Après plusieurs mois de travail, Jean-Louis Lessard et Jean-Yves Dionne peuvent finalement offrir au public Le Manoir de Tilly. Crédit photo : Courtoisie

PATRIMOINE. Après plusieurs mois de recherche, Jean-Louis Lessard et Jean-Yves Dionne, deux membres de la Société du patrimoine de Saint-Antoine-de-Tilly, ont récemment accouché de leur nouvel ouvrage, Le Manoir de Tilly. Avec ce livre, les deux Antoniens veulent faire redécouvrir le bâtiment vieux de 235 ans et les personnes qui ont animé l’imposant édifice au cours de son histoire.

Par Érick Deschênes - Collaboration spéciale

C’est à la suite de la réédition de L’histoire de la Seigneurie de Tilly de Julie Noël de Tilly en 2019, un projet sur lequel il a travaillé avec Gilles Boisvert et Hélène Caron, que Jean-Louis Lessard a eu l’idée d’écrire un livre sur l’ancien manoir seigneurial. Si l’édifice privé qui accueille désormais des événements a pignon sur rue à Saint-Antoine-de-Tilly depuis 1786, les différentes vies du manoir sont plutôt méconnues dans la région, ont constaté Jean-Louis Lessard et Jean-Yves Dionne.

«Avec la réédition de L’histoire de la Seigneurie de Tilly, l’histoire du manoir actuel est abordée, mais le régime seigneurial a été aboli en 1854. Donc, il y a beaucoup de personnes qui se posaient des questions sur les propriétaires qui ont succédé aux seigneurs de Tilly et on a constaté que plusieurs informations erronées circulaient. On voulait corriger le tout en consacrant un livre sur les 235 ans du manoir ainsi qu’à ses propriétaires. Le manoir est au cœur de notre village et il fait partie de notre noyau patrimoniale de grande valeur avec l’église», a expliqué M. Lessard, sur l’origine de son nouveau projet littéraire.

Si les deux auteurs abordent évidemment la famille Noël de Tilly, qui a érigé le manoir en 1786, l’ouvrage de Jean-Louis Lessard et Jean-Yves Dionne a pu confirmer que le lieu a eu plusieurs usages après la fin du régime seigneurial. Maison de pension, auberge ou centre de villégiature ne sont que quelques unes des vocations qu’a eu le site au cours de son existence.

«Jusqu’à la fin du 19e siècle, on peut dire que le manoir avait plutôt une vocation de maison patrimoniale. Mais à partir du 20e siècle, il a été utilisé par plusieurs entreprises. Dans les années 60, le manoir a notamment accueilli le premier bar avec un permis de boisson dans Lotbinière et il était opéré par une femme. Aussi, les résidents de Saint-Antoine se rappellent de la période de la Table du Manoir dans les années 90, le restaurant du centre de villégiature qui était considéré comme l’une des cinq meilleures tables de la région de Québec», ont illustré MM. Lessard et Dionne.

Une histoire vivante

Pour s’assurer de la véracité du contenu se retrouvant dans leur ouvrage d’un peu plus de 200 pages, les deux auteurs ont effectué un véritable travail de moine représentant des centaines d’heures de boulot. Ils ont d’abord effectué des recherches aux archives nationales afin de retrouver tous les actes notariés, comme les contrats de vente ou les actes de mariage, portant sur le manoir de Tilly.

Désirant que leur livre se lise «comme un roman» et ne soit pas un document aride, Jean-Louis Lessard et Jean-Yves Dionne ont également mené plusieurs entrevues avec des personnes qui ont animé le manoir et ont réuni plusieurs tableaux et images pour illustrer Le Manoir de Tilly.

«On a découvert beaucoup de choses que plusieurs Antoniens ignorent, particulièrement parce qu’il y a de plus en plus de nouveaux citoyens chez nous. À travers l’épopée du manoir, on revit carrément l’histoire de Saint-Antoine-de-Tilly. Par exemple, les propriétaires de l’établissement à l’époque de la Table du Manoir étaient des personnes très impliquées dans la communauté. L’établissement était même l’un des moteurs économiques de la municipalité alors qu’il employait près d’une quarantaine de personnes», ont souligné les deux auteurs.

Pour marquer officiellement la concrétisation de leur projet littéraire, Jean-Louis Lessard et Jean-Yves Dionne organisent un lancement officiel du Manoir de Tilly, le 26 septembre dès 13h30. En raison de la pandémie, l’événement qui se déroulera dans les jardins du manoir se tient sur invitation seulement. Les personnes intéressées peuvent réserver leur place en écrivant à Jean-Louis Lessard ou à Jean-Yves Dionne, à jeanl99@icloud.com ou à jydionne43@videotron.ca.

Quant au livre, les gens de la région peuvent se le procurer auprès de ses auteurs ou de l’un des membres de la Société du patrimoine de Saint-Antoine-de-Tilly. Notons d’ailleurs que tous les profits de la vente de l’ouvrage seront remis à cet organisme.

Les plus lus

Enquête sur le décès d’un poupon

FAITS DIVERS. La Sûreté du Québec (SQ) enquête actuellement sur les circonstances qui ont mené au décès d’un poupon de 2 mois, le 25 octobre dernier.

Laurier-Station a une nouvelle mairesse

POLITIQUE. Il y aura du changement à la mairie de Laurier-Station. Les citoyens ont une nouvelle mairesse. Huguette Charest a été élue avec 65,5 % des voix lors du scrutin de dimanche dernier.

Pincé à 117 km/h dans une zone de 60 km/h

FAITS DIVERS. Un jeune homme de 18 ans de Saint-Antoine-de-Tilly se souviendra longtemps de sa balade sur le boulevard Champlain, à Québec. Les policiers de l’unité de soutien en sécurité routière de Québec l’ont intercepté, le 19 novembre, pour grand excès de vitesse.

Stéphane Dion est le nouveau maire de Sainte-Croix

ÉLECTIONS. Après plusieurs heures d’attente, le chef de l’équipe Pour Sainte-Croix, Stéphane Dion, a officiellement été élu maire de Sainte-Croix, dans la nuit du 7 au 8 novembre. Cinq des six conseillers de la prochaine administration municipale sont également des membres du parti du nouveau premier magistrat de la municipalité lotbiniéroise.

La fin d’une époque

PORTRAIT. Encore aujourd’hui, il est possible de croiser régulièrement un laitier qui fait ses livraisons à domicile dans les rues de son quartier. C’est plus rare de voir des boulangers sur la route. L’un des derniers à le faire encore au Québec roulait dans les rues MRC de Lotbinière et il a accroché les clés de son camion le 30 octobre dernier.

Meilleure reconnaissance demandée

SOCIÉTÉ. Les syndiqués du CPE l’Envol manifestaient en grand nombre ce matin à Sainte-Croix. Ils s’étaient rassemblés devant l’église le 4 novembre, dans le cadre de leur troisième journée de grève consécutive, pour dénoncer la lenteur dans les négociations avec le gouvernement.

Sécurité routière: les parents d’Anaïs demandent à l’administration municipale d’agir

SÉCURITÉ ROUTIÈRE. Dans une lettre envoyée à la fin octobre à Normand Côté, le maire de Saint-Flavien, et la directrice générale et secrétaire-trésorière de la Municipalité, Catherine Fiset, les parents d’Anaïs Renaud, cette jeune fille qui a été happée mortellement le long de la rue Principale en 2018, leur demandent d’agir afin de construire un trottoir le long de l’artère.

COVID-19 : Québec recule face à la vaccination obligatoire dans le réseau de la santé

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, a annoncé, le 3 novembre, que le gouvernement du Québec reculera concernant sa décision d’imposer la vaccination obligatoire au personnel du réseau de la santé qui devait être en vigueur à compter du 15 novembre prochain. Cependant, M. Dubé a indiqué qu’«on passe de la vaccination obligatoire au dépistage obligatoire» puisque les emp...

Jean Lecours satisfait de sa campagne électorale

POLITIQUE. Le candidat à la mairie de Sainte-Croix et conseiller municipal sortant, Jean Lecours, a tracé le bilan de la campagne électorale actuelle. À moins d’une semaine du vote, il est positif et satisfait de la campagne qu’il a menée.

Vision Laurier-Station fait le bilan de sa campagne électorale

POLITIQUE. L’Équipe Vision Laurier-Station et sa candidate à la mairie, Huguette Charest, tracent un bilan positif de la campagne électorale qui se terminera dans quelques jours. Ils ont confiance que les électeurs leur accorderont leur confiance lors du vote du 7 novembre.