Richard Tucker, Angèle Bernier et Denis Martin espèrent que la première assemblée générale annuelle de leur organisme permettra à ce dernier de poursuivre sur sa lancée. (Crédit photo : Érick Deschênes)

ORGANISME. Comme ailleurs au Québec, de plus en plus de Lotbiniérois pratiquent le pickleball. Pour encadrer la pratique de ce sport de raquette dans la MRC, des passionnés de cette discipline connue également au Québec sous le nom de tennis léger ont créé il y a un peu plus d’un an l’Association de pickleball de la Rive-Sud de Québec (APRSQ), un organisme qui prend de plus en plus d’envergure.

Par Érick Deschênes – Collaboration spéciale

Créé dans les années 60 aux États-Unis, le pickleball est une variante du tennis traditionnel. Pouvant être pratiquée autant à l’extérieur qu’à l’intérieur, cette discipline combine des éléments du tennis, du badminton et du tennis de table. Fort populaire en Floride, le pickleball a été introduit au Québec par des snowbirds et le sport est en pleine expansion dans la province depuis quelques années.

C’est également le cas dans Lotbinière. Pour gérer cette popularité, l’idée de créer une association membre de la Fédération québécoise de pickleball (FQP) a rapidement germé dans la tête de plusieurs amateurs du sport de raquette.

«Un groupe d’amis s’est d’abord formé pour louer des terrains afin de jouer et le groupe n’a cessé de croître. Cela a duré un an et on voulait également attirer d’autres joueurs de toutes les générations et de différents calibres. Des associations encadrant le pickleball existent notamment à Québec et Drummonville, mais nous n’avions pas d’organisme du genre dans la région. Par exemple, à Lévis, c’est seulement une ligue qui est en place. Avec la création d’une association, on peut participer aux activités de la fédération québécoise tout en pouvant être reconnu par la Municipalité de Saint-Apollinaire», a d’emblée expliqué Angèle Bernier, la présidente du conseil d’administration provisoire de l’APRSQ, sur les origines de l’organisme.

Prendre de l’expansion

 Les fondateurs de l’APRSQ ont terminé leurs préparatifs de quelques mois pour créer l’organisme en mars 2020, juste avant que la pandémie pointe le bout de son nez au Québec. La crise sanitaire a ainsi mis sur pause le développement de l’association. Les joueurs lotbiniérois ont pu ressortir leurs raquettes et jouer à l’extérieur à l’été 2020. De plus, l’APRSQ a pu tenir une séance d’information en septembre 2020.

Cependant, les nouveaux confinements ont de nouveau fait cesser les activités de l’organisme pendant l’automne, l’hiver et le printemps. Les activités ont repris leur cours cet été, que ce soit sur les terrains intérieurs du Centre multifonctionnel de Saint-Apollinaire et les nouveaux terrains extérieurs situés près de l’École des Sentiers dans cette municipalité. Forte de cette reprise, l’APRSQ poursuit cet automne ses premiers pas.

«Actuellement, on peut compter sur environ 75 joueurs qui prennent part à l’une de nos cinq séances de deux heures hebdomadaires. Lors de chaque séance, on essaie d’inscrire de nouveaux membres et nous pouvons maintenant compter sur 43 membres. Également, on a des membres de la municipalité de Lotbinière, mais qui jouent dans leur village. On a des gens d’à peu près toutes les paroisses de la MRC», ont souligné Angèle Bernier et Richard Tucker, le trésorier de l’APRSQ.

Notons d’ailleurs que les membres et les personnes intéressées par le pickleball dans la région sont invités à prendre part à la première assemblée générale annuelle de l’organisme. La réunion aura lieu le 30 novembre, dès 19h au Centre multifonctionnel de Saint-Apollinaire.

Faire connaître le sport

 Si l’APRSQ permet à ses membres de pouvoir prendre part aux activités de la FQP, la création de l’organisme lotbiniérois vise principalement à faire découvrir ce sport aux amateurs de sport de raquette. Pour ce faire, l’APRSQ tiendra des portes ouvertes le 20 novembre prochain, de 9h à 12h. au Centre multifonctionnel de Saint-Apollinaire. À cette occasion, les personnes intéressées seront initiées au pickleball. Pouvant compter sur des joueurs de toutes les générations, l’APRSQ prévoit également lancer des cours d’initiation pour permettre aux adolescents de découvrir la discipline.

«De notre côté à l’APRSQ, on veut vraiment miser sur le côté récréatif du sport. Le pickleball est facile à apprendre et ça permet la socialisation. Aussi, même si le pickleball a la réputation d’être un sport pour les aînés, c’est un sport qui travaille le cardio, sans l’exigence du tennis. On espère donc qu’avec tous ses avantages, on pourra convaincre davantage de gens de la région et pratiquer le pickleball, pour ainsi que davantage de personnes prennent part à nos activités», a conclu Mme Bernier.

 

Les plus lus

Piste de course à Sainte-Croix : nouveau projet de règlement déposé

POLITIQUE. Le conseil municipal de Sainte-Croix a adopté, ce soir, un projet de règlement qui mettrait un point final à la longue saga entourant l’exploitation de la piste de course de même qu’aux recours judiciaires en cours.

Arrestation pour des délits de nature sexuelle à Sainte-Croix

FAITS DIVERS. Les enquêteurs de la Sûreté du Québec du poste de la MRC de Lotbinière ont arrêté aujourd’hui un homme de 66 ans de Sainte-Croix en lien avec plusieurs infractions de nature sexuelle.

Incendie à Sainte-Croix

FAITS DIVERS. Une résidence de Sainte-Croix a été complètement détruite dans un incendie survenu hier en début de soirée.

Saint-Patrice uni pour un des leurs

COMMUNAUTÉ. Jetée à la rue par un incendie le soir de Noël, la famille Pelletier de Saint-Patrice-de-Beaurivage reçoit depuis l’aide d’une multitude d’anges gardiens. Une campagne de sociofinancement lancée par la municipalité et les pompiers a permis de recueillir en moins de 24 heures près de 12 500 $.

Réserve de biodiversité : projet rejeté

ENVIRONNEMENT. Le projet de création d’une réserve de biodiversité dans la forêt de la Seigneurie de Lotbinière a été rejeté par le ministère de l’Environnement à l’automne. Cependant, lors de son assemblée générale annuelle tenue le 4 décembre, les Amis de la Forêt ont confirmé qu’ils allaient se battre pour obtenir la reconnaissance auprès du gouvernement.

COVID-19 : plus de 500 nouveaux cas et bond des hospitalisations en Chaudière-Appalaches

SANTÉ. Plus de 500 nouveaux cas de COVID-19 ont été découverts au cours des 24 dernières heures en Chaudière-Appalaches et une augmentation des hospitalisations liées à cette maladie a aussi été enregistrée dans la région, selon le plus récent bilan sur l'évolution de la pandémie publié jeudi par le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA).

COVID-19 : le nombre d'hospitalisations continue d'augmenter dans la région

SANTÉ. Selon les données publiées jeudi par l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), le nombre de personnes hospitalisées en raison de la COVID-19 est encore à la hausse.

COVID-19 : Québec serre la vis aux non-vaccinés

SANTÉ. Comme le premier ministre du Québec l’avait laissé entendre à la fin de la dernière année, le gouvernement provincial va de l’avant avec l’implantation de mesures restrictives visant les personnes non vaccinées contre la COVID-19. Lors d’une mise à jour sur la situation épidémiologique de la province le 6 janvier, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, en a fait l’...

COVID-19 : une situation alarmante dans les régions de la Chaudière-Appalaches et de la Capitale-Nationale

Les directeurs régionaux de santé publique de la Chaudière-Appalaches et de la Capitale-Nationale, Dre Liliana Romero et Dr André Dontigny, accompagnés du Dr Stéphane Bergeron, directeur des services professionnels et des affaires médicales du CHU de Québec-Université Laval, et du Dr Mathieu Simon, pneumologue et chef du département des soins intensifs de l’Institut universitaire de cardiologie et...

COVID-19 : plusieurs indicateurs continuent d'être au rouge dans la région

SANTÉ. Selon les plus récentes données sur l'évolution de la pandémie dans la province publiées ce lundi par l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), la situation sanitaire de la Chaudière-Appalaches continue de se détériorer.