(Crédit photo: Archives et Agence Science Presse)

Agence Science-Presse (www.sciencepresse.qc.ca)

Depuis le début de la pandémie, des centaines de personnes ont été hospitalisées ou sont mortes après avoir suivi des conseils santé douteux qui circulent toujours abondamment sur les réseaux sociaux.

Ces conseils douteux ont plusieurs points en commun : voici six indices qui devraient sonner l’alarme. Sauriez-vous les repérer dans ce texte ?

Les 6 indices à repérer

1. On vous parle de « médecine ancienne » ou de « remède naturel ». Le seul fait qu’un traitement est naturel ou ancestral ne prouve absolument pas son efficacité.

2. On vante un traitement « miraculeux » ou « révolutionnaire ». Les scientifiques n’utilisent pas ce type de vocabulaire. Apporte-t-on des preuves scientifiques à la hauteur de ces prétentions, cite-t-on une étude publiée ? Si ça vous semble trop beau pour être vrai, c’est probablement le cas.

3. On fait passer une anecdote pour une preuve scientifique. Les anecdotes peuvent choquer ou même donner espoir. Même véridiques, elles n’ont pas le même poids que des preuves scientifiques.

4. On reste flou sur l’expertise des personnes citées. Mentionner la renommée d’un « expert » ou son titre n’est pas suffisant. Il faut préciser s’il a une spécialité dans ce domaine ou s’il a publié une étude à ce sujet pour savoir s’il a une réelle expertise.

5. On vous fait croire qu’il s’agit d’un remède exclusif. Essaie-t-on de vous convaincre que tout le monde vous ment et vous cache des informations cruciales (sauf l’auteur) ? Si ça marchait vraiment, ça se saurait.

6. On essaie de vous vendre un remède, un traitement. C’est une stratégie bien connue des publicitaires : un argument de vente déguisé en conseil passe mieux qu’une publicité ordinaire.

Les plus lus

L’accès au compte d’urgence pour les entreprises élargit

POLITIQUE. Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a confirmé ce matin l’élargissement des critères d’admissibilité au Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes (CUEC).

Se réinventer pour faire face à la crise

ÉCONOMIE. Depuis le début de la crise sanitaire, Le Porc de Beaurivage a vu fondre une bonne partie de sa clientèle composée de restaurateurs, de chefs et de bouchers. Toutefois, une décision d’affaires prise l’automne dernier leur permet maintenant de combler une part de ce vide.

Des fleurs pour la fête des Mères

COMMUNAUTÉ. Annie Charest a donné le sourire à une centaine de femmes de la MRC de Lotbinière, de Lévis et de Québec pendant la fin de semaine de la fête des Mères. Celle qui possède son salon de coiffure à Laurier-Station a parcouru près de 400 km en voiture pendant deux jours pour surprendre certaines de ses clientes, qui sont également des mamans, avec un bouquet de fleurs.

Une photographe de Saint-Apollinaire se distingue

CULTURE. Le talent d’une photographe de Saint-Apollinaire, Josée Talbot, a récemment été reconnu par ses pairs. Elle a reçu, le 25 avril dernier, le titre d’Artisan des arts photographiques (Craftman of Photographic Arts) décerné par les Photographes professionnels du Canada. Cette distinction lui a été remise par la présidente de l’association, Louise Vessey, lors du gala virtuel de l’association...

COVID-19 : l'état de la situation à 14h

CORONAVIRUS. Voici un résumé des derniers développements, autant régionaux que nationaux, portant sur la crise de la COVID-19.

Deux nouveaux cas de COVID-19 en Lotbinière

SANTÉ. Dans le bilan quotidien du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA), on constate l’apparition de deux nouveaux cas de COVID-19 dans la MRC de Lotbinière. Cela porte le total de personnes qui ont été infectées par la maladie, depuis le début de la crise, à 20.

De nouveaux cas dans Lotbinière

SANTÉ. Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a confirmé deux nouveaux cas de COVID-19 dans la MRC de Lotbinière. Cela porte maintenant le nombre de personnes infectées à 22 dans la région.

Un projet de réinsertion sociale populaire

COMMUNAUTÉ. L’Oasis de Lotbinière se réjouit du succès qu’a rencontré son Projet nichoir auprès de la population. En deux ans, 438 nichoirs fabriqués par des participants au programme d’intégration sociale ont été vendus, majoritairement à des citoyens de la MRC de Lotbinière.

Le maire de Leclercville quitte ses fonctions

POLITIQUE. Le maire de Leclercville, Marcel Richard, s’est retiré de la vie politique. Il en a fait l’annonce aux citoyens de la municipalité, par le biais du journal municipal, au début du mois.

Un virage web payant

ÉCONOMIE. Depuis le début de la crise de la COVID-19, certaines entreprises québécoises ont réussi à tirer leur épingle du jeu. C’est notamment le cas de Meubles South Shore. Le fabricant de meubles basé à Sainte-Croix a vu ses ventes en ligne bondir de 90%.