(Crédit photo: Courtoisie)

ENVIRONNEMENT. Si cette pratique ancestrale est populaire en Europe, l’écopâturage est désormais quasi inexistant au Québec. Mais la situation pourrait bientôt changer grâce aux efforts de deux entrepreneurs lotbiniérois qui veulent offrir ce service aux gens de la région.

Par Érick Deschênes – Collaboration spéciale

C’est Sylvain Pillenière, propriétaire de Pro Vert Lotbinière (entreprise spécialisée en tonte mécanique de pelouse), et Dominic Degery, propriétaire de Matelevage (distributeur de matériel d’élevage agricole), qui sont derrière cette idée de ramener à l’avant-plan cette pratique ancestrale.

Rappelons que l’écopâturage, connu également sous le nom d’écopastoralisme, consiste à entretenir des espaces verts par le pâturage sur le site choisi d’animaux herbivores, tels des moutons, des chèvres, des vaches, des chevaux ou des alpagas.

Désirant offrir une alternative plus écologique à la tonte mécanique pour tondre des pelouses, Sylvain Pillenière a effectué plusieurs recherches sur les techniques utilisées en Europe et a décidé de s’unir à Dominic Degery, qui a une expertise dans les soins à donner aux moutons, pour se lancer dans cette aventure.

«Je cherchais un moyen de faire un impact sur l’environnement, notamment en réduisant le bruit et le transport d’essence. Je voulais créer des environnements plus paisibles et encourager la biodiversité. […] Les bienfaits de l’écopâturage sont énormes. En plus d’être meilleure pour l’environnement, cette méthode d’entretien de grands espaces verts est beaucoup moins dispendieuse que la tonte mécanique», a expliqué M. Pillenière.

Une première réussie

Avant de lancer en grand leurs activités, Sylvain Pillenière et Dominic Degery ont décidé de mener un test à grande échelle au cours des derniers mois. Annie Gosselin et Philippe Jean, des résidents de la municipalité de Lotbinière, ont accepté que leur terrain vacant de 25 000 pieds carrés soit entretenu par l’entremise de l’écopâturage.

Les deux entrepreneurs ont pu louer six moutons de type charollais à Jean-Pierre Ducruc et Hélène Jolicoeur, de Sainte-Croix. Après l’installation d’une clôture électrique autour du terrain afin d’empêcher des prédateurs de s’attaquer aux moutons, ces derniers ont pu faire leur arrivée dans leur nouveau pâturage et entretenir naturellement le site.

«Nous les avons installé à la fin juin, nous avons pris soin d’eux périodiquement et nous sommes aller les chercher en octobre. Ça s’est super bien passé. Ils ont littéralement bouffé le terrain au complet. J’ai bien hâte de voir le terrain après l’hiver. Les moutons ont laissé beaucoup d’engrais, ce qui a permis à cet espace vert de recevoir beaucoup de fertilisants naturels», s’est réjoui M. Pillenière, un résident de la municipalité de Lotbinière.

Plusieurs objectifs

Fort de ce succès, les deux hommes d’affaires de la région veulent poursuivre l’aventure de l’écopâturage. Ils ont entamé les démarches pour fonder leur entreprise dédiée spécifiquement à cette méthode. De plus, certains contacts ont été noués afin que l’expérience de l’été dernier se reproduise ailleurs dans le comté dès le retour du beau temps.

«L’an prochain, nous pensons avoir quelques terrains supplémentaires. Les propriétaires de Lotbinière qui nous ont fait confiance l’été dernier vont d’ailleurs renouveler l’expérience l’été prochain. Nous aimerions également offrir nos services pour les cimetières, les parcs ou pour les espaces commerciaux. En France, l’écopâturage est utilisé pour l’entretien de ce type de site, mais aussi pour les terrains de prisons ou d’hôpitaux. Nous avons fait nos devoirs, il n’y pas de restriction municipale dans Lotbinière pour les types de terrain que nous avons ciblé pour l’an prochain», a partagé M. Pillenière.

Les plus lus

Le club de golf de Joly est sauvé

GOLF. Les golfeurs de la région pourront arpenter de nouveau le parcours du Club de golf Les Boisés de Joly lors des prochains mois. Un groupe d’hommes d’affaires de Lotbinière a récemment acquis les actifs de la coopérative qui gérait auparavant le club et qui était en faillite depuis l’automne. Les nouveaux actionnaires veulent que les activités du club reprennent dès mai.

Deux nouveaux cas de coronavirus en Chaudière-Appalaches

SANTÉ. Dans son plus récent bilan du nombre de cas confirmés de la COVID-19 dans la province, publié à 15h dimanche, le gouvernement du Québec a dévoilé que deux nouvelles personnes souffrent du nouveau coronavirus en Chaudière-Appalaches.

Alcide Frenette a été retrouvé

FAITS DIVERS. La Sûreté du Québec confirme avoir retrouvé l'Issoudunois Alcide Frenette ce matin, dans le secteur de Rivière-du-Loup. Il est sain et sauf.

La MRC de Lotbinière compte 8 cas de COVID-19

SANTÉ. À ce jour, la Chaudière-Appalaches compte 130 cas déclarés de la COVID-19 sur son territoire. C’est ce qu’a indiqué aujourd’hui le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Chaudière-Appalaches dans son bilan quotidien. La nouveauté, c’est que le CISSS a commencé à ventiler les données par MRC. Ainsi, on retrouve 8 cas déclarés dans la MRC de Lotbinière.

Un premier cas confirmé de coronavirus en Chaudière-Appalaches

SANTÉ. Un résident de la Chaudière-Appalaches a été testé positif au Covid-19. En raison de son état qui est «bon», la personne est en isolement à son domicile.

Les pompiers ont été occupés

FAITS DIVERS. La journée du 26 mars a été passablement occupée pour les pompiers de Laurier-Station. Ces derniers ont eu à intervenir pour contenir un incendie spectaculaire dans le rang Bois de l’Ail, à Saint-Flavien, ainsi qu'un autre sur l’autoroute 20, à Issoudun.

Jacques Gourde apporte des précisions sur les mesures d’aide fédérales

POLITIQUE. Le député de Lévis-Lotbinière, Jacques Gourde, a partagé, par voie de communiqué vendredi, les détails des mesures d’aides économiques annoncées par le gouvernement fédéral en lien avec le coronavirus (COVID-19).

Saint-Édouard veut lancer un mouvement de solidarité

SOCIÉTÉ. Dans le cadre du Défi Santé, la municipalité de Saint-Édouard avait organisé différentes activités de groupe tous les samedis du mois d’avril afin de faire bouger la population. Cependant, l’interdiction de tenir des rassemblements extérieurs et intérieurs l’a obligée à revoir ses plans. Les citoyens seront plutôt appelés à décorer leur résidence d’arcs-en-ciel.

Une clinique de dépistage de la COVID-19 dans la région

SANTÉ. Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Chaudière-Appalaches a confirmé, le 17 mars, l’ouverture d’une première clinique de dépistage de la COVID-19 dans la région. Elle sera située au Centre Paul-Gilbert de Charny et offrira, de 8h à 20h, un service de dépistage à l’auto.

Des entreprises agroalimentaires de Lotbinière s’adaptent à la situation

ALIMENTATION. La situation actuelle force les citoyens, tout comme les entreprises, à revoir leurs habitudes et façons de faire. Entre autres, plusieurs producteurs agroalimentaires, transformateurs et restaurateurs ont mis en place de nouvelles mesures.