La course Prison Break a attiré bon nombre de participants à Saint-Sylvestre. (Crédit photo : Gilles Boutin)

COURSE. Le Domaine du radar de Saint-Sylvestre a été envahi par quelque 1 200 coureurs, le 10 août. Ces derniers participaient à la 8e édition de la course Prison Break.

«Ce fut un succès, je pense que les gens ont apprécié. On a été chanceux qu’il fasse beau. C’était une bonne journée pour les coureurs. On avait un nouveau parcours et de nouveaux obstacles cette année. Les gens étaient très contents», a souligné l’organisateur de l’événement, Michel Rochon. Ce dernier indique qu’il s’agit d’une année satisfaisante, sans être la plus importante. L’événement a déjà accueilli 1 700 participants.

La timidité de dame nature au début de l’été a joué un peu sur les inscriptions, a mentionné M. Rochon. «Nous avons remarqué, avec l’été qui a tardé à s’installer, que les inscriptions se sont faites plus à la dernière minute qu'à l'habitude.»

Cette année encore, les participants devaient tenter de rallier l’arrivée d’un parcours de 6 km utilisant les caractéristiques de la montagne et des 25 obstacles qui y étaient disséminés. «On a accès à presque tous les sentiers. Cette année, on a passé à des endroits différents. On a un bon défi en plus des obstacles. Les coureurs partaient du bas de la montagne, devaient la monter jusqu’au bunker et la redescendre.

«C’est un terrain qui nous offre beaucoup de possibilités. On peut creuser des trous de bouette. Cette année, on avait accès au lac et on y a mis deux obstacles. C’est un beau terrain de jeu qui nous permet de créer de belles thématiques», a indiqué M. Rochon, soulignant l’ouverture du propriétaire, Richard St-Laurent.

Nouveau concept

Michel Rochon a confirmé, au passage, le retour de la course en 2020 pour une 9e année. D’ailleurs, il indique que les participants seront plongés dans une toute nouvelle thématique. «Chaque deux ou trois ans, on essaie de réinventer les concepts de courses. C’est le fun pour les coureurs qui reviennent d’une année à l’autre.» Ce nouveau concept sera dévoilé dans les prochains mois.

Catégorie élite

La catégorie élite accueillait 39 participants cette année soit 29 hommes et 10 femmes. «C’est un créneau très limité d’athlètes qui le font très rapidement», a mentionné M. Rochon.

Nicolas Gagnon (31 :40), William Brouard (31 :58) et Jocelyn Giguère (32 :13) ont pris les trois premières places chez les hommes.

Isabelle Dorval (46 :52), Kasandra Fecteau (51 :48) et Stéphanie Giroux (54 :18) ont été les trois femmes les plus rapides de la journée.

 

Les plus lus

Une jeune conductrice perd la vie à la suite d'un accident à Sainte-Agathe

ACCIDENT. Une automobiliste âgée de 25 ans de Sainte-Marie, Irmina Szymanski, est décédée après avoir été impliquée dans un accident survenu le 14 novembre sur la rue Saint-Pierre (route 271), à Sainte-Agathe-de-Lotbinière.

Un prof pas comme les autres

ÉDUCATION. Enseignant en sciences à l’École secondaire Beaurivage de Saint-Agapit depuis 15 ans, Steve Julien a vu son approche pédagogique être saluée par un prix national il y a quelques mois. Le professeur qui cumule 25 ans d’expérience a en effet reçu le Prix du premier ministre du Canada pour l’excellence dans l’enseignement des sciences, à la technologie, à l’ingénierie et aux mathématiques ...

Beaurivage remonte au palmarès des écoles secondaires

ÉDUCATION. L’École Beaurivage de Saint-Agapit a repris sa place dans le top cinq régional du Palmarès des écoles secondaires de l’Institut Fraser, publié le 26 octobre. Quant à l’École Pamphile-Le May, elle dégringole du 5e au 12e rang régional. L’École Beaurivage est remontée au palmarès des écoles secondaires. (Crédit photo : Archives)

Innover pour recruter de nouveaux employés

MAIN-D’ŒUVRE. Dans le cadre des Rendez-vous emploi Lotbinière, le Club de golf de Lotbinière a été l’hôte, le 14 novembre, de la deuxième édition de l’événement Parlons emploi et rareté de main-d’œuvre. À cette occasion, près de 60 dirigeants d’entreprises et élus municipaux de la région ont pu découvrir les pratiques innovantes en ressources humaines de certaines entreprises lotbiniéroises.

PG veut un soutien concret de Québec

ÉCONOMIE. La direction de l’entreprise Les Bois de plancher PG a fait savoir, le 8 novembre, qu’elle a écrit à Pierre Fitzgibbon, ministre de l’Économie du Québec, pour lui faire part que ses employés, clients et fournisseurs avaient apprécié que lui et le premier ministre du Québec, François Legault, aient récemment affirmé devant les médias leur désir d’acheter québécois dans les quincailleries....

Grève au CN : les conservateurs demandent que le parlement soit convoqué

ÉCONONIE. La grève des quelque 3 200 employés du Canadien National (CN), déclenchée le 19 novembre pourrait, si elle perdure, avoir des répercussions importantes dans l’économie locale. C’est pour cette raison que les députés conservateurs à la Chambre des communes, Jacques Gourde (Lévis-Lotbinière), Richard Lehoux (Beauce) et Pierre Paul-Hus (Charlesbourg-Haute-Saint-Charles) ainsi que des représ...

Entente entre Saint-Agapit et le Festival country de Lotbinière

FESTIVAL. La tenue du Festival country de Lotbinière est assurée pour les cinq prochaines années. Les organisateurs et la municipalité de Saint-Agapit ont conclu un partenariat de collaboration d’une durée de cinq ans, le 5 décembre.

De précieux dons pour aider les plus démunis

GÉNÉROSITÉ. C’est le 11 novembre qu’Aide alimentaire Lotbinière (AAL) a lancé sa campagne des paniers de Noël 2019, tenue cette année sous la présidence d’honneur de Jacques Gourde. L’organisme, les comités locaux et les services d’entraide qui s’activent dans le cadre de l’initiative espèrent que les Lotbiniérois seront une nouvelle fois généreux afin de garnir les paniers de Noël qui seront remi...

L’histoire de la Seigneurie de Tilly racontée

PATRIMOINE. La Société du patrimoine de Saint-Antoine-de-Tilly a procédé au lancement, le 1er décembre, d’un ouvrage retraçant l’histoire de l’ancienne Seigneurie de Tilly.

Un vidéoclip pour sensibiliser

​CHANSON. Originaire de Saint-Agapit, l’auteure-compositrice-interprète Alica Deschênes a récemment décidé de mettre l’une de ses œuvres au service d’une cause qui lui tient à cœur. Grâce au vidéoclip de sa chanson Les pieds dans le vide, la jeune artiste veut sensibiliser petits et grands au fait que naître prématurément ne signifie pas être affligé de lourdes séquelles plus tard.