(Crédit photo : Archives)

FORÊT. Le forestier en chef du Québec, Louis Pelletier, a fait connaître, le 17 novembre, les possibilités forestières pour la région de la Chaudière-Appalaches pour les années 2023 à 2028. À partir du 1er avril 2023, elles seront augmentées de 7 %.

Les possibilités forestières correspondent au volume maximal des récoltes annuelles de bois qui peut être prélevé en forêt publique. Elles sont déterminées par le Forestier en chef tous les cinq ans, pour chaque région et pour chaque type d'essence forestière. Ainsi, ce sont 216 800 m3 de bois qui pourront être récoltés annuellement, toutes essences confondues, en 2023-2028 par rapport à 203 400 m3 pour la période actuelle.

«Le niveau de récolte annuelle de bois de la période 2023-2028 que j'annonce aujourd'hui respecte la capacité de renouvellement de la forêt tout en permettant de maintenir l'ensemble des bénéfices environnementaux, sociaux et économiques qu'elle procure à tous les utilisateurs.», a soutenu M. Pelletier.

Pour les années à venir, le Forestier en chef a revu les possibilités forestières de plusieurs essences à la baisse : thuya (-15 %), pruche (-6 %), peuplier (-20 %), bouleau jaune (-18 %), érables à sucre et rouge (-8 %) et autres feuillus durs (-25 %). Cependant, il a augmenté celles d’autres essences : le groupe SEPM, soit sapin, épinette, pin gris et mélèze (18 %), pins blanc et rouge (300 %) et bouleau à papier (4 %).

Pour réaliser ses travaux, le Forestier en chef a pris en compte les travaux sylvicoles faits dans le passé et la hausse prévue de certains traitements comme l’éclaircie commerciale. De plus, il surveillera de près l’évolution de l’épidémie de la tordeuse des bourgeons de l’épinette.

Notons que la région forestière de Chaudière-Appalaches occupe une superficie de 164 200 hectares, dont 34 % est exclue de la récolte forestière en raison de la présence de territoires protégés, de milieux humides ou non forestiers.

Travaux sylvicoles

Le calcul des possibilités forestières requiert également la réalisation de travaux sylvicoles. En plus de la récolte de bois, des travaux de reboisement, de dégagement des plantations et d'entretien de peuplements naturels doivent être réalisés sur une période de 5 ans. Ces travaux sont prévus à la stratégie d'aménagement. Ils nécessitent un budget annuel de l'ordre de 2,2 M$.

Rappelons que le calcul des possibilités forestières permet d’assurer la pérennité de la forêt québécoise en se basant sur l’inventaire forestier de la province. Il tient compte également des informations les plus récentes sur l'état de la forêt, son évolution et son utilisation. Les mesures de protection territoriale et faunique de même que les travaux d'aménagement forestier prévus.

 

 

Les plus lus

Piste de course à Sainte-Croix : nouveau projet de règlement déposé

POLITIQUE. Le conseil municipal de Sainte-Croix a adopté, ce soir, un projet de règlement qui mettrait un point final à la longue saga entourant l’exploitation de la piste de course de même qu’aux recours judiciaires en cours.

Arrestation pour des délits de nature sexuelle à Sainte-Croix

FAITS DIVERS. Les enquêteurs de la Sûreté du Québec du poste de la MRC de Lotbinière ont arrêté aujourd’hui un homme de 66 ans de Sainte-Croix en lien avec plusieurs infractions de nature sexuelle.

Incendie à Sainte-Croix

FAITS DIVERS. Une résidence de Sainte-Croix a été complètement détruite dans un incendie survenu hier en début de soirée.

Saint-Patrice uni pour un des leurs

COMMUNAUTÉ. Jetée à la rue par un incendie le soir de Noël, la famille Pelletier de Saint-Patrice-de-Beaurivage reçoit depuis l’aide d’une multitude d’anges gardiens. Une campagne de sociofinancement lancée par la municipalité et les pompiers a permis de recueillir en moins de 24 heures près de 12 500 $.

Réserve de biodiversité : projet rejeté

ENVIRONNEMENT. Le projet de création d’une réserve de biodiversité dans la forêt de la Seigneurie de Lotbinière a été rejeté par le ministère de l’Environnement à l’automne. Cependant, lors de son assemblée générale annuelle tenue le 4 décembre, les Amis de la Forêt ont confirmé qu’ils allaient se battre pour obtenir la reconnaissance auprès du gouvernement.

COVID-19 : plus de 500 nouveaux cas et bond des hospitalisations en Chaudière-Appalaches

SANTÉ. Plus de 500 nouveaux cas de COVID-19 ont été découverts au cours des 24 dernières heures en Chaudière-Appalaches et une augmentation des hospitalisations liées à cette maladie a aussi été enregistrée dans la région, selon le plus récent bilan sur l'évolution de la pandémie publié jeudi par le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA).

COVID-19 : le nombre d'hospitalisations continue d'augmenter dans la région

SANTÉ. Selon les données publiées jeudi par l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), le nombre de personnes hospitalisées en raison de la COVID-19 est encore à la hausse.

COVID-19 : Québec serre la vis aux non-vaccinés

SANTÉ. Comme le premier ministre du Québec l’avait laissé entendre à la fin de la dernière année, le gouvernement provincial va de l’avant avec l’implantation de mesures restrictives visant les personnes non vaccinées contre la COVID-19. Lors d’une mise à jour sur la situation épidémiologique de la province le 6 janvier, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, en a fait l’...

COVID-19 : une situation alarmante dans les régions de la Chaudière-Appalaches et de la Capitale-Nationale

Les directeurs régionaux de santé publique de la Chaudière-Appalaches et de la Capitale-Nationale, Dre Liliana Romero et Dr André Dontigny, accompagnés du Dr Stéphane Bergeron, directeur des services professionnels et des affaires médicales du CHU de Québec-Université Laval, et du Dr Mathieu Simon, pneumologue et chef du département des soins intensifs de l’Institut universitaire de cardiologie et...

COVID-19 : plusieurs indicateurs continuent d'être au rouge dans la région

SANTÉ. Selon les plus récentes données sur l'évolution de la pandémie dans la province publiées ce lundi par l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), la situation sanitaire de la Chaudière-Appalaches continue de se détériorer.