(Crédit photo : Archives)

POLITIQUE. La candidate à la mairie de Laurier-Station et mairesse sortante, Pierrette Trépanier, a été appelée à commenter les éléments qu’elle souhaite mettre en lumière pendant la présente campagne électorale. Voici un résumé de l’entretien qu’elle a eu avec Le Peuple Lotbinière.

«Malgré le fait qu’on aille en élection, j’ai décidé que je suis prête à continuer à m’impliquer comme maire. Le maire [d’une municipalité] est le chef d’équipe dans le monde municipal. Je connais bien les dossiers puisque ça fait des années que je les travaille. Je veux continuer pour les mener à bien», a expliqué la candidate.

Développement

Parmi les dossiers qu’elle souhaite mener de front au cours des prochaines années, il y a le développement du parc industriel. Actuellement, il est occupé à plus de 90 %. «Il faut travailler pour faire revenir ou arriver des entreprises qui donneront de l’emploi à notre monde et profiter de la fenêtre qu’offre l’autoroute 20.»

Au niveau résidentiel, Mme Trépanier indique que Laurier-Station devra se préparer à accueillir plusieurs nouveaux arrivants. Elle anticipe que plusieurs voudront s’installer en périphérie des grands centres au cours des prochaines années, entre autres, en raison des coûts moins élevés pour se loger.

Elle rappelle que 32 terrains seront mis en vente dans le secteur de la rue du Chêne et que des promoteurs construisent actuellement des édifices de six logements.

«On veut délimiter de nouveaux secteurs. Si des promoteurs souhaitent faire le développement dans notre municipalité, on veut être prêt. On veut s’assurer qu’il y ait des espaces réservés pour eux. On les invite à venir s’installer chez nous. […] L’important, c’est de ne pas manquer notre coup, d’être prêt et de pouvoir répondre à leurs besoins à coûts raisonnables», a-t-elle renchéri.

Infrastructures

Laurier-Station continuera à travailler à l’amélioration du pavage des rues, une préoccupation de plusieurs citoyens, rappelle Mme Trépanier.

«On fait de notre mieux pour répondre à ces besoins. Nous voulons être capables d’avancer dans les quatre prochaines années et avoir les subventions qui vont nous aider. Ce sont toujours des travaux très dispendieux.»

Sécurité

La route 271 cause bien des maux de tête à Mme Trépanier, notamment en ce qui concerne la sécurité des piétons et des cyclistes. Les portions comprises entre la rue Trépanier et la fin du village (vers Saint-Flavien) et entre la rue Boissonneau et la rue Saint-Pierre (vers Sainte-Croix) sont particulièrement ciblées. «Ce n’est pas sécuritaire.»

La municipalité a procédé à l’installation de bollards sur une portion de la route 271. Il s’agit d’une mesure temporaire dans l’attente de la construction d’un trottoir. «Il y a deux ans on a commencé à parler d’un trottoir. Parce que c’est une route du ministère des Transports, ce n’est pas subventionnable. Il faut mettre ça à notre propre budget. Nous y travaillerons cette année pour que ce soit inscrit au budget 2022 ou 2023.»

Par ailleurs, la question ne devrait pas faire l’objet d’un référendum, indique Mme Trépanier. Elle rappelle que c’est demandé par la population. «Au moment où l’on se parle, on n’a pas l’intention d’aller en référendum là-dessus.»

Notons que pour Pierrette Trépanier il s’agit d’une première campagne électorale. Lors des deux précédentes élections, elle avait été élue par acclamation.

 

 

 

Les plus lus