(Crédit photo: Courtoisie)

Robert Leclerc: beau temps, mauvais temps un homme généreux au service de ses clients

Dans les années «1960» au moment où les grosses familles étaient omniprésentes dans les milieux ruraux et que les nouvelles écoles centrales étaient créées, la vente de pain a explosé. Robert Leclerc (photo 1), livreur du pain de la Boulangerie Leclerc, à proximité de ses clients, a trouvé des solutions qui pouvaient répondre à leurs attentes. Pour ceux qui n’avaient pas encore reçu leur chèque par la poste, il a innové en leur offrant des délais pour qu’ils puissent payer leur pain. Le livreur a maintenu ses services durant 43 ans dans de nombreuses municipalités où les rangs étaient occupés à 100 %. Deux fois par semaine, il faisait le tour de Saint-Flavien, de Laurier-Station, de Joly, de Val-Alain, de Villeroy et de Saint-Agapit. De plus, il a dû s’adapter aux travaux de construction de l’autoroute 20.

Après toutes ces années, trois souvenirs remontent à sa mémoire : lors d’une tempête de neige, où il a dû faire appel à un traineau pour livrer le pain, le cultivateur qui, à l’aide de son cheval, avait pu le sortir du banc de neige où son camion de livraison était enlisé et finalement deux gros bœufs, sous l’ordre de leur propriétaire, qui ont mis tous les efforts pour le sortir d’un fossé enneigé avec succès ! «J’ai donné beaucoup, et j’ai reçu beaucoup de mes précieux clients que j’ai servis durant plus de 40 ans. […] Je tiens à remercier tous ceux que j’ai côtoyés et qui m’ont aidé durant ma carrière», a conclu M. Leclerc.

Félicitations ! Heureuse retraite et profitez de ces centaines de sourires qui année après année vous reconnaissent.

Un air de nostalgie musicale

Le temps des Fêtes est terminé. Malgré cette période sombre à laquelle nous sommes tous confrontés, en puisant dans mes photos souvenirs, j’ai retrouvé celle-ci : deux pionniers du folklore qui se sont impliqués dans les nombreuses soirées aux airs d’autrefois. Eh oui ! À droite, le très célèbre accordéoniste, originaire de Lotbinière, André Bernier, qui s’est fait connaître au fameux bar LeJearo.

Entretemps, Gilles Gosselin a su animer le bar Diana, de passage au Joli-Vent, pour finalement animer les soirées du vendredi et du samedi au Phil-Ray qui étaient consacrées aux enterrements de vie de jeunesse, étape fondamentale avant que des hommes et des femmes s’unissent dans un mariage. André est ensuite devenu un adepte de la Floride, où l’attendait son complice, Gilles Gosselin. De retour chez nous, ils ont été jusqu’à leur départ de véritables pionniers des airs folkloriques qui ont traversé plusieurs décennies. Merci André et Gilles (photo2) ! Que de beaux souvenirs, et tous les deux vivent maintenant leur cinquième saison…

Jean-Guy Paré n’est plus…

M. Jean-Guy Paré (photo 3) est décédé en décembre dernier à l’âge de 73 ans, des suites d'un long combat contre le cancer. Il a été élu comme député du Parti québécois.de la circonscription de Lotbinière en 1994, réélu en 1998, sous la gouverne de M. Lucien Bouchard, et celle du défunt Bernard Landry où il a siégé comme président de la commission des finances publiques de 2002-2003. Élus députés fédéraux en 1997, nous avons travaillé plusieurs dossiers régionaux ensemble. M.Paré est par la suite devenu conseiller-cadre pour plusieurs cégeps de la région, puis il a siégé sur plusieurs conseils d'administration, dont celui de la Fondation de l’Université du Québec à Trois-Rivières.

Mordu de la politique, il a relevé un nouveau défi comme maire de Saint-Pierre-les-Becquets de 2008 à 2013.

Au revoir M. Paré ! 

Les plus lus