Michel Louvain sera en spectacle à Saint-Agapit le 4 octobre. (Crédit photo : Courtoisie)

SPECTACLE. Véritable icône de la musique québécoise, Michel Louvain n’est pas près d’accrocher son micro. L’interprète de La dame en bleu sera de passage au Complexe des Seigneuries de Saint-Agapit, le 4 octobre prochain, pour donner le tout premier spectacle de sa nouvelle tournée, La Belle Vie.

C’est un Michel Louvain fébrile à l’idée de monter sur les planches qui s’est entretenu avec le Peuple Lotbinière. «J’ai hâte d’embarquer sur la scène et de voir mon public. Ça me manque, a-t-il confié. […] Je suis en train de l’apprendre [le spectacle]. À l’écouter, je suis excité. Je répète mes chansons et je me réveille la nuit pour les chanter. Ça va être un tour de chant assez varié comparativement celui que j’ai fait durant les trois dernières années.»

Ce spectacle, construit avec son chef d’orchestre, regroupera quelques chansons de son plus récent album, La Belle Vie, des classiques de la chanson québécoise, des compositions en anglais, en espagnol et en italien.

«J’ai pigé dans le répertoire d’un tas d'interprètes de mon époque comme Marc Gélinas ou Robert Demontigny. Je fais un hommage à ces artistes. Ça fait 62 ans que je chante cette année et je veux que le public profite de ce bagage. Les gens vont sûrement reconnaître la plupart des chansons que j’ai choisies et les chanter avec moi.»

Les classiques comme La dame en bleu s’y retrouveront aussi, a-t-il assuré. «Les succès de Louvain, on ne touche pas à ça. C’est sacré et ça fera toujours partie du spectacle. Pour y arriver, il faut crémer le gâteau avant de mettre la cerise sur le dessus.»

Nouvel album

Avec son 32e opus, La Belle Vie, le chanteur s’est fait plaisir en enregistrant des titres qui ont marqué l’univers musical des Québécois. Les Quando quando quando, Besame Mucho, C’est magnifique, N’oublie jamais ou Dansons la rose se retrouvent sur ce nouvel opus lancé en avril dernier.

Et pour Michel Louvain, la définition de la belle vie c’est quoi ? «C’est ce que je fais en ce moment. La belle vie pour moi, c’est quand j’arrive sur scène, que le rideau s’ouvre et que le public est là. C’est de revenir à la maison et de recommencer le lendemain», a-t-il simplement répondu, ajoutant que de voir cet amour du public et de remarquer qu’il est au rendez-vous soir après soir l’aide à rester jeune.

D’un autre côté, il constate que son public se renouvelle au fil du temps. Pendant les spectacles, il croise des gens dans la fin de la vingtaine et dans la trentaine qui veulent entendre et découvrir Michel Louvain. «Il y a des jeunes qui viennent avec leur mère ou leur grand-mère. C’est flatteur pour moi de voir la jeune femme de 27-28 ans chanter La dame en bleu. C’est un beau cadeau!»

 

 

Les plus lus

Ça tourne au Moulin du Portage

CULTURE. Le site du Moulin du Portage sera mis en vedette dans la quatrième saison de la websérie jeunesse Ça fout la chienne : Les enfants perdus. L’équipe de tournage était de passage dans la région les 8 et 9 juillet derniers afin de capter les scènes qui seront présentées au public.

Festival de Manseau : l’histoire qui en cache une autre

CULTURE. Bien qu’il ait été un échec, le Festival pop de Manseau demeure gravé dans l’imaginaire collectif. Afin de souligner le 50e anniversaire de ce qui devait être le Woodstock québécois, la municipalité a mandaté l’historien Jacques Crochetière pour rédiger un livre souvenir relatant l’histoire du festival. À travers les pages du recueil qui sera lancé à l’automne, l’auteur reviendra aussi su...

Journée consacrée aux plantes alpines et de rocailles

TOURISME. Le Domaine Joly-De Lotbinière accueillera pour la première fois dimanche le Club des Alpinegiste. Cette activité se déroule dans le cadre de la journée Le premier dimanche du mois, je vais au musée! qui aura lieu le 2 août prochain.

Les petites histoires du pont de Québec

HISTOIRE. Pensez à ce pont vieux de 103 ans qui relie la rive sud et la rive nord du fleuve Saint-Laurent entre Québec et Lévis, ce dernier a été l’hôte d’une foule d’histoires anodines, macabres, mais surtout grandioses. C’est ce que dessine l’auteur lévisien Michel L’Hébreux dans son dernier ouvrage sur le pont de Québec, Curieuses histoires du pont de Québec.

La tenue de festivals de nouveau permise

CULTURE. Depuis le 5 août, un maximum de 250 personnes peut se regrouper dans les lieux extérieurs publics. Une distance de deux mètres devra être maintenue entre les individus et ce, dans la mesure du possible. Du même coup, cela autorise la tenue de festivals.