Crédit photo : Grizzli Photo

CULTURE. Bien que la pluie ait miné quelques activités prévues, le festival Contabadour, qui regroupe les univers du conte, du cirque et de la musique, dresse un bilan somme toute positif de sa cinquième édition, qui s’est tenue du 16 au 18 août derniers au parc de la Chute de Sainte-Agathe.

Par Émilie Pelletier - Collaboration spéciale

Puisque la vaste majorité des activités étaient organisées à l’extérieur sous la thématique «À la plage», certaines ont dû être déplacées sous un chapiteau et ont donc accueilli un nombre de visiteurs plus modeste.

Grosso modo, la directrice générale et artistique de l’événement, Anaïs Palmers, estime avoir rassemblé une foule semblable à celle de l’année dernière, même si celle espérée était plus grande. «Les gens qu’on a reçus, je pense qu’ils étaient d’avis que c’était tout aussi plaisant et peut-être même plus qu’il n’y ait pas trop de monde, parce qu’une température comme celles-ci c’est rassembleur», avance-t-elle.  

Ce sont autant des familles que des couples ou des amis qui se sont retrouvés dans le lieu «intime» qu’est le parc de la Chute de Sainte-Agathe. C’est d’ailleurs l’un des éléments qui distingue Contabadour des autres festivals, selon Mme Palmers. «Notre festival offre trois dimensions des festivals qui existent ailleurs en les regroupant dans un lieu qui est un joyau caché. On est un festival émergent. Donc, oui, on voudrait qu’il y ait plus de monde, mais en même temps ça crée un moment où tous apprennent à se connaître», poursuit la directrice générale.

Des nouveautés pour perdurer

Parmi les nouveautés qui ont retenu l’attention, Mme Palmers parle du tournoi de pétanque comme d’un succès, ainsi que de la soirée contes autour du feu, laquelle donnait une «ambiance différente des autres soirs par son intimité et sa tranquillité».

Une collaboration avec le Cercle des Fermières de Saint-Agathe a aussi été appréciée des visiteurs, alors que leurs serviettes de bain tissées sur lesquelles était apposé le logo de l’événement étaient vendues. Mme Palmers explique ce geste par la volonté de demeurer local.  

L’organisation soutient qu’il est trop tôt pour s’avancer quant à la thématique qui pourrait être retenue l’année prochaine pour une sixième édition du festival Contabadour, mais qu’elle prévoit conserver au cœur de sa programmation les activités qui sont devenues «des incontournables» au fil du temps, comme le collectif gueule de bois du dimanche. De nouvelles activités pourraient aussi s’insérer aux festivités pour les éditions à venir. 

Les plus lus

Ça tourne au Moulin du Portage

CULTURE. Le site du Moulin du Portage sera mis en vedette dans la quatrième saison de la websérie jeunesse Ça fout la chienne : Les enfants perdus. L’équipe de tournage était de passage dans la région les 8 et 9 juillet derniers afin de capter les scènes qui seront présentées au public.

Festival de Manseau : l’histoire qui en cache une autre

CULTURE. Bien qu’il ait été un échec, le Festival pop de Manseau demeure gravé dans l’imaginaire collectif. Afin de souligner le 50e anniversaire de ce qui devait être le Woodstock québécois, la municipalité a mandaté l’historien Jacques Crochetière pour rédiger un livre souvenir relatant l’histoire du festival. À travers les pages du recueil qui sera lancé à l’automne, l’auteur reviendra aussi su...

Journée consacrée aux plantes alpines et de rocailles

TOURISME. Le Domaine Joly-De Lotbinière accueillera pour la première fois dimanche le Club des Alpinegiste. Cette activité se déroule dans le cadre de la journée Le premier dimanche du mois, je vais au musée! qui aura lieu le 2 août prochain.

Les petites histoires du pont de Québec

HISTOIRE. Pensez à ce pont vieux de 103 ans qui relie la rive sud et la rive nord du fleuve Saint-Laurent entre Québec et Lévis, ce dernier a été l’hôte d’une foule d’histoires anodines, macabres, mais surtout grandioses. C’est ce que dessine l’auteur lévisien Michel L’Hébreux dans son dernier ouvrage sur le pont de Québec, Curieuses histoires du pont de Québec.

La tenue de festivals de nouveau permise

CULTURE. Depuis le 5 août, un maximum de 250 personnes peut se regrouper dans les lieux extérieurs publics. Une distance de deux mètres devra être maintenue entre les individus et ce, dans la mesure du possible. Du même coup, cela autorise la tenue de festivals.