(Crédit photo : Courtoisie)

SOCIÉTÉ. Jardinier amateur, Laval Labbé s’est découvert sur le tard une passion pour l’horticulture. Depuis 10 ans, il cultive minutieusement et prend soin des fleurs ainsi que des plantes qui peuplent la cour arrière de sa résidence de la route 226, à Leclercville. Lorsque les beaux jours reviendront dans quelques semaines, il se mettra de nouveau à la tâche pour faire revivre Les jardins au refrain des temps.

S’il souhaitait partager sa passion en plein hiver, au mois de février, c’est que M. Labbé voulait donner un peu d’espoir, mettre du soleil et de la couleur dans ces moments plus difficiles.

D’ailleurs, il s’est mis à l’horticulture il y a 10 ans pour se sortir lui-même d’un moment un peu plus sombre de sa vie. Musicien pendant 45 ans dans les Forces armées canadiennes, on l’a mis à la retraite à 65 ans. Du jour au lendemain, il s’est retrouvé dans une situation où il se demandait ce qu’il ferait de ses journées, de sa vie.

«J’ai vécu une petite période dépressive qui a duré quelques semaines. Je ne savais pas quoi faire. Finalement, j’ai planté quelques fleurs à l’arrière de ma maison. Une fin de semaine, ma fille est venue nous visiter et a trouvé ça très beau. C’était la piqure. Me faire dire que c’était beau après avoir planté trois ou quatre fleurs, c’est ce qui a tout déclenché», a-t-il raconté.

Ainsi, il a reboisé sa terre devant sa maison. Il y a planté de 300 à 400 arbres. Ensuite, les fleurs, les plantes et les différents aménagements ont progressivement fait leur apparition dans sa cour arrière. On y retrouve aussi, un potager, un endroit où poussent de petits fruits et un jardin d’eau habité d’une quinzaine de poissons. «À force de travail, c’est devenu de plus en plus beau.» Cet été, il compte fleurir de nouvelles platebandes, ajouter de l’éclairage et y diffuser de la musique.

Travail colossal

Laval Labbé est un passionné. Il parle de ses réalisations avec plaisir et enthousiasme, tout en rappelant qu’il s’agit d’un jardin privé et non d’un grand jardin comme ceux du Domaine Joly-De Lotbinière ou du Jardin botanique de Montréal. «Je ne suis pas un jardinier professionnel. Je suis amateur du bout des doigts jusqu’aux orteils», se plaît-il à dire, rappelant qu’il s’agit uniquement de son passe-temps.

Pourtant, il y consacre énormément de temps. «Je suis seul là-dedans, mon épouse me donne les idées, mais je fais le travail manuel.» À l’automne, il lui faut trois semaines pour tout ramasser et au printemps, c’est près d’un mois qui est nécessaire pour tout remettre en place. En été, il y consacre six heures par jour, six jours par semaine. Tondre le gazon avec un tracteur peut prendre jusqu’à trois heures, tout comme passer le coupe-bordure.

Même s’il ne cherche pas la reconnaissance ou la publicité, tout ce travail ne passe pas inaperçu auprès des automobilistes qui roulent devant sa résidence. Plusieurs ralentissent. Ceux qui arrêtent sont invités à venir visiter. 

«Je leur dis toujours la même chose : "Stationnez-vous dans mon entrée et prenez les photos que vous voulez". À la fin, je les invite à signer notre livre d’accueil et on leur offre un très petit verre de sangria en geste d’amitié. […] Les commentaires sont tellement beaux que ça nous encourage à continuer.» L’été dernier, une soixantaine de personnes s’y sont arrêtées, certains venaient d'aussi loin que de la région de Toronto.

Un sens à sa retraite

«Demain matin, j’en serais à mes dernières heures de vie et je me dirais que j’ai eu une belle vieillesse. Je me suis trouvé une autre passion et puis je laisse quelque chose derrière moi. J’ai planté 300 arbres devant ma maison qui vont continuer à pousser même si je ferme les yeux. Même chose pour les fleurs puisque ce sont presque toutes des vivaces», a-t-il philosophé.

D’ailleurs, à l’aube de ses 75 ans, il se dit plus en forme que jamais et ne compte pas s’arrêter. Il planifie déjà ce qu’il souhaite faire cet été et affirme avoir des projets pour au moins 10 ans encore.

 

 

Les plus lus

COVID-19 : les nouveaux cas continuent de grimper en Beauce

Les données des 24 dernières heures concernant la COVID-19 recensent 57 nouveaux cas infectés en Chaudière-Appalaches, dont 38 proviennent de la région de la Beauce, ce 13 février. Un résident de la Chaudière-Appalaches a également perdu la vie en raison de la maladie hier.

Le jardinier de Leclercville

SOCIÉTÉ. Jardinier amateur, Laval Labbé s’est découvert sur le tard une passion pour l’horticulture. Depuis 10 ans, il cultive minutieusement et prend soin des fleurs ainsi que des plantes qui peuplent la cour arrière de sa résidence de la route 226, à Leclercville. Lorsque les beaux jours reviendront dans quelques semaines, il se mettra de nouveau à la tâche pour faire revivre Les jardins au refr...

Maison rasée par les flammes à Saint-Apollinaire

FAITS DIVERS. Une résidence de Saint-Apollinaire a complètement été rasée par les flammes dans la soirée du 15 février.

Une retraite bien méritée

SOCIÉTÉ. À 60 ans, Robert Leclerc, a connu une carrière bien remplie. Après 40 ans de service pour le même employeur (d’Ambulance Benoît Desrochers à Paraxion), l’ambulancier a pris officiellement sa retraite le 31 décembre dernier.

Saint-Agapit aura sa nouvelle caserne

SÉCURITÉ. Après 20 ans d’attente, les pompiers de Saint-Agapit pourront finalement déménager dans des locaux adaptés à leurs besoins. La construction de la nouvelle caserne a été confirmée le 17 février avec l’octroi d’une subvention de 2,2 M$ du ministère des Affaires municipales et de l’Habitation à la municipalité de Saint-Agapit pour la concrétisation de ce projet évalué à plus de 3 M$.

COVID-19 : encore peu de nouveaux cas découverts en Chaudière-Appalaches

SANTÉ. Seulement 14 personnes demeurant dans la région ont appris jeudi qu'ils avaient contracté la COVID-19, selon le plus récent bilan sur l'évolution de la pandémie préparé par le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA).

COVID-19 : 50 nouveaux cas et 2 décès supplémentaires dans la région

Le plus récent bilan sur l'évolution de la pandémie du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) est sensiblement similaire à celui publié hier. 50 résidents de la région ont appris samedi qu'ils avaient contracté la COVID-19 tandis que les décès de deux autres personnes des suites d'une infection au coronavirus ont été annoncés, pour une autre journée consé...

Un projet de CPE à Val-Alain

FAMILLE. Devant une problématique de disponibilité de places en garderie, la municipalité de Val-Alain a décidé de prendre le taureau par les cornes. Elle a récemment déposé au ministère de la Famille une demande pour obtenir 29 des 105 nouvelles places subventionnées accordées à la MRC de Lotbinière à l’automne dernier.

COVID-19 : importante baisse des nouveaux cas, mais deux autres décès enregistrés

Seulement 15 résidents de la région ont appris hier qu'ils avaient contracté la COVID-19, selon le plus récent bilan sur la pandémie publié par le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA). Cependant, comme depuis quelques jours, l'organisation a annoncé que deux autres personnes demeurant en Chaudière-Appalaches ont perdu leur combat contre la maladie.

COVID-19 : 57 nouveaux cas et 2 autres décès dans la région

SANTÉ. Selon le plus récent bilan du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) sur l'évolution de la pandémie, 57 résidents de la région ont appris hier qu'ils avaient contracté la COVID-19. De plus, deux autres personnes demeurant en Chaudière-Appalaches ont dernièrement perdu leur combat contre la maladie.