce qu’on veut. On veut garder nos conditions de travail et avoir une augmentation salariale.»

Rappelons que les travailleurs des CPE affiliés à la CSN ont voté, à la fin de l’été, en faveur de 10 jours de grève à déclencher au moment opportun. Les journées de mardi, mercredi et jeudi dernier constituaient les quatrième, cinquième et sixième jour de grève.

 

 

 

 

Les plus lus

«Actes répréhensibles» à la Municipalité de Saint-Antoine-de-Tilly

SOCIÉTÉ. «Des actes répréhensibles auraient été commis à l’égard de la Municipalité de Saint-Antoine-de-Tilly», a soulevé la Direction des enquêtes et des poursuites en intégrité municipale (DEPIM) dans un rapport déposé à la Commission municipale du Québec (CMQ) le 27 septembre dernier et qui vise des agissements de la directrice générale.

Deux Agapitois ont roulé jusqu’à Terre-Neuve

SOCIÉTÉ. Le 30 juin dernier, Lina Giguère et André Croteau ont commencé un périple à bicyclette en autonomie sur les routes du Québec. En roulant vers l’est, sans itinéraire précis, ils se sont rendus jusqu’à Terre-Neuve.

La Randonnée Lotbinière à vélo de retour

CYCLISME. Après une pause forcée de deux ans en raison de la pandémie de COVID-19, la Randonnée Lotbinière à vélo sera de retour le 18 septembre prochain.

Sainte-Agathe célèbrera de nouveau l’automne

FESTIVAL. La municipalité de Sainte-Agathe-de-Lotbinière vibrera au rythme des festivités du Festival d’automne. Du 22 au 25 septembre, les activités de la 42e édition animeront les rues de l’endroit.

Saint-Patrice joint les Incroyables comestibles

SOCIÉTÉ. La municipalité de Saint-Patrice-de-Beaurivage a joint le mouvement des Incroyables comestibles. Elle a inauguré récemment, au Centre d’hébergement pour personnes âgées, de nouvelles installations, soit un bac de jardin surélevé ainsi que deux arbres fruitiers.

Succès pour le bioblitz

ENVIRONNEMENT. Le 3 septembre dernier, près de 150 personnes se sont rendues dans la Forêt de la Seigneurie de Lotbinière pour participer au bioblitz organisé par l’Organisme de bassins versants de la zone du Chêne (OBV du Chêne). Ces derniers ont pu en apprendre plus sur les champignons.

Un succès pour le marché public de Saint-Patrice

SOCIÉTÉ. La municipalité de Saint-Patrice-de-Beaurivage a fait le point sur le dernier été et la première année d’activités de son marché public. Chaque dimanche, les producteurs se réunissaient dans le stationnement de l’église. Selon les responsables, le succès a été au rendez-vous pendant l’été.

Un budget citoyen à Lotbinière

SOCIÉTÉ. La Municipalité de Lotbinière a réservé une somme de 25 000 $ qu’elle dédie à son projet de budget participatif citoyen. Ces fonds permettront à la population de concrétiser un projet sur lequel, elle se sera prononcée.

Une campagne pour l’École des Quatre-Vents

ÉDUCATION. Lowe's Canada tiendra pour une cinquième année sa campagne des Héros Lowe's Canada, jusqu’au 30 septembre. Les quincailleries RONA Placide Martineau de Saint-Apollinaire prendront part à l’initiative.

Un succès pour les fêtes du 150e de Saint-Narcisse-de-Beaurivage

SOCIÉTÉ. Les célébrations du 150e anniversaire de Saint-Narcisse-de-Beaurivage se sont clôturées le 24 septembre dernier. Le comité organisateur trace un bilan positif de l’année de festivités qui viennent de se terminer.