La coordonnatrice en immigration au CEL, Judith Riopel, a présenté le portrait de l’immigration dans la MRC de Lotbinière. (Crédit photo : Mélanie Labrecque)

ÉCONOMIE. Bien que Montréal et les grands centres urbains aient un important pouvoir d’attraction auprès des immigrants, certains ont fait le choix de s’installer en région et ont déposé leurs valises dans la MRC de Lotbinière. Pour avoir une idée précise de la situation de l’immigration sur le territoire, le Carrefour emploi Lotbinière (CEL) a commandé une enquête pour faire l’état de la situation. L’organisme a présenté les résultats récemment.

Le Diagnostic en matière d’attraction et d’établissement durable des personnes immigrantes dans Lotbinière a été réalisé par la Firme Libelo Conseil et montre que la MRC de Lotbinière compte 405 immigrants provenant de la France, des États-Unis, de l’Allemagne, du Maroc et de la Chine. Ces derniers ont opté principalement pour Saint-Apollinaire, Sainte-Croix, Saint-Agapit, Saint-Antoine-de-Tilly, Saint-Gilles et Joly pour s’établir.

Toutefois, bien que ces données brossent un bon portrait de la situation, elles remontent au recensement de 2016.

«Statistiquement, on n’a pas le choix d’y aller avec les chiffres de 2016, mais on voit que les entreprises recrutent. […] On le voit dans nos activités. Avant, nous pouvions les tenir dans nos locaux, maintenant nous devons aller dans des salles. Cela prend de l’ampleur», a expliqué la coordonnatrice en immigration au CEL, Judith Riopel. Dans les prochains mois, indique-t-elle, les entreprises de la région accueilleront au moins 90 nouveaux travailleurs de l’étranger.

En date du 1er juillet, le CEL soutient une centaine d’immigrants, tous statuts confondus.

Motivations à choisir Lotbinière

Si certains immigrants sont arrivés depuis peu dans la MRC de Lotbinière, certains y habitent depuis plus de 40 ans. Les raisons qui les ont poussés à choisir la région sont principalement pour suivre un membre de la famille ou fonder une famille, travailler, la qualité de vie, la nature, la tranquillité, le prix des propriétés et la proximité avec la ville. D’ailleurs, 78 % des immigrants consultés dans le cadre de l’enquête ont manifesté le souhait de demeurer dans la MRC.

Wirdlina Joseph a rencontré son conjoint alors qu’elle étudiait à l’Université Laval. Ce dernier étant originaire de Saint-Agapit, s’installer dans Lotbinière devenait tout naturel pour elle. «Vu la raison pour laquelle je suis ici, j’ai un conjoint, j’ai des enfants, on a une maison. On voit nos vies ici, à Saint-Agapit. C’est sûr que je vais rester.»

Défis

Parallèlement, le Carrefour a noté que la région a encore certains défis à relever en matière d’immigration.

«Les déplacements en transports en commun sont difficiles, surtout la fin de semaine. Oui, il y a Express Lotbinière, mais il y a des limites au service. Ça peut créer un certain isolement pour les conjointes des travailleurs. Il y a aussi tout ce qui touche l’intégration dans la communauté et dans l’entreprise. Se créer un réseau, ça prend un certain temps. […] On note aussi l’emploi, l’équivalence des diplômes et la langue», a expliqué Mme Riopel.

«Au début, je trouvais ça difficile parce que chez moi j’étais habituée à rencontrer du monde, à beaucoup jaser. Une fois arrivée ici, je ne connaissais personne sauf la famille de mon conjoint. J’ai rapidement compris qu’il fallait que ce soit moi qui aille vers les gens», a confirmé Mme Joseph. D’ailleurs, cette dernière a décidé de s’impliquer dans la communauté, notamment auprès du Carrefour emploi Lotbinière, afin d’aider à son intégration.

D'autre part, elle ajoute que chaque cas est unique. Chaque immigrant va rencontrer ses propres défis et obstacles. Pour certains l’intégration est plus difficile. «Même si elle vient ici pour avoir une belle qualité de vie, le fait de ne pas avoir de repères ou de contacts peut faire en sorte que la personne repartira.»

D’un autre côté, selon le Diagnostic, 22 % des immigrants n’auraient pas éprouvé de difficultés d’adaptation.

Ce travail a également permis de mettre en lumière les différentes attentes du milieu et les solutions proposées pour y répondre. Elles se divisent selon six grands axes : attraction, intégration et rétention, concertation, préparation du milieu, sensibilisation ainsi que les rapprochements interculturels.

 

 

Les plus lus

Le club de golf de Joly est sauvé

GOLF. Les golfeurs de la région pourront arpenter de nouveau le parcours du Club de golf Les Boisés de Joly lors des prochains mois. Un groupe d’hommes d’affaires de Lotbinière a récemment acquis les actifs de la coopérative qui gérait auparavant le club et qui était en faillite depuis l’automne. Les nouveaux actionnaires veulent que les activités du club reprennent dès mai.

Décès d’Anaïs Renaud à Saint-Flavien : la coroner rend publiques ses recommandations

PRÉVENTION. Le Bureau du coroner du Québec a rendu publiques, le 5 mars, les conclusions de la coroner Géhane Kamel sur le décès accidentel d’Anaïs Renaud, une fillette de 11 ans, survenu en 2018 à Saint-Flavien. Dans son rapport d’investigation, Me Kamel propose plusieurs recommandations aux autorités pour éviter qu’une telle tragédie se reproduise.

Deux nouveaux cas de coronavirus en Chaudière-Appalaches

SANTÉ. Dans son plus récent bilan du nombre de cas confirmés de la COVID-19 dans la province, publié à 15h dimanche, le gouvernement du Québec a dévoilé que deux nouvelles personnes souffrent du nouveau coronavirus en Chaudière-Appalaches.

Une hockeyeuse de talent

HOCKEY. C’est pour faire comme ses deux grands frères que la hockeyeuse Jade Picard, originaire de Saint-Narcisse-de-Beaurivage, a enfilé, à 4 ans, des patins de hockey pour la première fois. Aujourd’hui, la défenseure porte les couleurs des Cougars du Collège Champlain Lennoxville et d’Équipe Québec.

L’érable au féminin

ÉCONOMIE. C’est le désir d’être entrepreneure qui a poussé Lucie Leclerc à quitter son emploi d’adjointe administrative chez Desjardins au tournant des années 2010 pour se diriger vers l’acériculture. Elle a vu l'occasion parfaite de réaliser son rêve, en 2012, avec l’érablière de son conjoint Claude.

Alcide Frenette a été retrouvé

FAITS DIVERS. La Sûreté du Québec confirme avoir retrouvé l'Issoudunois Alcide Frenette ce matin, dans le secteur de Rivière-du-Loup. Il est sain et sauf.

Un premier cas confirmé de coronavirus en Chaudière-Appalaches

SANTÉ. Un résident de la Chaudière-Appalaches a été testé positif au Covid-19. En raison de son état qui est «bon», la personne est en isolement à son domicile.

De Saint-Agapit à Haïti

SOCIÉTÉ. Des colis bien particuliers prendront la mer dans quelques semaines à direction d’Haïti. À l’intérieur, on y retrouve deux chaises de dentiste, un don de la Clinique dentaire Bouchard Goulet, qui seront livrées à Limbé afin que ces citoyens aient accès à des soins à peu de frais.

Accident de travail à Saint-Flavien : la CNESST présente les conclusions de son enquête

SÉCURITÉ. Par voie de communiqué, la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) a rendu publiques, le 3 mars, les conclusions de son enquête sur l’accident du travail qui a coûté la vie à Mathieu Mathieu-Pépin, soudeur pour l’entreprise Carrière Ray-Car, une division de Sintra, le 22 octobre 2018, à Saint-Flavien.

Une clinique de dépistage de la COVID-19 dans la région

SANTÉ. Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Chaudière-Appalaches a confirmé, le 17 mars, l’ouverture d’une première clinique de dépistage de la COVID-19 dans la région. Elle sera située au Centre Paul-Gilbert de Charny et offrira, de 8h à 20h, un service de dépistage à l’auto.