La pandémie a coûté cher aux salons de coiffure

Mme Mélanie Leclerc, qui œuvre dans le secteur de la coiffure depuis plus de 10 ans, souhaite que cette fermeture provoquée par les mesures sanitaires soit la dernière. Elle a créé, il y a six ans, sa propre entreprise du nom de Coiffure Mauve Élégance, localisée à Saint-Agapit, en face de l’aréna Georges-Henri Vermette.

Elle affirme que «ces trois fermetures provoquées par la pandémie ont entraîné des pertes financières et d’énormes déceptions pour mes clients.»

Elle ajoute que la vague de confinement de 11 semaines l’an dernier (22 mars au 1er juin 2020) l’a forcée, lors de la reprise des activités des salons de coiffure, à travailler de 60 à 70 heures par semaine, pendant trois semaines.

Cependant, Mme Leclerc n'est pas restée les bras croisés. Elle a profité du confinement pour se perfectionner. Elle a suivi différents cours, par le biais du réseau virtuel Zoom. L’un portait sur la technique de coupe, le second sur la technique de coloration et un dernier sur la technique de mèches. Elle ajoute que «cette période d’inactivité m’a permis d’augmenter mes compétences pour mieux servir mes clients.»

D’ailleurs, pendant ce court entretien, le mot client a été utilisé à maintes reprises. Chacune des actions qu’elle a mises de l’avant dans la dernière année l’était toujours pour mieux servir ses clients. La coiffeuse a pris le temps de privilégier ceux qui avaient déjà pris un rendez-vous avant le confinement annoncé par le gouvernement. Ensuite, elle s’est attardée à créer un équilibre avec de nouvelles demandes. À chaque reprise des activités, le téléphone explose.

Une fonceuse née

Malgré son jeune âge, Mélanie Leclerc a déjà cumulé tout un parcours professionnel. Elle a commencé sa carrière à l’âge de 19 ans. À l’époque, elle travaillait à Lévis pour des salons de coiffure situés dans le quartier Charny. Elle y a travaillé pendant une période de six ans, pour ensuite ouvrir, dans le sous-sol de sa maison, son premier commerce. Parallèlement, elle a maintenu ses services à Charny pendant trois ans. Et, à l’âge de 24 ans, elle a décidé d’aller de l’avant en créant sa propre entreprise.

Finalement, Mme Leclerc termine en mentionnant que deux autres coiffeuses, mesdames Mylène Leblond et Geneviève Poirier, ainsi qu’une technicienne en cosmétique, Mme Andréanne Boulay, partagent le même espace, mais travaillent pour leur propre entreprise : Coiffure Zone Urbaine.

Elle conclut en félicitant toutes ses collègues coiffeuses de la MRC de Lotbinière pour les efforts qu’elles ont mis, dans le cadre de la pandémie, pour bien servir leur clientèle. Elle souhaite maintenant que l’on passe à une autre phase du déconfinement qui permettra la réouverture des restaurants, ce qui, affirme-t-elle, manque beaucoup à la population.

 

 

 

 

 

 

Les plus lus

Un homme barricadé possiblement armé à Sainte-Croix

À 8h ce matin, la Sûreté du Québec (SQ) a effectué un déploiement policier important sur la rue des Chutes, à Sainte-Croix, puisqu’un homme en crise et possiblement armé s’est barricadé dans sa résidence. L’opération s’est conclue vers midi lors d’une intervention du groupe d’intervention tactique du corps policier, l’individu a été retrouvé inanimé dans sa résidence.

Guy Laroche victime d’un grave accident à Montmagny

FAITS DIVERS. Le photographe originaire de Sainte-Croix, Guy Laroche, a subi d’importantes blessures, le 3 juillet dernier. Il était à l’Autodrome de Montmagny pour capturer en images les différents programmes de courses de la journée. Il a été percuté par une voiture qui entrait dans les puits.

De la cuisine de rue à Saint-Apollinaire

AFFAIRES. Michael Roy entretient depuis plusieurs années une passion pour la cuisine de rue et les camions de cuisine de rue. Au début de l’année, avec la fermeture des restaurants, il a vu l’occasion de combiner sa passion avec un projet de se lancer en affaires dans le domaine.

Un projet qui ne fait pas l’unanimité

SÉCURITÉ. La construction d’un trottoir à Saint-Flavien repose maintenant entre les mains de la population. Lors d’une rencontre d’information qui s’est tenue le 21 juin, le conseil municipal a présenté le projet à la population et expliqué ce qui l’a mené à l’adoption d’un règlement d’emprunt de près de 1,2 M$.

Pro-Fab vendu à des intérêts québécois

ÉCONOMIE. Le Fonds québécois d’investissement privé, Kairos Capital Management a confirmé, le 23 juin dernier, l’acquisition de Groupe Pro-Fab. Depuis 10 ans, l’entreprise dont le siège social se trouve à Saint-Apollinaire était dans le giron de l’américain Wynnchurch Capital, un autre fonds d’investissement privé.

L’histoire de la LHJMQ racontée à Leclercville

SPORT. En 52 ans, la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) a recensé bon nombre de records et d’exploits et vu plusieurs de ses joueurs accéder à la Ligue nationale de hockey (LNH). Ce sont ces histoires hors du commun que le statisticien en chef de la ligue, Denis Demers, a voulu mettre en lumière dans l’exposition Histoire et records de la LHJMQ présentée au Centre communautaire de Lec...

Le ministre André Lamontagne visite la région

POLITIQUE. Le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation et ministre responsable de la Chaudière-Appalaches, André Lamontagne, a visité la MRC de Lotbinière le 28 juin dernier. En compagnie de la députée, Isabelle Lecours, il a visité deux entreprises de la région.

Trois nouveaux cas de COVID-19 découverts en Chaudière-Appalaches

Comme depuis quelques jours, le nombre de nouvelles infections au coronavirus continue d'être faible en Chaudière-Appalaches. Selon le plus récent bilan sur l'évolution de la pandémie préparé par le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA), seulement trois résidents de la région ont appris au cours des 24 dernières heures qu'ils avaient contracté la COVID-1...

L’urgence de l’Hôtel-Dieu de Lévis bondée

SANTÉ. Comme dans d’autres hôpitaux du Québec, l’urgence de l’Hôtel-Dieu de Lévis est présentement victime de débordement, ce qui met ce service sous haute pression.