Photo : Mélanie Labrecque

ENVIRONNEMENT. Si tout se passe comme prévu, les citoyens de Saint-Antoine-de-Tilly pourraient voir finalement s’achever la saga entourant l’eau potable et le traitement des eaux usées d’ici la fin de la décennie. Dans le cadre de l’initiative Octobre on jase, le conseil municipal a fait le point avec la population le 26 octobre dernier.

La présentation a permis de faire un rappel des démarches faites dans le dossier de l’eau potable. Soulignons que Saint-Antoine-de-Tilly a déjà identifié la source qui alimentera le futur puits. Les projets pour l’eau potable et le traitement des eaux usées ont déjà été acceptés par le Programme d’infrastructure municipale d’eau (PRIMEAU) qui subventionnera de 50 % à 80 % des coûts des travaux, qui avaient été évalués à 23 M$ en 2015.

Par ailleurs, le dossier ne devrait plus prendre de retard. En janvier 2022, à la demande du conseil municipal, la Fédération québécoise des municipalités (FQM) a pris le mandat de l’accompagner dans ses démarches.

«Notre rôle, c’est de faire le suivi des mandats en cours, parler avec les divers intervenants, firmes d’ingénierie, les ministères, préparer les documents d’appels d’offres et offrir une contre-expertise», a expliqué l’ingénieur de la FQM porteur du dossier de Saint-Antoine, Yannick Castel Girard.

Loin de la coupe aux lèvres

Selon des prévisions optimistes de M. Castel Girard, les travaux pourraient commencer en 2025. Cependant, tout dépend de plusieurs facteurs.

Le terrain sur lequel se trouve la source  n’appartient pas à la Municipalité. Avant tout, elle doit, soit l’acquérir, soit s’entendre avec les propriétaires. Ce qui est loin d’être fait. Ces derniers n’ont pas manqué de le rappeler au conseil municipal pendant la rencontre.

Une fois que la Municipalité se sera entendu avec les propriétaires, il y aura des démarches à faire auprès de la Commission de protection du territoire agricole du Québec (CPTAQ) puisque la source est en zone agricole. Cela peut prendre plusieurs mois.

Parallèlement, il y aura la réalisation d’une étude préliminaire pour déterminer ce qu’il y a à faire pour les eaux usées. Les appels d’offres seront lancés après avoir obtenu les autorisations au niveau des débits et charges (débit d’eau et polluants présents dans l’eau). Si le site identifié se trouve en territoire agricole, il y aura une demande qui sera déposée à la CPTAQ et s’il n’appartient pas à la municipalité, il y aura des démarches d’acquisitions à faire. Enfin, il y aura la conception détaillée et la réalisation des plans et devis pour les deux projets avant de lancer les appels d’offres pour la construction.

Est-ce que la municipalité pourrait avancer la réalisation d’un projet ? La réponse du conseil municipal et de M. Castel Girard est non. Les deux doivent être réalisés ensemble puisque la demande de subvention a été faite de façon conjointe. De plus, cette stratégie est adoptée pour éviter de rouvrir les routes deux fois et ne pas engendrer de coûts supplémentaires.

Des travaux nécessaires

 Actuellement, le réseau municipal a atteint sa capacité maximale. Rappelons que les réserves d’eau tombent à des niveaux très faibles en été. Conséquemment, la municipalité doit acheter de l’eau pour subvenir à ses besoins tout en demandant aux citoyens de limiter leur consommation.

Ainsi, le raccordement d’un troisième puits permettra de faire passer la capacité quotidienne de 440 m3 d’eau à 1 419 m3. Un bâtiment neuf sera aménagé près du réservoir actuel pour faciliter le traitement de cette eau.

Parallèlement, la Municipalité doit aussi construire une ou deux usines de traitement des eaux usées pour se conformer au Règlement sur les ouvrages municipaux d’assainissement des eaux usées (ROMAEU). Actuellement, ces eaux sont rejetées dans le fleuve.

Les plus lus

Des terrains qui n’auraient pas dû être donnés à Val-Alain

SOCIÉTÉ. Au printemps 2022, la Corporation de développement économique (CDE) de Val-Alain avait mis en place un programme de dons de terrain. Parallèlement, la Municipalité avait mis en vente d’autres terrains à 0,95 $ du pied carré. La nouvelle rapportée dans les médias nationaux en juin 2022 a attiré l’attention de la Commission municipale du Québec (CMQ) et de la Direction des enquêtes et des p...

C’est un petit garçon

SOCIÉTÉ. La MRC de Lotbinière a accueilli son tout premier bébé de 2023. Jules Sauvé est né le 1er janvier à 9h44, à l’Hôtel-Dieu de Lévis.

Rétrospective 2022 – Août

RÉTROSPECTIVE. Marqué par le déclenchement de la campagne électorale provinciale le 28 août, l’actualité du huitième mois de l’année n’a pas uniquement été teintée de politique. Spectacles, festivals et transport scolaire ont été quelques-uns des autres sujets de discussion qui ont retenu l’attention dans la région.

La faim ne prend pas de congé pendant les Fêtes

COMMUNAUTÉ. Les impacts de l’inflation que vit le pays depuis le début de l’année se font de plus en plus sentir dans les poches des citoyens de la MRC de Lotbinière. Parmi, les besoins essentiels à combler, celui de l’alimentation demeure le plus important enjeu et Aide Alimentaire Lotbinière en ressent les effets dans les demandes d’aide reçues.

Rétrospective 2022 – Septembre

RÉTROSPECTIVE. Si la campagne électorale a occupé en grande partie l’actualité nationale, régionale et locale de septembre, on voyait aussi poindre le début de la saga entourant le climat de tension qui régnait à Saint-Antoine-de-Tilly.

Matières résiduelles : plus de 375 000 $ en redevances

ENVIRONNEMENT. La MRC de Lotbinière a fait le point, le 11 janvier, sur les sommes qu’elle recevra du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les Changements climatiques (MELCC) en guise de redevance pour l’élimination des matières résiduelles en 2022.

Rétrospective 2022 – Octobre

RÉTROSPECTIVE. L’élection provinciale a eu lieu le 3 octobre et a permis de réélire un gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ) ainsi que la députée sortante de Lotbinière-Frontenac. La saga de Saint-Antoine-de-Tilly s’est poursuivie et de bonnes nouvelles du côté de la santé ont aussi marqué le dixième mois de l’année.

Une entente pour faciliter la gestion de la formation des pompiers

SÉCURITÉ. Bien que le Centre de formation des pompiers se trouve sur le territoire de Saint-Agapit, c’est la Ville de Saint-Apollinaire qui coordonne, de façon non officielle, la gestion de la formation de l’ensemble des pompiers de la MRC de Lotbinière. Une entente survenue entre Saint-Agapit et les autres municipalités du territoire officialisera le statut de Saint-Agapit comme gestionnaire de l...

La notoriété touristique de Chaudière-Appalaches s’élargit

SOCIÉTÉ. La notoriété touristique de la Chaudière-Appalaches est en croissance selon les résultats de sondages commandés par Tourisme Chaudière-Appalaches (TCA) et qui ont été rendus publics à la fin de l’année 2022.

Rétrospective 2022 – Décembre

RÉTROSPECTIVE. L’actualité n’a pas pris congé en décembre, alors que la période des Fêtes s’approchait de plus en plus, on a appris les noms des artistes qui se produiront à l’Expo Extra, qu’il pourrait y avoir une nouvelle école à Saint-Apollinaire et assisté à l’inauguration de l’Espace Philippe Boucher.