La gagnante de la première édition Canada’s Got Talent, Jeanick Fournier, s’était produite à Joly en 2019. Photo : Gilles Boutin - Archives

FESTIVAL. Après deux ans d’absence, le Festival Rétro de Joly, sera de retour pour sa 21e édition du 29 au 31 juillet prochain. Pour l’occasion, les Yvan Pedneault, Guylaine Tanguay, Kim Richardson et Étienne Drapeau ne seront que quelques-uns des artistes qui monteront sur la scène principale de l’événement.

Pour l’un des responsables de la programmation, Denis Carignan, ce retour en force après deux ans d’absence en raison des règles sanitaires liées à la pandémie de COVID-19 est très attendu.

«On est bien content. C’est notre 23e année d’existence et notre 21e édition. Même les artistes, lorsqu’on les appelle, ils nous disent qu’ils ont hâte de venir. Je pense que les spectateurs seront aussi au rendez-vous.»

Par ailleurs, M. Carignan souligne que le Festival est un lieu de rassemblement pour plusieurs. «Il y a des habitués de l’événement qui font leur rencontre familiale chez nous depuis 10 à 15 ans. Ce sont des gens du Saguenay qui ont de la parenté à Québec ou ailleurs. C’est leur rencontre annuelle. Plusieurs personnes à travers le Québec font ça.»

Ce dernier croit également que la pandémie ne refroidira pas les ardeurs du public. «Nous ne faisons pas de prévente. Nos billets sont vendus à la porte. Il y a moins de problèmes et ç’a toujours bien été. Habituellement, nous accueillons de 1 000 à 1 200 campeurs. On a hâte de voir comment cela se passera cette année. En tenant compte du prix de l’essence, je crois que plusieurs personnes vont venir chez nous.»

Les billets seront en vente à l’entrée.

Programmation variée

La programmation du festival de cette année est encore une fois très étoffée et laisse une plus grande place à la musique des années 1980. «On s’est toujours assez bien maintenu depuis plusieurs années. On est obligé parce qu’on ne pouvait pas s’en tenir seulement aux adultes des années 1960. Il faut aussi attirer des gens qui sont dans la fin quarantaine et la cinquantaine pour que le festival perdure. C’est toujours de cette façon qu’on a pensé pour avancer dans le temps.»

Ainsi, le vendredi soir on pourra voir sur la scène principale Maximum 80’s et Yvan Pedneault (Les classiques de Queen). «Il a passé des auditions avec des membres fondateurs du groupe Queen. Ça lui a donné l’occasion de jouer deux étés complets à Toronto dans un spectacle hommage à Queen. Il a vécu une super expérience. Ensuite, il a participé à La Voix et s’est promené un peu partout au Québec avec son spectacle.»

Le samedi soir, ce sera au tour d’Étienne Drapeau (Latino-Rétro) et de Guylaine Tanguay (3764 Elvis Presley BLVD) d’amener les spectateurs dans leurs univers. Kim Richardson clôturera l’événement le dimanche après-midi.

Plusieurs autres groupes et artistes occuperont également la scène principale, la scène Promutuel et le pavillon Desjardins pendant les trois jours de l’événement. On y retrouvera, entre autres, Les Classiques du rétro, The Singles, Génération Crooner avec Steeve Matthews, The Surf Rider, The Rockabilly Blues et MGM Band. Enfin, les élèves de l’école de musique Réjean Demers seront sur la scène Promutuel le dimanche, à 11h.

Notons que l’exposition d’artisanat sera aussi de retour à l’église.

 

 

 

 

 

Les plus lus

Un nouveau long métrage pour Maxime Desruisseaux

CINÉMA. Originaire de Saint-Apollinaire, le réalisateur et scénariste Maxime Desruisseaux présentera bientôt dans la région son troisième long métrage, La Guerre nuptiale. C’est dans le cadre du Festival de cinéma de la Ville de Québec (FCVQ) que les cinéphiles des environs pourront découvrir sa nouvelle œuvre, le 9 septembre prochain.

À la découverte de l’histoire de la photographie

PHOTOGRAPHIE. Important collectionneur d’appareils photo anciens, l’Agapitois Serge Laflamme propose une nouvelle fois un voyage dans le temps au Domaine Joly-De Lotbinière. Jusqu’au 10 octobre, l’institution de Sainte-Croix propose l’exposition Quand la passion devient collection, qui met en vedette une quarantaine de pièces de la collection de Serge Laflamme.

Clodin Roy expose au Domaine Joly-De Lotbinière

ART ANIMALIER. Originaire de Sainte-Croix, l’artiste peintre animalier Clodin Roy (sur la photo) présente plusieurs de ses œuvres au Domaine Joly-De Lotbinière, dans le cadre de son exposition Synthèse, jusqu’au 10 octobre. Avec cette exposition, l’artiste demeurant désormais à Berthier-sur-Mer met en valeur, dans le décor du parc-jardin du Domaine Joly-De Lotbinière, les aspects magnifiques de la...