Photo : Courtoisie

CULTURE. Le presbytère de Leclercville accueille actuellement l’exposition du Musée des Grands Québécois. Présentée par l’artiste Marie-Josée Hudon, l’exposition permet d’en apprendre plus sur les Québécois qui ont forgé l’histoire du Québec.

«La mission est de célébrer le patrimoine humain du Québec. Cela n’existait tout simplement pas. Ça me semblait tellement évident qu’il fallait que quelqu’un le fasse», a résumé l’artiste et fondatrice du musée itinérant, Marie-Josée Hudon.

Les visiteurs pourront découvrir trois salles où ils pourront participer à un atelier éducatif, rencontrer quelques-unes des figures qui ont marqué le Québec : René Lévesque, Michel Chartrand, Félix Leclerc, Thérèse Casgrain, Jean Béliveau, Pierre Falardeau, Gérald Godin, Gerry Boulet, Andrée Plamondon Boucher (mairesse de Sainte-Foy et de Québec), Anne Hébert et Frédéric Bach ainsi que passer par une salle consacrée uniquement à Samuel de Champlain.

«De toutes les expositions que j’ai faites, c’est la plus équilibrée et la plus achevée», a résumé Marie-Josée Hudon. Chaque personnage historique sera présenté par un texte. Du côté du fondateur de la ville de Québec, Samuel de Champlain, on en apprendra un peu plus à son sujet allant de l’anecdote aux faits marquants de son passage en Nouvelle-France.

«On y parle de l’histoire de l’astrolabe. Il s’agit d’un instrument de mesure pour connaître sa position sur l’océan. […] Champlain en avait plusieurs et en a probablement échappé un. En 1867, l’année de fondation du Canada, un agriculteur qui travaillait à son champ a retrouvé un astrolabe, une assiette et un gobelet qu’on présume avoir appartenu à Champlain. L’instrument s’est promené de main en main, est allé aux États-Unis pour passer dans les mains de plusieurs collectionneurs. En 1967, pour le 100e anniversaire de la confédération, il a été racheté. C’est devenu un symbole important.»

Par ailleurs, l’exhibition de Marie-Josée Hudon est présentée au même moment que celle sur les pionniers de Leclercville à l’étage du presbytère. Pour l’artiste, les deux sont complémentaires.

Site permanent

Le Musée des Grands Québécois est actuellement une institution itinérante à la recherche d’un site permanent. Leclercville, de par sa situation géographique, pourrait être ce lieu.

«C’est un projet pilote. Il faut qu’il y ait de l’achalandage et un intérêt. Je mets toute la gomme pour y arriver», a-t-elle spécifié, rappelant que Leclercville est à mi-chemin entre Québec, Lévis et Trois-Rivières et tous les villages qui s’y trouvent.

L’exposition du Musée des Grands Québécois est présentée jusqu’à la mi-août au presbytère de Leclercville, du mardi au dimanche de 12h à 17h et les fins de semaine à partir du mois de septembre.

 

 

 

 

 

 

Les plus lus

Un nouveau long métrage pour Maxime Desruisseaux

CINÉMA. Originaire de Saint-Apollinaire, le réalisateur et scénariste Maxime Desruisseaux présentera bientôt dans la région son troisième long métrage, La Guerre nuptiale. C’est dans le cadre du Festival de cinéma de la Ville de Québec (FCVQ) que les cinéphiles des environs pourront découvrir sa nouvelle œuvre, le 9 septembre prochain.

À la découverte de l’histoire de la photographie

PHOTOGRAPHIE. Important collectionneur d’appareils photo anciens, l’Agapitois Serge Laflamme propose une nouvelle fois un voyage dans le temps au Domaine Joly-De Lotbinière. Jusqu’au 10 octobre, l’institution de Sainte-Croix propose l’exposition Quand la passion devient collection, qui met en vedette une quarantaine de pièces de la collection de Serge Laflamme.

Clodin Roy expose au Domaine Joly-De Lotbinière

ART ANIMALIER. Originaire de Sainte-Croix, l’artiste peintre animalier Clodin Roy (sur la photo) présente plusieurs de ses œuvres au Domaine Joly-De Lotbinière, dans le cadre de son exposition Synthèse, jusqu’au 10 octobre. Avec cette exposition, l’artiste demeurant désormais à Berthier-sur-Mer met en valeur, dans le décor du parc-jardin du Domaine Joly-De Lotbinière, les aspects magnifiques de la...