(Crédit photo : Mélanie Labrecque)

COMMUNAUTÉ. Ils sont originaires de la Tunisie, du Mexique, du Guatemala, des Philippines… Ils parlent différentes langues. Ils ont des cheminements de vie différents, des objectifs différents, des carrières différentes. Pourtant, ils ont tous en commun le désir d’apprendre le français. Cette session-ci, ABC Lotbinière accueille 72 étudiants en francisation, près de cinq fois plus qu’il y a cinq ans.

«Le visage de la population immigrante change. Au début, il y a quelques années, elle venait des pays d’Amérique du Sud et Centrale. Dernièrement, il y a eu beaucoup de recrutement qui a été fait en Tunisie et aux Philippines. Ce sont des corps de métier qui ont été recrutés et qui arrivent à plusieurs en même temps. C’est très varié et ça continue d’augmenter», a analysé le directeur d’ABC Lotbinière, Xavier Beaupré.

Cette hausse s’explique avec l’affluence de nouveaux arrivants dans Lotbinière, mais aussi avec les travailleurs temporaires qui ont maintenant droit aux cours de francisation, ajoute M. Beaupré. L’apprentissage du français facilite l’intégration de ces personnes dans leur milieu de vie, leur permet de socialiser, de briser l’isolement, de se faire des amis, d’avoir les ressources nécessaires pour se débrouiller et favorise la rétention. De plus, note-t-il, les employeurs s’impliquent de plus en plus.

«Les entreprises qui le font comprennent qu’un immigrant qui a appris le français aura peut-être tendance à vouloir rester. La rétention est un élément important. Ils investissent beaucoup pour faire venir des travailleurs, c’est sûr qu’ils préfèrent qu’ils restent. La francisation et l’intégration sont la clé.»

Rappelons qu’au Québec, la maîtrise du français fait partie du processus menant vers la résidence permanente et ultimement à la citoyenneté canadienne. ABC Lotbinière offre le programme du ministère de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration qui est basé sur l’Échelle québécoise des niveaux de compétence en français.

Offre adaptée

Le milieu communautaire fournit à ces personnes un milieu de vie qui répond à leurs besoins. «C’est aussi un lieu d’accueil et d’intégration. Ça va plus loin que les cours. Ce que le communautaire a de particulier, c’est un lieu qui a été fait uniquement pour ces gens-là», a précisé Xavier Beaupré.

Les disponibilités liées à l’emploi sont prises en compte dans la formation des groupes. Les cours sont donnés par des enseignants qualifiés. Les mères qui ont de jeunes enfants à la maison peuvent profiter d’une aide bénévole pour les garder lorsqu’elles suivent un cours. Des bénévoles peuvent assurer le transport. Même si la formation est axée sur la communication orale, des notions d’alphabétisation peuvent être introduites chez ceux qui ont un niveau d’éducation moins élevé. Ils pourront profiter de l’accompagnement d’un tuteur. 

Des progrès rapides

Les étudiants peuvent rapidement apprendre les rudiments nécessaires à la maîtrise de la langue. Ils n’ont pas tous le même niveau de maîtrise, mais les étudiants rencontrés réussissent à s’exprimer de façon claire, même s’ils n’ont suivi que quelques cours.

«C’est bien, ils nous aident beaucoup à communiquer avec les Québécois. Ça facilite la vie ici. Chez ABC Lotbinière ils sont aussi très patients. Répéter, ça ne leur dérange pas et maintenant je peux communiquer avec les gens, je fais les achats. C’est plus facile de vivre ici», a raconté Saïda qui est originaire de la Tunisie et est arrivée dans la région en décembre 2020. Elle a commencé ses cours en mars 2021.

Sergio et Andréa, pour leur part, voient dans l’apprentissage du français un outil qui facilitera leur intégration à long terme. «C’est ma deuxième classe. [Déjà] j’ai appris beaucoup. C’est très dur parce que c’est différent de l’espagnol. Je savais seulement parler espagnol et ici on m’a beaucoup aidé», a souligné Sergio.

Les cours deviennent aussi un lieu d’échange ainsi que de partage des cultures et des langues. «Nous avons l’impression que c’est un privilège. Nous voulons rester ici, au Canada, pour toute la vie. Nous pensons que c’est le paradis. […] Nous nous sentons bienvenus au Canada. Ici, chez ABC Lotbinière, tout le monde est gentil et on en apprend plus sur les autres cultures.»

«Je suis ici depuis neuf mois et je suis très contente parce que la vie est belle. J’ai trouvé les choses difficiles les premières fois parce que ce n’est pas la même langue, l’accent québécois est difficile, mais à cause du professeur et des collègues, c’est mieux que la première fois», a renchéri Najet, aussi originaire de la Tunisie.

«Je suis ici depuis 12 ans maintenant. J’ai commencé à venir ici il y a 11 ans. Je suis content de venir à l’école, ça m’aide beaucoup à apprendre le français. […] Ils m’ont aidé beaucoup. C’est la famille pour moi», a expliqué Edgar qui est originaire du Guatemala et qui est membre du conseil d’administration d’ABC Lotbinière.

Au Québec, selon le dernier rapport du ministère de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration, 19 800 immigrants sont francisés en milieu communautaire. Pour la plupart, ils étudient à temps partiel parallèlement à d’autres activités comme leur travail.

 

 

 

 

 

Les plus lus

Enquête sur le décès d’un poupon

FAITS DIVERS. La Sûreté du Québec (SQ) enquête actuellement sur les circonstances qui ont mené au décès d’un poupon de 2 mois, le 25 octobre dernier.

Laurier-Station a une nouvelle mairesse

POLITIQUE. Il y aura du changement à la mairie de Laurier-Station. Les citoyens ont une nouvelle mairesse. Huguette Charest a été élue avec 65,5 % des voix lors du scrutin de dimanche dernier.

Pincé à 117 km/h dans une zone de 60 km/h

FAITS DIVERS. Un jeune homme de 18 ans de Saint-Antoine-de-Tilly se souviendra longtemps de sa balade sur le boulevard Champlain, à Québec. Les policiers de l’unité de soutien en sécurité routière de Québec l’ont intercepté, le 19 novembre, pour grand excès de vitesse.

Stéphane Dion est le nouveau maire de Sainte-Croix

ÉLECTIONS. Après plusieurs heures d’attente, le chef de l’équipe Pour Sainte-Croix, Stéphane Dion, a officiellement été élu maire de Sainte-Croix, dans la nuit du 7 au 8 novembre. Cinq des six conseillers de la prochaine administration municipale sont également des membres du parti du nouveau premier magistrat de la municipalité lotbiniéroise.

La fin d’une époque

PORTRAIT. Encore aujourd’hui, il est possible de croiser régulièrement un laitier qui fait ses livraisons à domicile dans les rues de son quartier. C’est plus rare de voir des boulangers sur la route. L’un des derniers à le faire encore au Québec roulait dans les rues MRC de Lotbinière et il a accroché les clés de son camion le 30 octobre dernier.

Meilleure reconnaissance demandée

SOCIÉTÉ. Les syndiqués du CPE l’Envol manifestaient en grand nombre ce matin à Sainte-Croix. Ils s’étaient rassemblés devant l’église le 4 novembre, dans le cadre de leur troisième journée de grève consécutive, pour dénoncer la lenteur dans les négociations avec le gouvernement.

Sécurité routière: les parents d’Anaïs demandent à l’administration municipale d’agir

SÉCURITÉ ROUTIÈRE. Dans une lettre envoyée à la fin octobre à Normand Côté, le maire de Saint-Flavien, et la directrice générale et secrétaire-trésorière de la Municipalité, Catherine Fiset, les parents d’Anaïs Renaud, cette jeune fille qui a été happée mortellement le long de la rue Principale en 2018, leur demandent d’agir afin de construire un trottoir le long de l’artère.

COVID-19 : Québec recule face à la vaccination obligatoire dans le réseau de la santé

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, a annoncé, le 3 novembre, que le gouvernement du Québec reculera concernant sa décision d’imposer la vaccination obligatoire au personnel du réseau de la santé qui devait être en vigueur à compter du 15 novembre prochain. Cependant, M. Dubé a indiqué qu’«on passe de la vaccination obligatoire au dépistage obligatoire» puisque les emp...

Jean Lecours satisfait de sa campagne électorale

POLITIQUE. Le candidat à la mairie de Sainte-Croix et conseiller municipal sortant, Jean Lecours, a tracé le bilan de la campagne électorale actuelle. À moins d’une semaine du vote, il est positif et satisfait de la campagne qu’il a menée.

Vision Laurier-Station fait le bilan de sa campagne électorale

POLITIQUE. L’Équipe Vision Laurier-Station et sa candidate à la mairie, Huguette Charest, tracent un bilan positif de la campagne électorale qui se terminera dans quelques jours. Ils ont confiance que les électeurs leur accorderont leur confiance lors du vote du 7 novembre.