(Crédit photo : Courtoisie)

POLITIQUE. Conseiller sortant et ancien maire de Sainte-Croix, Jean Lecours souhaite redevenir maire de la petite municipalité de plus de 2 500 habitants. Le Peuple Lotbinière a discuté avec lui de sa liste de priorités.

Rue Principale

«Le dossier est très avancé et le prochain conseil travaillera dans la continuité des démarches entreprises avec le ministère des Transports et les consultations avec les citoyens», a précisé M. Lecours. Il explique que le conseil municipal travaille sur le dossier depuis 2017.

Sainte-Croix a déjà eu des rencontres avec le ministère des Transports et fait des inspections des systèmes d’égout et d’aqueduc pour être en mesure d’estimer les coûts du chantier. La firme SNC-Lavalin a été mandatée pour produire une étude préliminaire du coût global des travaux incluant ceux réalisés par le MTQ.

Jean Lecours croit toutefois que cela ne se fera pas dans le prochain mandat. Le ministère doit ajouter les travaux à la programmation des chantiers à venir et les citoyens vivants directement sur la rue Principale doivent être consultés. De plus, l’impact sur le compte de taxes doit être pris en considération, tout comme l’importance du chantier qui bloquera la route 132.

«Ce sont 2,2 km de route qui devront être faits. J’aimerais que cela se fasse en une seule phase puisque lorsqu’on ouvre la rue, il y a des détours. Tant qu’à le faire, faisons-le une seule fois. Enfin, lorsque l’on connaîtra les coûts provisoires et combien le ministère investira, on sera en mesure d’estimer le niveau de taxation.»

Sainte-Croix doit mener à bien, d’ici le 31 décembre 2022, un autre projet d’envergure : celui de l’usine de traitement des eaux usées. Le dossier est à l’étape des plans et devis. «Ce sont 8 M$ qui peuvent être subventionnés de 80 % à 85 %. Ça aura un bon impact en termes de taxation.» Si le conseil municipal veut maintenir une hausse raisonnable, il ne peut pas se permettre de contracter deux règlements d’emprunt aussi importants pratiquement au même moment.

Développement

Les développements économique, résidentiel, commercial et agricole sont aussi au cœur de ses priorités. Le candidat rappelle qu’il y a une quarantaine de terrains prêts à la construction résidentielle dans le périmètre urbain. À l’extérieur, plusieurs ilots déstructurés sont encore disponibles.

Afin d’attirer de nouveaux résidents, M. Lecours veut mettre de l’avant un nouveau programme de crédit de taxes comparable à ce qui a déjà été fait. S’ajoute la promotion de la municipalité, de ses services ainsi que de ses attraits naturels et culturels.

Au niveau commercial, il indique vouloir consulter les commerçants de la municipalité afin de connaître leurs besoins actuels et à venir d'espace et d’infrastructures. L’exercice permettra de justifier la demande d’élargissement du périmètre urbain.

Afin de dynamiser l’activité agricole, M. Lecours souhaite poursuivre le nettoyage des cours d’eau verbalisés et gérés par la MRC. De plus, il veut mettre en valeur les quelques terres en friche du territoire en collaboration avec la MRC de Lotbinière.

«Ce ne sont pas de grosses superficies. Elles sont idéales par exemple pour la production maraichère. Nous allons l’encourager. Si nous pouvons diffuser l’information sur notre site Internet, on va le faire.»

Enfin, il explique vouloir collaborer avec Goûtez Lotbinière pour l’implantation d’un marché public. Il s’inspirerait du marché de Thetford Mines qui regroupe plusieurs produits et services sous une même enseigne.

Piste de course

Jean Lecours rappelle que le règlement adopté en septembre dernier visait à encadrer les jours et heures d’exploitation de la piste de course. Si des membres du conseil demandent la réouverture du règlement et si les propriétaires acceptent de s’assoir pour négocier, il est ouvert à sa réouverture. «Si je n’ai pas cette certitude, je ne vais pas le rouvrir», a-t-il affirmé.

Pour le moment, il faudra attendre la suite du processus judiciaire. D’ailleurs, si des procédures sont entreprises, il se peut que le règlement ne soit pas applicable en 2022, a-t-il rappelé. «Il faudra travailler avec les propriétaires et le comité de citoyens pour voir s’il est possible de trouver un terrain d’entente pour que l’été soit convenable.»

 

 

 

 

 

 

 

Les plus lus