(Crédit photo: Mélanie Labrecque)

POLITIQUE. Quelques minutes après l’annonce de la victoire de Jacques Gourde, ses principaux adversaires se sont exprimés sur l’issue de la dernière campagne électorale. Le bloquiste, Samuel Lamarche, le libéral, Ghislain Daigle, et la néodémocrate, Guylaine Dumont, ont tous analysé leur revers avec philosophie.

Par Érick Deschênes – Collaboration spéciale

«Ce n’est pas surprenant nécessairement. L’important c’est d’offrir une alternative et les gens avaient à choisir. On a fait ce qu’on avait à faire et on a fait ce qu’on pouvait faire. Les gens choisissent librement et c’est ça la beauté du scrutin», a souligné le porte-couleur du Bloc québécois.

«C’est sûr que ce n’était pas une élection très serrée. M. Gourde ça fait très longtemps qu’il est en poste et c’est un candidat dur à déplacer», a pour sa part laconiquement affirmé le candidat libéral.

«Je tiens à féliciter M. Gourde parce qu’au final ce sont les citoyens qui décident bien que sa victoire n’était pas une surprise. J’ai décidé de faire campagne sur la tard, j’avais une petite équipe et un petit budget et ce sont sûrement des choses qui ne m’ont pas aidé en plus d’avoir fait campagne dans Lévis-Lotbinière qui est un château fort conservateur, mais je me suis jetée dans l’aventure à cause de mes convictions», a quant à elle déclaré Guylaine Dumont.

Rappelons que le scrutin du 20 septembre dernier a permis l’élection d’un gouvernement libéral minoritaire.

Avec la collaboration de Catherine D’Amours

Les plus lus