Mathieu Mathieu-Pépin a chuté de cette plateforme élévatrice, le 22 octobre 2018. Crédit photo : CNESST

SÉCURITÉ. Par voie de communiqué, la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) a rendu publiques, le 3 mars, les conclusions de son enquête sur l’accident du travail qui a coûté la vie à Mathieu Mathieu-Pépin, soudeur pour l’entreprise Carrière Ray-Car, une division de Sintra, le 22 octobre 2018, à Saint-Flavien.

Par Érick Deschênes – Collaboration spéciale

Rappelons que le soir de l’accident, M. Mathieu-Pépin, un résident de Saint-Georges-de-Beauce âgé de 36 ans, devait effectuer la vérification des courroies des organes de transmission d’un convoyeur à l’aide d’un appareil de levage de travailleurs.

Prenant place au poste de commande de la plateforme de l’appareil dont la flèche était déployée à une hauteur approximative de 11 mètres, Mathieu Mathieu-Pépin a déplacé l’appareil pour effectuer sa tâche.

Lors de ce déplacement, la roue motrice gauche a roulé dans une cavité de 7,6 centimètres de profondeur ayant pour effet de déstabiliser et d’éjecter le travailleur, qui ne portait pas de harnais. M. Mathieu-Pépin a fait une chute de 11 mètres. À l’arrivée des services d’urgence sur place, il a été transporté à l’hôpital, où malheureusement son décès a été constaté.

Causes de l’accident 

 À la suite de son enquête, la CNESST a retenu trois causes pour expliquer l’accident. D’abord, l’arrêt brusque et la rotation de l’appareil de levage, lorsque la roue motrice gauche s’est engagée dans une cavité, ont conféré à la plateforme ainsi qu’à la flèche des déplacements et des vitesses suffisamment importants pour éjecter le travailleur. Ensuite, le travailleur a chuté d’une hauteur approximative de 11 mètres à partir de la plateforme, lors du déplacement de l’appareil de levage sur un sol accidenté.

Enfin, la CNESST estime que la supervision du port du harnais de sécurité par le travailleur à bord de la plateforme était déficiente. À la suite de l’accident, la CNESST a interdit l’utilisation de l’appareil de levage aux fins d’enquête et d’inspection mécanique.

Après l’inspection, la CNESST a autorisé l’utilisation de la plateforme élévatrice. De plus, des correctifs ont été demandés quant à la vérification de la pression des pneus de la plateforme élévatrice, l’élaboration d’une procédure concernant le déplacement de la plateforme élévatrice lorsque la flèche est déployée et une meilleure supervision du port du harnais de sécurité et de sa liaison antichute à bord de l’appareil. Soulignons d’ailleurs que l’employeur s’est conformé à ces exigences.

Suites

Ainsi, pour éviter un tel accident, la CNESST recommande notamment que les travailleurs qui utilisent une plateforme d’un appareil de levage de porter toujours un harnais de sécurité lors de la conduite d’un tel véhicule. Du même souffle, la CNESST a rappelé que par la loi, l’employeur est tenu de prendre les mesures nécessaires pour protéger la santé et assurer la sécurité et l’intégrité physique de ses travailleurs. Il a également l’obligation de s’assurer que l’organisation du travail ainsi que les équipements, les méthodes et les techniques pour l’accomplir sont sécuritaires.

À titre de prévention, la CNESST enverra son rapport à l’Association de la construction du Québec (ACQ), à l’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ), à l’Association des constructeurs de routes et grands travaux du Québec (ACRGTQ) et à l’Association patronale des entreprises en construction du Québec (APECQ) pour les informer de ses conclusions.

Aussi, la CNESST informera les centres de location de plates-formes élévatrices qui offrent de la formation des conclusions de l’enquête.

Finalement, le rapport d’enquête sera transmis au ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur pour diffusion, à titre informatif et à des fins pédagogiques, dans les établissements de formation professionnelle des métiers de l’industrie de la construction.

 

Les plus lus

Le club de golf de Joly est sauvé

GOLF. Les golfeurs de la région pourront arpenter de nouveau le parcours du Club de golf Les Boisés de Joly lors des prochains mois. Un groupe d’hommes d’affaires de Lotbinière a récemment acquis les actifs de la coopérative qui gérait auparavant le club et qui était en faillite depuis l’automne. Les nouveaux actionnaires veulent que les activités du club reprennent dès mai.

Décès d’Anaïs Renaud à Saint-Flavien : la coroner rend publiques ses recommandations

PRÉVENTION. Le Bureau du coroner du Québec a rendu publiques, le 5 mars, les conclusions de la coroner Géhane Kamel sur le décès accidentel d’Anaïs Renaud, une fillette de 11 ans, survenu en 2018 à Saint-Flavien. Dans son rapport d’investigation, Me Kamel propose plusieurs recommandations aux autorités pour éviter qu’une telle tragédie se reproduise.

Deux nouveaux cas de coronavirus en Chaudière-Appalaches

SANTÉ. Dans son plus récent bilan du nombre de cas confirmés de la COVID-19 dans la province, publié à 15h dimanche, le gouvernement du Québec a dévoilé que deux nouvelles personnes souffrent du nouveau coronavirus en Chaudière-Appalaches.

Une hockeyeuse de talent

HOCKEY. C’est pour faire comme ses deux grands frères que la hockeyeuse Jade Picard, originaire de Saint-Narcisse-de-Beaurivage, a enfilé, à 4 ans, des patins de hockey pour la première fois. Aujourd’hui, la défenseure porte les couleurs des Cougars du Collège Champlain Lennoxville et d’Équipe Québec.

L’érable au féminin

ÉCONOMIE. C’est le désir d’être entrepreneure qui a poussé Lucie Leclerc à quitter son emploi d’adjointe administrative chez Desjardins au tournant des années 2010 pour se diriger vers l’acériculture. Elle a vu l'occasion parfaite de réaliser son rêve, en 2012, avec l’érablière de son conjoint Claude.

Alcide Frenette a été retrouvé

FAITS DIVERS. La Sûreté du Québec confirme avoir retrouvé l'Issoudunois Alcide Frenette ce matin, dans le secteur de Rivière-du-Loup. Il est sain et sauf.

Un premier cas confirmé de coronavirus en Chaudière-Appalaches

SANTÉ. Un résident de la Chaudière-Appalaches a été testé positif au Covid-19. En raison de son état qui est «bon», la personne est en isolement à son domicile.

De Saint-Agapit à Haïti

SOCIÉTÉ. Des colis bien particuliers prendront la mer dans quelques semaines à direction d’Haïti. À l’intérieur, on y retrouve deux chaises de dentiste, un don de la Clinique dentaire Bouchard Goulet, qui seront livrées à Limbé afin que ces citoyens aient accès à des soins à peu de frais.

Accident de travail à Saint-Flavien : la CNESST présente les conclusions de son enquête

SÉCURITÉ. Par voie de communiqué, la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) a rendu publiques, le 3 mars, les conclusions de son enquête sur l’accident du travail qui a coûté la vie à Mathieu Mathieu-Pépin, soudeur pour l’entreprise Carrière Ray-Car, une division de Sintra, le 22 octobre 2018, à Saint-Flavien.

Une clinique de dépistage de la COVID-19 dans la région

SANTÉ. Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Chaudière-Appalaches a confirmé, le 17 mars, l’ouverture d’une première clinique de dépistage de la COVID-19 dans la région. Elle sera située au Centre Paul-Gilbert de Charny et offrira, de 8h à 20h, un service de dépistage à l’auto.