Sur la 1er photo : Le projet de trottoir désiré par la Municipalité de Saint-Flavien ne verra pas le jour. Sur la 2e photo : Normand Côté. Crédit photo : Érick Deschênes

VOTE. La Municipalité de Saint-Flavien a dévoilé, le 5 septembre en soirée, les résultats du référendum exigé par des Saint-Flaviennois sur le règlement d’emprunt de 1,1 M$ souhaité par le conseil municipal afin de financer les travaux de construction d’un trottoir dans le village. Une forte majorité des citoyens éligibles à voter lors du référendum ont exprimé leur opposition au règlement d’emprunt.

Par Érick Deschênes – Collaboration spéciale

Du 18 août au 5 septembre, 1 179 citoyens de Saint-Flavien étaient appelés à voter par correspondance pour connaître leur opinion sur le règlement d’emprunt. Ce sont finalement 648 de ces personnes qui ont exprimé leur opinion sur le sujet, soit un taux de participation de 54,96 %.

À la question «Approuvez-vous le règlement no 02-2021 décrétant une dépense et un emprunt de 1 191 000$ pour la construction d'un trottoir sur une partie de la rue Principale?», 489 Saint-Flaviennois ont voté contre (75,46 %). Pour leur part, 112 citoyens ont exprimé leur appui au règlement d’emprunt (17,28 %). Notons que 47 bulletins reçus par la Municipalité ont été rejetés par les scrutateurs (7,25 %).

Rappelons que le conseil municipal avait adopté en juin ce règlement d’emprunt afin de construire un trottoir le long de la rue Principale, le nom de la portion de la route 271 traversant Saint-Flavien. La construction d’une telle infrastructure est une recommandation de la coroner Géhane Kamel. Cette dernière avait mené une enquête à la suite du décès d’Anaïs Renaud, une jeune fille qui a été happée mortellement par une voiture le long de la rue Principale en mars 2018.

À la suite de l’adoption du règlement d’emprunt, la Municipalité de Saint-Flavien avait ouvert ses registres, comme l’exige les normes municipales, afin de savoir si des citoyens demandaient un référendum sur cette décision. Entre le 25 juin et le 12 juillet, 255 personnes ont finalement demandé un tel scrutin, alors qu’il fallait moins de 88 signatures pour que la Municipalité aille de l’avant sans cette consultation.

«Retrouver l’harmonie» pour faire naître un consensus

Au lendemain de la fin du processus référendaire, le maire de Saint-Flavien, Normand Côté, a tenu une conférence de presse pour réagir au résultat. Le premier citoyen de la municipalité a profité de l’occasion pour inviter tous ses concitoyens à respecter le verdict rendu par ces derniers.

«Il faut se rappeler que Saint-Flavien a son histoire et que nous avions un trottoir jusqu’en 2002. Il a été démantelé pour plusieurs raisons valables. Mes premières pensées ce matin vont vers la famille (d’Anaïs Renaud) et nous continuerons nos efforts pour assurer la sécurité des personnes. Je ne crois pas que ce soit l’argent qui a motivé l’opposition au règlement d’emprunt, mais certaines incertitudes sur le choix à faire. Je souhaite que nous prenions un moment pour laisser retomber la poussière et que nous nous remettions au travail pour accroître la sécurité sur notre territoire. Non, tout ne passe pas par un trottoir, d’autres alternatives existent. Nous devons arriver ensemble à dépersonnaliser le débat et à trouver une solution pour améliorer la sécurité sur notre territoire au bénéfice de tous», a déclaré M. Côté.

D’ailleurs, le maire de Saint-Flavien a annoncé qu’il désire mettre en place une table autour de laquelle seront réunis des représentants de tous les usagers de la rue Principale, de la Municipalité de Saint-Flavien, de la Sûreté du Québec et du ministère des Transports du Québec (MTQ). La table discutera des différents moyens pour résoudre le problème de sécurité et trouver des solutions qui feront consensus.

Du même souffle, Normand Côté a déploré l’inégalité provoquée par le système de partage des responsabilités pour les routes provinciales (numérotées). Actuellement, la Municipalité de Saint-Flavien ne peut que déposer des recommandations au MTQ pour qu’il effectue des modifications à la route 271 dans le village. De plus, la Municipalité n’a pas accès à des programmes de subventions du MTQ afin de financer les travaux d’amélioration à la rue Principale, comme pour le projet du trottoir.

«Je veux que ma municipalité soit traitée au même titre que les municipalités dont la rue Principale leur appartient. Je veux avoir droit aux mêmes programmes (financiers) que ces municipalités. Ce n’est pas juste pour Saint-Flavien (que je fais cette sortie), mais pour toutes les autres comme nous qui vit cette iniquité», a lancé M. Côté.

«Forte opposition malgré la mort d'un enfant et des recommandations claires»

De leur côté, les parents d'Anaïs Renaud, Étienne Renaud et Jacinthe Latulippe, ont réagi lundi au dévoilement du résultat, par écrit. Les deux citoyens de Saint-Flavien n'ont pas caché leur vive déception, estimant qu'ils n'imaginaient jamais avant de vivre à Saint-Flavien qu'une opposition à un trottoir pouvait exister.

«Notre communauté a fait le choix de ne pas considérer les données probantes en matière de sécurité ni d’offrir sa solidarité aux résidents qui souhaitent sécuriser la rue sur laquelle ils habitent. L’application des recommandations d’un coroner suite à un décès évitable est un acte réparateur qui favorise la résolution d’un deuil. Il est donc très difficile pour nous de ne pas interpréter ce résultat comme un manque de sensibilité et le rejet complet de notre réalité. Nous sommes attristés et blessés de ce résultat populaire, qui est en fait, la somme des décisions plus que discutables de la part de notre conseil», ont soutenu Étienne Renaud et Jacinthe Latulippe.

Les parents d'Anaïs Renaud ont également indiqué qu'ils n'entendaient pas reprendre les activités de leur crèmerie l'été prochain, le résultat du processus référendaire ayant «réduit à néant toute la joie qu'il nous était possible de répandre auprès de notre communauté».

En terminant, les deux résidents de Saint-Flavien ont une nouvelle fois critiqué la Municipalité de Saint-Flavien en saluant la municipalité voisine de leur localité, Laurier-Station, «municipalité qui a le courage d’agir en organisation responsable en prolongeant son trottoir actuel afin d’offrir une meilleure protection aux utilisateurs vulnérables de la route 271».

Les plus lus

L’épopée du manoir de Tilly dans un livre

PATRIMOINE. Après plusieurs mois de recherche, Jean-Louis Lessard et Jean-Yves Dionne, deux membres de la Société du patrimoine de Saint-Antoine-de-Tilly, ont récemment accouché de leur nouvel ouvrage, Le Manoir de Tilly. Avec ce livre, les deux Antoniens veulent faire redécouvrir le bâtiment vieux de 235 ans et les personnes qui ont animé l’imposant édifice au cours de son histoire.

Le Jardin Norah et Romy inauguré

C’est dans la cour arrière de l’organisme Deuil-Jeunesse de Québec qu’a été inauguré le jardin commémoratif de Norah et Romy Carpentier, le 6 octobre dernier. À l’image des intérêts des deux fillettes lévisiennes décédées à l’été 2020, le jardin sera un lieu d’intervention et réconfortant pour la clientèle endeuillée de Deuil-Jeunesse.

Saint-Agapit reçoit près de 10 000 $ des Lions pour sa politique de l’arbre

ENVIRONNEMENT. Saint-Agapit a obtenu un important coup de pouce de la part des clubs Lions. L’organisation a investi 9 500 $ pour la plantation de 100 arbres sur le territoire de la municipalité l’an prochain. Avec une contribution de la Municipalité de 3 500 $, ce sont donc 13 000 $ qui seront consacrés à ce projet d’envergure.

COVID-19 : la Santé publique régionale tire la sonnette d'alarme

SANTÉ. Par voie de communiqué, la Direction régionale de santé publique du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a partagé son inquiétude face à la détérioration de la situation épidémiologique de la région.

Bris de service à prévoir à l’APHL

SOCIÉTÉ. La pénurie de main-d’œuvre affecte durement l’Association des personnes handicapées de Lotbinière (APHL). Une démission imprévue plonge l’organisation dans une fâcheuse situation où elle est forcée d’interrompre certains de ses services et pourrait en arrêter d’autres dans un proche avenir.

Importante hausse des nouveaux cas de COVID-19 en Chaudière-Appalaches

SANTÉ. Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a notamment rapporté une importante hausse du nombre de nouveaux cas de COVID-19, dans son bilan régional sur l'évolution de la pandémie publié mardi. La majorité des nouvelles infections ont été découvertes en Beauce.

COVID-19 : légère augmentation des hospitalisations dans la région

SANTÉ. Dans son plus récent bilan régional sur l'évolution de la pandémie, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a annoncé jeudi que de nouvelles personnes ont dû être hospitalisées dans la région en raison de la COVID-19.

Santé : l'urgence de l'Hôtel-Dieu de Lévis à éviter, la situation épidémiologique encore stable

SANTÉ. Si la situation épidémiologique de la Chaudière-Appalaches n'a pas trop changé, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a lancé un appel aux citoyens, dans son bilan régional publié mercredi. L'organisation demande en effet aux gens de la région d'éviter l'urgence de l'Hôtel-Dieu de Lévis si leur état de santé ne nécessite pas une intervention ur...

COVID-19 : nouvelle augmentation des hospitalisations dans la région

SANTÉ. Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a constaté au cours de la fin de semaine une augmentation du nombre de personnes hospitalisées dans la région en raison de la COVID-19. C'est notamment ce qu'on peut apprendre dans le plus récent bilan régional sur l'évolution de la pandémie préparé par l'organisme.

Faire le point sur l’offre alimentaire

SOCIÉTÉ. Le Centre-Femmes de Lotbinière veut faire le point sur les habitudes de consommation alimentaire des citoyens de la région. Pour y arriver, l’organisation veut, entre autres, consulter la population de la MRC de Lotbinière par le biais d’un sondage mis en ligne sur son site Internet et accessible jusqu’au 23 octobre.