(Crédit photo: Archives)

C’est l’une des questions laissées en suspens sur le tableau noir de la science depuis les débuts de la pandémie. Les enfants semblent très peu souvent infectés par le nouveau coronavirus. Mais jusqu’à quel point peuvent-ils le propager ?

Agence Science-Presse

Les moins de 18 ans représentent une toute petite fraction des cas confirmés de la maladie : moins de 2 % des infections rapportées en Chine, en Italie et aux États-Unis, rappelle un récent article de Nature.

Certains scientifiques soutiennent donc que les mineurs sont moins à risque, qu’ils ne sont pas responsables de la majorité des transmissions et que les données actuelles soutiennent l’ouverture des écoles.

Mais d’autres scientifiques s’opposent à un retour en classe précipité, en affirmant que si l’incidence de l’infection est plus faible chez les enfants, c’est justement parce qu’ils sont moins exposés que les adultes, en raison de la fermeture des écoles. De plus, comme les jeunes présentent peu ou pas de symptômes, ils sont souvent moins testés, d’où la nécessité d’une surveillance accrue et de plus de dépistages chez les enfants.

Une récente étude parue dans The Lancet Infectious Diseases a relancé le débat : l’analyse de données au sein de ménages présentant des cas confirmés de Covid-19 à Shenzhen, en Chine, a conclu que les moins de dix ans seraient tout aussi susceptibles que les adultes d’être infectés, mais moins susceptibles d’avoir des symptômes graves.

Peu infectieux ?

D’autres études en provenance d’Islande, d’Italie et de Corée du Sud, où les dépistages sont plus importants, ont toutefois observé de plus faibles taux d’infections chez les enfants.

Une autre étude, portant sur les cas de la province de Hunan, publiée dans Science, conclut elle aussi que sans être invulnérables aux infections, ils le seraient moins. Pour chaque enfant infecté de moins de 15 ans, il y avait près de 3 personnes infectées entre 20 et 64 ans, constatent les auteurs.

Dans une méta-analyse australienne, les chercheurs ont également constaté — en comparant la propagation au sein de pays avec et sans confinement — que les enfants sont rarement ceux qui ramènent l’infection dans le foyer : seulement 8 % des enfants étaient infectés en premier, contre 50 % pour les éclosions de grippe aviaire H5N1.

Il reste qu’il est difficile d’établir hors de tout doute que les enfants sont peu infectieux. Deux études pré-publiées rapportent que les enfants avec les symptômes de la Covid-19 pourraient avoir les mêmes niveaux d’ARN viral que les adultes, ce qui, si cela se confirmait, les rendrait aussi infectieux.

Transmission et symptômes 

De même, confinement oblige, il existe encore peu d’études sur la transmission des virus de l’école à la collectivité. Une enquête en Australie suggère qu’elle serait limitée et beaucoup plus faible qu’avec d’autres virus respiratoires, comme la grippe. Sur plus de 850 personnes entrées en contact avec neuf élèves et neuf membres du personnel atteints de la Covid-19, seulement deux cas ont été enregistrés, chez deux enfants. Une étude française portant sur un groupe de cas dans les Alpes a montré qu’un enfant de 9 ans a fréquenté trois écoles et un cours de ski en présentant des symptômes de la Covid-19, sans avoir infecté personne.

Par contre, les chercheurs s’entendent sur le fait que les enfants tendent à mieux composer avec le nouveau coronavirus. La majorité des enfants infectés présentent des symptômes légers ou inexistants. Quelques rares cas d’une réponse inflammatoire similaire à la maladie infantile de Kawasaki ont été toutefois signalés à Londres et New York.

Une des théories expliquant la légèreté des symptômes serait que leurs poumons contiendraient moins de récepteurs ACE2, les protéines que le virus utilise pour pénétrer dans les cellules.

D’autres chercheurs soutiennent que les enfants seraient plus souvent exposés aux coronavirus, comme ceux du rhume, ce qui les protégerait. Ils pourraient avoir aussi une réponse immunitaire plus appropriée à l’infection, c’est-à-dire assez forte pour combattre le virus, mais assez faible pour ne pas causer de dommages à leurs propres organes.

 Le retour à l’école devrait permettre de lever une partie du mystère… dans un sens ou dans l’autre. Les jeunes élèves du Québec (sauf ceux de Montréal), de l’Allemagne et du Danemark, sont de retour sur les bancs d’école depuis la semaine dernière, et ceux de la France et de l’Australie emboîteront bientôt le pas.

  

 

Les plus lus

L’accès au compte d’urgence pour les entreprises élargit

POLITIQUE. Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a confirmé ce matin l’élargissement des critères d’admissibilité au Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes (CUEC).

Accident mortel à Lotbinière

FAITS DIVERS. Un homme de 34 ans originaire de Sainte-Croix, Dave Martel-Viziau, a perdu la vie hier (26 avril), alors qu’il a perdu le contrôle de la moto sur laquelle il se trouvait. L’accident est survenu sur la route 132, dans la municipalité de Lotbinière.

Se réinventer pour faire face à la crise

ÉCONOMIE. Depuis le début de la crise sanitaire, Le Porc de Beaurivage a vu fondre une bonne partie de sa clientèle composée de restaurateurs, de chefs et de bouchers. Toutefois, une décision d’affaires prise l’automne dernier leur permet maintenant de combler une part de ce vide.

Des fleurs pour la fête des Mères

COMMUNAUTÉ. Annie Charest a donné le sourire à une centaine de femmes de la MRC de Lotbinière, de Lévis et de Québec pendant la fin de semaine de la fête des Mères. Celle qui possède son salon de coiffure à Laurier-Station a parcouru près de 400 km en voiture pendant deux jours pour surprendre certaines de ses clientes, qui sont également des mamans, avec un bouquet de fleurs.

Une photographe de Saint-Apollinaire se distingue

CULTURE. Le talent d’une photographe de Saint-Apollinaire, Josée Talbot, a récemment été reconnu par ses pairs. Elle a reçu, le 25 avril dernier, le titre d’Artisan des arts photographiques (Craftman of Photographic Arts) décerné par les Photographes professionnels du Canada. Cette distinction lui a été remise par la présidente de l’association, Louise Vessey, lors du gala virtuel de l’association...

COVID-19 : l'état de la situation à 14h

CORONAVIRUS. Voici un résumé des derniers développements, autant régionaux que nationaux, portant sur la crise de la COVID-19.

Deux nouveaux cas de COVID-19 en Lotbinière

SANTÉ. Dans le bilan quotidien du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA), on constate l’apparition de deux nouveaux cas de COVID-19 dans la MRC de Lotbinière. Cela porte le total de personnes qui ont été infectées par la maladie, depuis le début de la crise, à 20.

De nouveaux cas dans Lotbinière

SANTÉ. Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a confirmé deux nouveaux cas de COVID-19 dans la MRC de Lotbinière. Cela porte maintenant le nombre de personnes infectées à 22 dans la région.

Un projet de réinsertion sociale populaire

COMMUNAUTÉ. L’Oasis de Lotbinière se réjouit du succès qu’a rencontré son Projet nichoir auprès de la population. En deux ans, 438 nichoirs fabriqués par des participants au programme d’intégration sociale ont été vendus, majoritairement à des citoyens de la MRC de Lotbinière.

Le maire de Leclercville quitte ses fonctions

POLITIQUE. Le maire de Leclercville, Marcel Richard, s’est retiré de la vie politique. Il en a fait l’annonce aux citoyens de la municipalité, par le biais du journal municipal, au début du mois.