(Crédit photo : Yves Demers - Courtoisie)

SPORT. Les restrictions entourant la COVID-19 ont entraîné l’annulation de tous les événements et festivals de l’été partout au Québec. Pourtant, le cinquième Festival à la grange de Saint-Patrice-de-Beaurivage aura bel et bien lieu, mais de façon différente. L’événement qui met les chevaux en vedette se déroulera de manière virtuelle, le 27 juin, dès 19h.

À l’instar de tous les organisateurs d’événements de la province, ceux du Festival ont été contraints d’annuler leur édition de 2020. Toutefois, ils se sont rapidement relevé les manches et se sont mis en mode solution.

«Nous avions deux choix, soit de s’assoir et d’attendre l’année prochaine ou essayer de faire quelque chose. On y a pensé, on en a parlé avec des participants et on en est venu à l’idée qu’il fallait faire quelque chose de virtuel. […] Je prévois un résultat assez intéressant le 27 juin», a expliqué le directeur de l’événement, Mario Nadeau.

Les participants devaient se filmer en train de réaliser une performance dans l’une ou l’autre des quatre classes, soit cart moins de 25 ans, cart, quatre chevaux ainsi que six chevaux, et l’envoyer au Festival. «Pour ceux qui sont moins familiers, les attelages ressemblent à ce qu’on voit dans les publicités de Budweiser», a illustré M. Nadeau.

Un juge ontarien évaluera les performances et déterminera les gagnants. Ces derniers se partageront des bourses totalisant 3 500 $. Ils seront présentés le 27 juin.

Déjà, après avoir visionné certaines vidéos, M. Nadeau est en mesure d’affirmer que le calibre sera relevé cette année. De plus, puisque l’événement est virtuel, il attire des compétiteurs du Québec et de l’Ontario, mais aussi des États-Unis, entre autres de l’Utah, de la Pennsylvanie et de l’Ohio.

«Nous avons quatre ou cinq attelages qui étaient à la finale de la classique américaine l’année dernière. C’est un gros événement, un peu comme les séries mondiales au baseball. Peut-être que certains vont décider de venir nous voir l’année prochaine.»

D’ailleurs, a poursuivi M. Nadeau, le volet virtuel pourrait devenir un ajout intéressant à la programmation régulière de l’événement. Cela permettrait de recruter des compétiteurs de partout en Amérique du Nord. «Nous allons regarder comment cela va se dérouler le 27 et nous verrons pour la suite.»

Depuis ses débuts, le Festival à la grange de Saint-Patrice attire environ 2 000 personnes à Saint-Patrice-de-Beaurivage ainsi qu’une centaine de chevaux.

Un événement sur Facebook

Le montage des performances des participants ainsi que le nom des gagnants de chacune des classes seront diffusés sur la page Facebook du Festival le 27 juin. Le tout sera suivi du spectacle du Road Trip Country Band, présenté également de façon virtuelle.

Le Festival à la grange de Saint-Patrice-de-Beaurivage a été mis sur pied afin de combler le vide laissé par le départ d’Expo Québec.

 

 

Les plus lus

COVID-19 : deux nouveaux cas à Lévis

CORONAVIRUS. Dans son bilan portant sur l'évolution de la pandémie dans la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a indiqué, samedi, que deux autres résidents de la région, deux Lévisiens, ont récemment appris qu'ils avaient contracté la COVID-19.

Les rassemblements intérieurs bientôt permis

RASSEMBLEMENT. Lors d'une nouvelle conférence de presse portant sur l'évolution de la pandémie, le premier ministre du Québec, François Legault, a dévoilé que les rassemblements intérieurs seront bientôt de nouveau permis dans la province. Également, comme dévoilé par certains médias la semaine dernière, les restaurants pourront prochainement rouvrir leurs portes.

COVID-19 : deux nouveaux cas dans Lotbinière

CORONAVIRUS. Dans son bilan de dimanche portant sur l'évolution de la COVID-19 dans la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a annoncé que deux nouveaux cas d'infection ont été confirmés au cours des 24 dernières heures. Les deux nouvelles personnes touchées par le virus sont des résidentes de la MRC de Lotbinière.

Une façon originale de faire bouger les élèves

SPORT. Obligés de se conformer aux directives de la Direction de la santé publique, notamment celle de la distanciation physique, les enseignants doivent faire preuve de créativité pour faire bouger les élèves. C’est le cas à l’École du Chêne de Saint-Édouard. Depuis le 19 mai, les élèves peuvent se dégourdir les jambes dans un jeu de babyfoot géant.

COVID-19 : Trois nouveaux cas en Chaudière-Appalaches

Selon le bilan des 24 dernières heures du Centre intégré en santé et services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA), trois nouveaux cas infectés par la COVID-19 ont été recensés, ce 4 juin.

COVID-19 : un nouveau cas en Chaudière-Appalaches

COVID-19. Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a indiqué, mercredi, qu'un nouveau cas d'infection au nouveau coronavirus a été confirmé en Chaudière-Appalaches au cours des 24 dernières heures.

Un cas de plus de COVID-19 en Chaudière-Appalaches

SANTÉ. La région de la Chaudière-Appalaches compte à présent 509 personnes infectées par la COVID-19, soit une de plus qu’hier. C’est ce qui ressort du plus récent bilan du Centre intégré de santé et de services sociaux de la Chaudière-Appalaches (CISSS-CA).

Plus de 1 M$ en aide pour les PME de la MRC de Lotbinière

ÉCONOMIE. Le gouvernement fédéral a dévoilé aujourd’hui les détails concernant la distribution du Fonds d’aide et de relance régionale (FARR). Une enveloppe de 5,2 M$ a été accordée à l’ensemble des Sociétés d’aide au développement des collectivités (SADC) et aux Centres d’aide aux entreprises (CAE) de Chaudière-Appalaches.

COVID-19 : la situation demeure stable dans Lotbinière

SANTÉ. On peut apprendre dans le plus récent bilan sur l'évolution de la pandémie dans la région du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) que la situation demeure stable dans la MRC de Lotbinière.

L’industrie du textile a besoin de travailleurs

ÉCONOMIE. Depuis quelques semaines, l’industrie du textile fait face à un heureux problème. La signature de contrats avec le gouvernement fédéral pour la confection de matériel de protection pour le secteur médical a amené les entreprises à fonctionner à plein régime. C’est le cas de Logistik Unicorp dont les usines et sous-traitants doivent embaucher plus de personnel pour répondre à la demande.