Le propriétaire du Domaine du Radar, Richard St-Laurent. (Crédit photo : Mélanie Labrecque)

TOURISME. Après avoir acheté les terrains de l’ancienne base militaire située à Saint-Sylvestre, en 2010, Richard St-Laurent s’est mis à rêver de faire du Domaine du Radar un incontournable touristique. Aujourd’hui, son souhait est en voie de devenir une réalité. Il a reçu, le 17 janvier, la confirmation d’une aide financière de 1,4 M$ du gouvernement du Québec. L’argent le supportera dans la concrétisation de son projet évalué à 4,5 M$.

Le programme est chargé pour le promoteur. D’ici 2021, au plus tard, on retrouvera une piste de luge sur rail accessible pendant toute l’année, un spectacle multimédia immersif inspiré du passé militaire de l’endroit et un espace muséal. «Ça va être incroyable comme activité [la luge]. On a aussi une base militaire avec un côté mythique. Il faut faire connaître ça à la population», a raconté Richard St-Laurent.

L’ancienne piscine sera remplie et transformée en salle de réception de 250 places. Le bord du lac sera réaménagé afin de bonifier l’expérience de baignade.

«Ce projet met en valeur une partie de notre histoire en Chaudière-Appalaches, celle d’une base militaire importante. Il s’agit de la dernière base de radar au Québec encore debout et accessible au public», a mentionné la ministre responsable de la Chaudière-Appalaches, Marie-Ève Proulx.

Luge sur rail

L’un des gros morceaux du projet est l’installation d’un circuit de luge sur rail, qui sera accessible en été et en hiver.

Richard St-Laurent a signé une entente d’exclusivité avec l’entreprise autrichienne Brandauer pour l’aménagement d’une descente de 1,5 km sur une ancienne pente de ski. Les lugeurs pourront atteindre des vitesses allant jusqu’à 60 km/h.

Spectacle multimédia

L’autre pièce maîtresse sera le spectacle multimédia immersif. Il plongera le visiteur au cœur de l’expérience et l’amènera du pied de la montagne au bunker, au sommet.

Richard St-Laurent a confié le développement du concept à Olivier Dufour, l’homme derrière les Chemins invisibles et le Chemin qui marche. Ce dernier a tout de suite été charmé par le passé militaire de l’endroit, son histoire et les mythes qui l’entourent ainsi que par la passion et l’enthousiasme de Richard St-Laurent.

Toutefois, M. Dufour s’est fait discret sur le contenu, expliquant simplement que «les personnes auront l’impression d’entrer dans un film. Tout sera centré sur l’univers de la guerre froide, sur ce que les gens ressentaient lorsqu’ils étaient ici et que la menace était réelle».

Bien qu’il puisse déjà aller de l’avant, Richard St-Laurent espère convaincre Patrimoine Canada de lui accorder également un soutien financier. Cela lui permettrait de concrétiser tous ses projets en même temps.

Renommée

La base de plein air a accueilli 700 visiteurs à sa première année d'opération alors que l’année dernière, ils étaient plus de 60 000 de partout au Québec à avoir franchi la guérite.

«Je suis toujours surpris de voir d’où viennent les gens qui nous visitent. J’espère qu’un jour, ils resteront à coucher. Imaginez toutes les retombées que ça amènera», a constaté le maire de Saint-Sylvestre, Mario Grenier.

D’ailleurs, le premier citoyen a profité de l’occasion pour confirmer la volonté de la municipalité d’aller de l’avant avec l’asphaltage des 10 kilomètres de route menant du village à la base de plein air.

 

 

 

 

 

 

 

Les plus lus

Intervention à Dosquet

FAITS DIVERS. Les policiers de la Sûreté du Québec sont déployés depuis 9h30, à Dosquet, où un homme en crise se serait barricadé dans sa résidence de la rue Monseigneur Chouinard.

Fin de l'intervention à Dosquet

FAITS DIVERS. Tout un branlebas de combat a ébranlé le village de Dosquet, le 6 août. Un homme en crise s’était barricadé dans sa résidence de la rue Monseigneur Chouinard. L’homme s’est finalement rendu aux policiers vers 4h du matin, le 7 août.

Accident mortel à Joly

FAITS DIVERS. Les vacances de la construction ont bien mal commencé dans la région. Le 20 juillet dernier, Marcel Boucher, 62 ans, de Saint-Apollinaire a perdu la vie après avoir perdu le contrôle de sa moto sur la route du Village, à Joly.

Patrice Coquereau veut déstigmatiser l’anxiété

SOCIÉTÉ. Le comédien Patrice Coquereau s’est lancé tout un défi, celui de sensibiliser les Québécois aux troubles anxieux. Pour y arriver, il a décidé d’entreprendre une grande marche de 570 km qui le mènera de Longueuil à Rimouski. Parti le 11 juillet dernier, il était de passage à Leclercville le 25 juillet et devrait arriver à Rimouski entre le 20 et le 25 août.

Investissement de 2 M$ à Saint-Agapit

ÉCONOMIE. Les propriétaires de la Clinique dentaire Bouchard Goulet, de Saint-Agapit, concrétisent actuellement un projet qu’ils avaient dans leurs cartons depuis deux ans. Ils ont investi 2 M$ dans la construction d’une nouvelle clinique dentaire, qui sera située à quelques pas de l’actuelle. Les travaux ont débuté en juin et devraient être terminés à la mi-novembre.

Nouvelle équipe d’entraîneurs pour le Model

HOCKEY. La direction du Model de Lotbinière a confirmé, le 15 juillet, l’embauche d’une nouvelle équipe d’entraîneur. Les rênes de l’équipe ont été confiées à un nouvel entraîneur-chef, Donald Leroux.

Investisseurs recherchés

ÉCONOMIE. Le Club de golf les Boisés de Joly s’est placé sous la protection de la Loi sur la faillite et l’insolvabilité. Le 3 juillet dernier, un avis d’intention de faire une proposition à ses créanciers a été déposé par le syndic, Lemieux Nolet.

Arrestation pour fraude sentimentale

FAITS DIVERS. Les policiers de la Sûreté du Québec (SQ) ont arrêté, le 31 juillet dernier, un homme de 33 ans de Lévis et perquisitionné sa demeure en lien avec une série de fraudes commises dans la région.

Un pied dans la porte du football professionnel pour Charles Brousseau

SPORT. Le Rouge et Noir d’Ottawa, de la Ligue canadienne de football (LCF), a confirmé, le 22 juillet, que quatre nouveaux joueurs s'ajoutaient à son équipe d’entraînement, dont l'Issoudunois Charles Brousseau.

Sainte-Agathe uniformise ses adresses

SOCIÉTÉ. Trouver une adresse à Sainte-Agathe, pour qui n’y réside pas, peut causer bien des maux de tête. Les noms attribués aux routes 271 et 218 sont différents selon le secteur de la municipalité et, bien souvent, les numéros d'immeubles ne suivent pas d’ordre précis. Dans moins d’un mois, ce sera chose du passé. La municipalité a finalement complété l’harmonisation des adresses et le tout sera...