(Crédit photo: Aude Malaret)

ÉDUCATION. Alors que les bals de fin d’année ont été annulés à cause de l’interdiction de se rassembler et l’obligation de maintenir une distance physique entre les personnes, les établissements publics du Centre de services scolaires des Navigateurs et privés du territoire ont organisé des festivités pour souligner ce cap symbolique dans la vie des jeunes.

Par Aude Malaret – Collaboration spéciale

C’est l’école secondaire privée Marcelle-Mallet qui a ouvert la parade à Lévis. Le 15 juin, les jeunes diplômés ont défilé, chacun dans leur véhicule. Aux arrêts prévus sur le parcours, les élèves ont été salués par les enseignants et le personnel et ont reçu des surprises  des mains de ceux qui les ont accompagnés pendant leurs cinq années d’étude.

L’établissement avait débuté les célébrations quelques jours plus tôt, le 10 juin, par le Gala du mérite étudiant et se poursuivront les 23 et 24 octobre avec le bal et la remise des diplômes.

Le 17 juin, c’était au tour du Collège de Lévis de féliciter la promotion 2020, lors de son événement «Ce n’est qu’un au revoir» dans la cour de l’établissement. Les finissants ont été accueillis par petits groupes sur un tapis rouge, puis dans un chapiteau décoré de ballons, accrochés à des bouteilles de gel désinfectant pour les mains qui rappelaient que la pandémie est toujours active dans la province.

Si le masque était de rigueur, chemises, nœuds papillons et robes étaient de la partie pour fêter cette fin d’année scolaire interrompue subitement par l’arrivée de la COVID-19.  «Ça a été difficile pour les jeunes de vivre le confinement loin de leurs amis, souligne, la directrice des 4e et 5e secondaires, Mélanie Champagne. Ils avaient hâte de se voir et de socialiser, Alors, ça a été un véritable soulagement quand on a annoncé les activités.»

Le 18 juin, c’est le Juvénat Notre-Dame qui a revêtu ses plus beaux habits pour recevoir les finissants par groupe de huit à dix. «On leur fait revivre leurs cinq années de secondaires, dévoile le directeur de l’établissement, Jimmy-Éric Talbot. On les accueille avec de la musique hawaïenne comme à leur arrivée en secondaire 1 et ensuite ils suivent un parcours avec des enseignants et des vidéos.»

À la sortie du bâtiment, les jeunes ont reçu un certificat et posé pour les photographes afin d’immortaliser cette journée qui «marque un trait entre la vie d’enfant et d’adulte», souligne le directeur qui a reçu de nombreux messages des élèves après l’annonce de l’annulation du bal. «Si j’avais su que le 13 mars était ma dernière journée de secondaire, je l’aurais vécu différemment», lui a partagé l’un deux.

Quant au bal et à la remise des diplômes, organisés traditionnellement sur deux journées au début et à la fin de juin, ils auront lieu le 10 octobre prochain.

Écoles publiques

Le 18 juin, en soirée cette fois, les finissants se sont retrouvés à l’École Pamphile-Le May de Sainte-Croix pour une célébration présentée comme dans un ciné-parc. Les participants ont regardé les discours de fin d’année sur leur appareil mobile et assisté à des animations. Des diplômes ainsi que plusieurs prix ont aussi été remis.

Des galas virtuels et le visionnement du making-of du spectacle de fin d’année, qui n’a pas pu être présenté, sont également prévus pour souligne le parcours des jeunes. La direction de l’établissement n’exclut pas d’organiser un bal plus tard, une tradition qui se tient normalement chaque année dans l’église. «On sentait une grande déception de ne pas pouvoir vivre leur fin d’année comme ils l’avaient imaginée dès leur premier jour de secondaire.» Alors, tout le personnel s’est mobilisé pour permettre aux élèves de quand même vivre cette étape.

Du côté de l’École secondaire Beaurivage à Saint-Agapit, tous les enseignants seront présents le 29 juin pour souligner ce passage vers les études supérieures. «Quand les élèves sont venus pour vider leur casier et rendre leurs manuels, les élèves nous ont dit qu’ils étaient très vraiment très tristes», se souvient Myriam Nejmi, directrice adjointe deuxième cycle.

La célébration de la fin de l’année sous le thème Music-Hall se tiendra dans le hall de l’établissement. Par petits groupes, les jeunes recevront l’album photo et pourront immortaliser leur passage devant l’objectif. L’événement a été organisé en collaboration avec les élèves qui siègent au conseil d’établissement. Les organisateurs espèrent que tous enfileront leurs plus beaux habits pour l’occasion.

Quant à l’École Pointe-Lévy, l’établissement a annoncé sur sa page Facebook qu’un événement se tiendrait le 22 juin et que le bal est reporté au 10 octobre. Finalement, l’ESLE organisera un événement pour les finissants le 23 juin, comme l’indique la page Facebook de l’école, et une date serait déjà réservée pour le bal.

 

Les plus lus

COVID-19 : deux nouveaux cas à Lévis

CORONAVIRUS. Dans son bilan portant sur l'évolution de la pandémie dans la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a indiqué, samedi, que deux autres résidents de la région, deux Lévisiens, ont récemment appris qu'ils avaient contracté la COVID-19.

Les rassemblements intérieurs bientôt permis

RASSEMBLEMENT. Lors d'une nouvelle conférence de presse portant sur l'évolution de la pandémie, le premier ministre du Québec, François Legault, a dévoilé que les rassemblements intérieurs seront bientôt de nouveau permis dans la province. Également, comme dévoilé par certains médias la semaine dernière, les restaurants pourront prochainement rouvrir leurs portes.

COVID-19 : deux nouveaux cas dans Lotbinière

CORONAVIRUS. Dans son bilan de dimanche portant sur l'évolution de la COVID-19 dans la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a annoncé que deux nouveaux cas d'infection ont été confirmés au cours des 24 dernières heures. Les deux nouvelles personnes touchées par le virus sont des résidentes de la MRC de Lotbinière.

Une façon originale de faire bouger les élèves

SPORT. Obligés de se conformer aux directives de la Direction de la santé publique, notamment celle de la distanciation physique, les enseignants doivent faire preuve de créativité pour faire bouger les élèves. C’est le cas à l’École du Chêne de Saint-Édouard. Depuis le 19 mai, les élèves peuvent se dégourdir les jambes dans un jeu de babyfoot géant.

COVID-19 : Trois nouveaux cas en Chaudière-Appalaches

Selon le bilan des 24 dernières heures du Centre intégré en santé et services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA), trois nouveaux cas infectés par la COVID-19 ont été recensés, ce 4 juin.

COVID-19 : un nouveau cas en Chaudière-Appalaches

COVID-19. Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a indiqué, mercredi, qu'un nouveau cas d'infection au nouveau coronavirus a été confirmé en Chaudière-Appalaches au cours des 24 dernières heures.

Un cas de plus de COVID-19 en Chaudière-Appalaches

SANTÉ. La région de la Chaudière-Appalaches compte à présent 509 personnes infectées par la COVID-19, soit une de plus qu’hier. C’est ce qui ressort du plus récent bilan du Centre intégré de santé et de services sociaux de la Chaudière-Appalaches (CISSS-CA).

Plus de 1 M$ en aide pour les PME de la MRC de Lotbinière

ÉCONOMIE. Le gouvernement fédéral a dévoilé aujourd’hui les détails concernant la distribution du Fonds d’aide et de relance régionale (FARR). Une enveloppe de 5,2 M$ a été accordée à l’ensemble des Sociétés d’aide au développement des collectivités (SADC) et aux Centres d’aide aux entreprises (CAE) de Chaudière-Appalaches.

COVID-19 : la situation demeure stable dans Lotbinière

SANTÉ. On peut apprendre dans le plus récent bilan sur l'évolution de la pandémie dans la région du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) que la situation demeure stable dans la MRC de Lotbinière.

L’industrie du textile a besoin de travailleurs

ÉCONOMIE. Depuis quelques semaines, l’industrie du textile fait face à un heureux problème. La signature de contrats avec le gouvernement fédéral pour la confection de matériel de protection pour le secteur médical a amené les entreprises à fonctionner à plein régime. C’est le cas de Logistik Unicorp dont les usines et sous-traitants doivent embaucher plus de personnel pour répondre à la demande.