(Crédit photo: Aelis Harris - Burst)

AGRICULTURE. Le service de maillage L’Arterre a publié récemment un bilan de mi-parcours de ses activités dans la Chaudière-Appalaches. Dans la MRC de Lotbinière, en date du 30 juin 2020, les résultats sont somme toute positifs.

«Je suis satisfaite des résultats, notamment avec le nombre d’inscriptions qu’on a eues», a souligné l’agente de maillage dans la sous-région 1, Sandra Bernier. Cependant, ce qu’il faut retenir, indique-t-elle, c’est qu’un premier jumelage a été complété.

«Nous avons eu notre première rencontre à la mi-février, un peu avant l’arrivée de la COVID et tout a été signé à la mi-juin. Le jumelage a été fait entre un producteur de bovins de boucherie d’Issoudun et des aspirants maraîchers de Saint-Édouard», a-t-elle expliqué.

Afin de réussir un jumelage, rappelle-t-elle, il faut qu’il y ait des affinités et une relation de confiance qui se développe entre les aspirants et les propriétaires. C’est ce qui est arrivé dans le cas de ce premier jumelage. «Dès la première rencontre, il y a eu une bonne chimie entre les parties. Leurs valeurs concordent, notamment sur l’idée d’avoir une production qui respecte les normes biologiques.»

Un autre jumelage est en cours et on dénombre aussi quatre visites de jumelage dans la MRC de Lotbinière. Par contre, ce ne sont pas toutes ces rencontres qui vont déboucher sur un jumelage.

De plus, 41 propriétaires se sont inscrits au service de l’Arterre dans la MRC de Lotbinière, de ce nombre, 21 poursuivent activement les démarches de jumelage. De plus, pour les MRC de Lotbinière et des Appalaches, on compte 32 aspirants inscrits, dont 16 actifs.

Rappelons qu’un candidat actif a rencontré l’agent de maillage et est en processus pour monter son dossier en prévision d’un jumelage.

Objectifs à venir

Pour les mois à venir, Mme Bernier travaillera, entre autres, à alimenter la banque de candidats de l’Arterre. Pour ce faire, elle participe activement à la démarche entreprise par la MRC concernant les terres en friche.

«La MRC de Lotbinière, avec ses partenaires, a fait le travail de répertorier l’ensemble des parcelles de terre inexploitées. […] Nous sommes à l’étape de contacter les propriétaires pour recueillir certaines informations préliminaires, dont l’état des terres identifiées comme étant en friche. On veut aussi valider l’intérêt des gens à faire quelque chose avec leur friche et à la valoriser.»

Ceux qui souhaitent voir leurs parcelles de terre valorisées pourraient alors passer par les services de l’Arterre.

Sandra Bernier travaillera également à favoriser la circulation de l’information concernant le service et assurer une cohérence avec l’image et les particularités des MRC. Elle y arrivera notamment en rencontrant l’ensemble des conseils municipaux, cette démarche est présentement en suspens en raison de la COVID-19. Enfin, elle poursuivra la démarche de suivi auprès des candidats qui ont déjà adhéré à l’Arterre.

Rappelons que l’Arterre est un service de maillage axé sur l’accompagnement et le jumelage entre aspirants-agriculteurs et propriétaires/producteurs agricoles. Le service vise l’établissement durable de la relève agricole, le maintien des entreprises agricoles déjà existantes et la valorisation des actifs présents sur le territoire.

Les plus lus

COVID-19 : un nouveau cas à Lévis

SANTÉ. Après une accalmie d'une semaine, les autorités sanitaires ont confirmé, jeudi, qu'un nouveau cas d'infection au coronavirus avait été constaté en Chaudière-Appalaches, plus précisément à Lévis.

COVID-19 : plus qu'un cas actif en Chaudière-Appalaches

SANTÉ. Comme depuis quelques jours, aucun nouveau cas d'infection au nouveau coronavirus n'a été constaté en Chaudière-Appalaches au cours des 24 dernières heures. Même qu'il n'y a désormais qu'un seul cas actif dans la région, plus précisément à Lévis.

COVID-19 : 142 nouveaux cas au Québec, un seul en Chaudière-Appalaches

Une personne de plus a été testée positive à la COVID-19 dans les dernières 24 heures dans la région, dans la MRC de L'Islet. Au Québec, le dernier bilan fait état de 142 nouveaux cas.

Des chambres pour les personnes atteintes d’Alzheimer

SOCIÉTÉ. Les propriétaires du Manoir Le Beau Rivage de Saint-Gilles investissent plus de 1 M$ dans la construction d’une nouvelle aile destinée aux personnes atteintes d’Alzheimer et en perte cognitive. Les travaux débuteront au retour des vacances de la construction et, si tout va bien, les premiers résidents devraient y faire leur entrée d’ici la fin de l’année.

COVID-19 : quatre nouveaux cas dans la région

SANTÉ. La «disparition» du nouveau coronavirus en Chaudière-Appalaches n'aura duré que 24 heures. Selon les plus récentes données des autorités sanitaires, quatre résidents de la Chaudière-Appalaches ont appris au cours des 24 dernières heures qu'ils avaient contracté la COVID-19.

COVID-19 : deux autres cas en Chaudière-Appalaches

Selon les dernières données à propos de la COVID-19 des 24 dernières heures au Québec, 171 nouveaux cas ont été répertoriés dont deux provenant de la région de la Chaudière-Appalaches, ce 25 juillet.

COVID-19 : le nombre de cas actifs continue d'augmenter en Chaudière-Appalaches

Dix personnes de plus ont été testées positives à la COVID-19 dans la région où le nombre de cas actifs est maintenant de 28 personnes. C'est près de trois fois plus qu'au début du mois de juillet. Au Québec, le dernier bilan fait état de 122 nouveaux cas.

Les rassemblements publics de 250 personnes autorisés à partir du 3 août

SOCIÉTÉ. À compter du lundi 3 août, le nombre maximal de personnes permis lors d'événements intérieurs et extérieurs passera de 50 à 250 personnes, a annoncé le gouvernement du Québec qui a obtenu le feu vert de la santé publique.

COVID-19 : un nouveau cas dans la région

SANTÉ. Un nouveau cas d'infection au coronavirus a été constaté en Chaudière-Appalaches au cours des 24 dernières heures, plus précisément dans la MRC des Appalaches.

L’appel de la terre

AGRICULTURE. Le premier jumelage de l’Arterre dans la MRC de Lotbinière s’est concrétisé à la mi-juin. Joanie Déry et Philippe Hardy de Saint-Édouard peuvent maintenant réaliser leur rêve de devenir maraîcher en louant une parcelle de terre au producteur bovin d’Issoudun, Fernand Delisle.