Josué Hamel, Pier-Luc Bernier et Pierre Bernier sont heureux de voir Odette Castonguay atteindre les 50 ans de service au sein de leur entreprise. (Crédit photo: Érick Deschênes)

TRAVAIL. Le 20 novembre prochain sera une journée bien spéciale pour Odette Castonguay, une employée de Cercueils Bernier. En effet, cette journée marquera le 50e anniversaire de la première journée de travail de la femme de 67 ans au sein de l’entreprise de Saint-Édouard-de-Lotbinière.

Par Érick Deschênes – Collaboration spéciale

«Si je veux être honnête avec vous, je ne m’attendais pas à travailler 50 ans ici lorsque j’ai été embauchée. Par contre, j’ai développé un amour pour mon travail. Je me sens à ma place et je suis fière de travailler pour Cercueils Bernier, un emploi qui me permet de me réaliser. L’équipe de l’entreprise, c’est littéralement ma deuxième famille. Ici, c’est toujours simple et humain», a d’emblée partagé Mme Castonguay, lors d’une entrevue avec Le Peuple Lotbinière quelques jours avant d’accomplir ce rare exploit professionnel.

C’est à la fin de l’automne 1970 que la belle aventure d’Odette Castonguay chez Cercueils Bernier s’est amorcée. Si la femme originaire de Saint-Édouard avait commencé à travailler dans un magasin général, elle avait également déposé sa candidature chez Cercueils Bernier, située à proximité de la maison où elle vivait. Finalement, l’entreprise a embauché Odette Castonguay et elle a commencé à travailler à cet endroit le 20 novembre 1970.

«Il fallait apprendre vite puisqu’en raison du contexte à l’époque (NDLR : économique et démographique), il y avait des personnes qui attendaient de recevoir un appel pour venir travailler ici. On se bataillait pour obtenir un poste chez Cercueils Bernier», a illustré la femme qui vient d’avoir 67 ans.

Rapidement, Odette Castonguay a réussi à faire sa place et est devenue une membre importante de la chaîne de production de cercueils. C’est en effet elle qui habille l’intérieur et l’extérieur du cercueil en apposant les tissus nécessaires. Un travail de moine qui peut prendre plusieurs heures selon le modèle de cercueil qui arrive au poste de travail de l’employée de 67 ans.

Bonifiés par des mandats de création de concepts de cercueils, notamment pour des cercueils de petits enfants, les défis offerts par Cercueils Bernier ont stimulé Odette Castonguay et l’ont incitée à poursuivre son travail pour l’entreprise de Saint-Édouard. Un demi-siècle où Odette Castonguay a pu vivre les nombreux changements qui ont marqué l’histoire de Cercueils Bernier.

«En 1970, il y avait très peu de gens qui se faisaient incinérer. On produisait donc énormément de cercueils. Tellement que nous étions payés à la pièce plutôt qu’à l’heure. J’ai vécu beaucoup d’événements, que ce soit l’incendie de la première usine en 1978 ou l’arrivée dans l’usine actuelle. J’ai eu la chance de travailler avec quatre générations de la famille Bernier. J’ai vu Pierre dans l’usine, l’un des trois copropriétaires actuels, alors qu’il était un petit garçon», s’est rappelée Mme Castonguay.

Une employée très appréciée

 Alors que leur entreprise est frappée comme bien d’autres entreprises manufacturières de Lotbinière par la pénurie de main-d’oeuvre, la quatrième génération à la barre de Cercueils Bernier, composée de Pierre et Pier-Luc Bernier ainsi que de Josué Hamel, sont bien heureux de pouvoir compter sur une employée qui travaille pour l’entreprise depuis 50 ans. Chaque jour, l’expérience d’Odette Castonguay profite à l’ensemble de l’équipe, dont ses membres cumulent en moyenne 20 ans de service.

«Odette apporte beaucoup pour notre entreprise. C’est un bel exemple et c’est également une sage. Elle nous donne toujours des conseils ou des idées pour améliorer nos façons de faire et nos produits. Par contre, elle se donne toujours à 110% dans toutes les choses qu’elle faits. Un moment donné, j’ai dû lui dire de slaquer un peu. Elle n’arrêtait pas de penser au travail à la maison. C’est une perle et nous sommes bien heureux de célébrer avec elle son 50e anniversaire de service chez Cercueils Bernier», a notamment souligné Pier-Luc Bernier.

Les propriétaires de l’entreprise pourront d’ailleurs compter sur l’enthousiasme d’Odette Castonguay pour encore quelques années, cette dernière étant toujours passionnée par son travail.

«Je voulais atteindre les 50 ans de service et ce sera bientôt chose faite. Mon prochain objectif, c’est d’accompagner mes collègues à atteindre également ce cap. Ce qui va me forcer à arrêter de travailler ici, ce sera ma santé et l’âge. Je tiens à remercier mes anciens et mes actuels patrons pour la confiance qu’ils m’ont témoignée ou me témoignent. Mes collègues sont également précieux puisqu’ils m’ont toujours encouragée. C’est ce qui me motive à continuer», a conclu la fière employée de Cercueils Bernier depuis maintenant 50 ans.

 


Les plus lus

Accident mortel à Joly

FAITS DIVERS. La route a fait une victime la nuit dernière dans le secteur de Saint-Janvier-de-Joly. Pour une raison inconnue, un automobiliste a fait une violente sortie de route sur l’autoroute 20 Est (kilomètres 273) qui lui a coûté la vie.

La maison du quai deviendra musée

PATRIMOINE. Depuis le début du 20e siècle, la petite maison du quai de Lotbinière a été au cœur de la vie de la municipalité et, avec les années, a été déplacée à plusieurs reprises. En 2020, après avoir passé plus de 50 ans au 21, chemin de la Vieille-Église, elle était menacée de démolition. Ses nouveaux propriétaires l’ont cédée à la Corporation d’aide au développement économique et familial (C...

Deuxième dose : les Québécois pourront devancer leur rendez-vous à partir du mois prochain

SANTÉ. Lors d'une mêlée de presse à l'Assemblée nationale, le ministre de la Santé du Québec, Christian Dubé, a fait une mise à jour jeudi sur la campagne de vaccination. À cette occasion, il a notamment annoncé que les Québécois pourront devancer leur rendez-vous afin d'obtenir une deuxième dose d'un vaccin contre la COVID-19 à partir de juin.

Lotbinière passera en zone orange le 31 mai

SANTÉ. L’amélioration de la situation sanitaire au Québec fait en sorte que le gouvernement pourra aller de l’avant avec les premières phases du déconfinement qui s’amorceront vendredi et lundi. C’est ce qu’a indiqué le premier ministre du Québec, François Legault, lors de son point de presse hebdomadaire sur l’état de situation de la pandémie de COVID-19 au Québec.

Site de vaccination temporaire à Saint-Apollinaire

SANTÉ. Le Centre intégré de santé et de services sociaux de la Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a annoncé l’ouverture d’un centre temporaire de vaccination contre la COVID-19 au 83, rue Boucher, à Saint-Apollinaire les 28, 29 et 30 mai.

COVID-19 : situation stable dans la région

SANTÉ. Selon le plus récent bilan sur l'évolution de la pandémie du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA), 33 résidents de la région ont appris au cours des 24 dernières heures qu'ils avaient été infectés par le coronavirus.

Nouvelle distinction pour Josée Talbot

CULTURE. La photographe originaire de Saint-Apollinaire, Josée Talbot, s’est de nouveau distinguée parmi ses pairs. Elle a récemment reçu le titre de Maître des arts photographiques (MPA) des Photographes professionnels du Canada. Il lui a été présenté par le président de l’organisation, Ross Outerbridge, lors du gala virtuel de remise de prix de l’association, le 18 avril dernier.

La Chaudière-Appalaches encore en zone orange la semaine prochaine?

PANDÉMIE. Si le gouvernement provincial désire que la Chaudière-Appalaches passe en zone jaune (palier de préalerte) lundi prochain, la région pourrait être la seule du Québec à demeurer lundi prochain en zone orange, en raison de sa situation épidémiologique.