Isabelle Marceau invite les gens qui ont une problématique de santé mentale à demander de l’aide. (Crédit photo : Mélanie Labrecque)

COMMUNAUTÉ. À 40 ans, Isabelle Marceau est une femme épanouie, pétillante et habitée par une joie de vivre communicative. Derrière cette apparence, se cache toutefois quelqu'un qui compose, depuis plus de 20 ans, avec un problème de santé mentale. Elle s’est prise en main et depuis deux ans elle réalise chaque jour son rêve, soit de travailler. Aujourd’hui, elle veut partager son expérience et donner de l’espoir à ceux qui sont dans une situation semblable.

«Il y a deux ans, je ne travaillais pas encore, je recevais de l'aide sociale. Maintenant, j’ai un salaire, j’ai un chèque de paie», raconte-t-elle avec fierté. Elle consacre environ 24 heures par semaine à faire des ménages et, une fin de semaine sur deux, à préparer les repas dans une résidence pour aînés. «Je suis tellement dans mon domaine!»

Son entrée sur le marché du travail lui a permis de trouver un équilibre, dans sa vie, son couple, son emploi et ses loisirs ainsi que d’établir ses propres limites. «Si ma santé mentale ne va pas bien, rien ne va. Je ne suis pas capable de travailler, je ne suis pas efficace. Je suis plate pour tout le monde», a-t-elle expliqué.

Se donner une chance

Son cheminement l’a menée vers l’Oasis Lotbinière, un organisme d’aide en santé mentale. Au fil des rencontres, elle a repris confiance en elle. Pendant un an, elle a participé à un programme d’intégration sociale, ce qui lui a permis de joindre le marché du travail. Malgré certaines craintes, tout s’est bien passé.

«Lorsque j’ai connu ma boss, elle ne savait pas que j’avais un problème de santé mentale et elle m’a dit “Je te veux dans mon équipe!” À ce moment-là, et je lui dis souvent, elle m’a tellement donné d’assurance et de confiance en moi. Au travail, elle est formidable, gentille, compréhensive comme mes collègues et les superviseurs. Quand j’arrive au bureau, tout le monde sourit.»

Cheminement

Sa vie, de 14 à 20 ans, n’a pas été un long fleuve tranquille, elle enchaînait les épisodes dépressifs et les séjours à l’hôpital. Elle a dû mettre ses études de côté. «Quand je suis tombée malade, je me suis dit que tout était fini, que je ne pouvais pas avoir d’enfants, que je ne travaillerais pas. Bref, que je ne serais pas normale.»

Sur sa route, elle a croisé des gens qui ont cru en elle et lui ont donné confiance. Ils lui ont permis d’accepter son état. «Il y en a eu des thérapies. J’ai toujours été ouverte à comprendre ma maladie. C’est sûr que non au début. Tu veux rentrer en dessous des couvertures et ne plus exister, mais tout commence avec l’acceptation. […] Moi, c’est fait depuis longtemps. Je n’ai aucun regret d’être née avec ça. C’est pour ça que je témoigne, pour ceux qui ne sont pas encore sortis de leur cocon. Je leur dis, venez à l’Oasis, au pire vous repartirez.»

Là où d’autres auraient abandonné, jeté l’éponge, elle, a persévéré. Maintenant, elle remercie la vie. «Oui, c’était dur, mais j’ai tellement eu de portes qui se sont ouvertes, d’aide et de réponses à mes questions qu’aujourd’hui j’ai pu réaliser mon rêve. Si je croise d’autres obstacles, ça m’aide à les traverser, philosophe-t-elle. Je me sens choyée, la vie est bonne pour moi.»

Oubliez les préjugés

Isabelle Marceau souhaite aussi envoyer un message aux employeurs, qu'ils n'hésitent pas à s’ouvrir à ceux qui ont une problématique de santé mentale. «Vous allez voir, vous ne le regretterez pas!»

Le 30 janvier dernier, l’initiative Bell cause pour la cause, invitait la population à discuter publiquement de santé mentale. Le programme a été mis sur pied pour faire avancer la sauce de la santé mentale notamment en luttant contre la stigmatisation des personnes, en améliorant l’accès aux soins et en soutenant la recherche. La semaine de la santé mentale aura lieu, quant à elle, du 6 au 12 mai.

 

 

 

Les plus lus

Intervention à Dosquet

FAITS DIVERS. Les policiers de la Sûreté du Québec sont déployés depuis 9h30, à Dosquet, où un homme en crise se serait barricadé dans sa résidence de la rue Monseigneur Chouinard.

Fin de l'intervention à Dosquet

FAITS DIVERS. Tout un branlebas de combat a ébranlé le village de Dosquet, le 6 août. Un homme en crise s’était barricadé dans sa résidence de la rue Monseigneur Chouinard. L’homme s’est finalement rendu aux policiers vers 4h du matin, le 7 août.

Accident mortel à Joly

FAITS DIVERS. Les vacances de la construction ont bien mal commencé dans la région. Le 20 juillet dernier, Marcel Boucher, 62 ans, de Saint-Apollinaire a perdu la vie après avoir perdu le contrôle de sa moto sur la route du Village, à Joly.

Patrice Coquereau veut déstigmatiser l’anxiété

SOCIÉTÉ. Le comédien Patrice Coquereau s’est lancé tout un défi, celui de sensibiliser les Québécois aux troubles anxieux. Pour y arriver, il a décidé d’entreprendre une grande marche de 570 km qui le mènera de Longueuil à Rimouski. Parti le 11 juillet dernier, il était de passage à Leclercville le 25 juillet et devrait arriver à Rimouski entre le 20 et le 25 août.

Investissement de 2 M$ à Saint-Agapit

ÉCONOMIE. Les propriétaires de la Clinique dentaire Bouchard Goulet, de Saint-Agapit, concrétisent actuellement un projet qu’ils avaient dans leurs cartons depuis deux ans. Ils ont investi 2 M$ dans la construction d’une nouvelle clinique dentaire, qui sera située à quelques pas de l’actuelle. Les travaux ont débuté en juin et devraient être terminés à la mi-novembre.

Nouvelle équipe d’entraîneurs pour le Model

HOCKEY. La direction du Model de Lotbinière a confirmé, le 15 juillet, l’embauche d’une nouvelle équipe d’entraîneur. Les rênes de l’équipe ont été confiées à un nouvel entraîneur-chef, Donald Leroux.

Investisseurs recherchés

ÉCONOMIE. Le Club de golf les Boisés de Joly s’est placé sous la protection de la Loi sur la faillite et l’insolvabilité. Le 3 juillet dernier, un avis d’intention de faire une proposition à ses créanciers a été déposé par le syndic, Lemieux Nolet.

Arrestation pour fraude sentimentale

FAITS DIVERS. Les policiers de la Sûreté du Québec (SQ) ont arrêté, le 31 juillet dernier, un homme de 33 ans de Lévis et perquisitionné sa demeure en lien avec une série de fraudes commises dans la région.

Un pied dans la porte du football professionnel pour Charles Brousseau

SPORT. Le Rouge et Noir d’Ottawa, de la Ligue canadienne de football (LCF), a confirmé, le 22 juillet, que quatre nouveaux joueurs s'ajoutaient à son équipe d’entraînement, dont l'Issoudunois Charles Brousseau.

Sainte-Agathe uniformise ses adresses

SOCIÉTÉ. Trouver une adresse à Sainte-Agathe, pour qui n’y réside pas, peut causer bien des maux de tête. Les noms attribués aux routes 271 et 218 sont différents selon le secteur de la municipalité et, bien souvent, les numéros d'immeubles ne suivent pas d’ordre précis. Dans moins d’un mois, ce sera chose du passé. La municipalité a finalement complété l’harmonisation des adresses et le tout sera...