(Crédit photo : Mélanie Labrecque)

ENVIRONNEMENT. La lutte à la berce du Caucase n’est pas de tout repos. Depuis le mois de mai, les équipes de l’Organisme de bassin versant de la zone du Chêne (OBV du Chêne) sont sur le terrain afin d’éradiquer la plante. Le Peuple Lotbinière a assisté à une séance d’arrachage le 17 juin, à Saint-Antoine-de-Tilly.

Avant de se rendre dans une colonie, l’équipe doit se préparer. Chaque membre enfile combinaison protectrice, gants et bottes. Pelles en main, ces derniers vont jusqu’au site identifié plus tôt au printemps. Plusieurs plants peuvent être regroupés dans un même endroit ou se perdre dans la végétation d’un boisé. On les reconnaît à leurs feuilles dentelées qui rappellent la forme de la feuille d’érable et à une tige verte et poilue tachetée de mauve.

Une fois un plant repéré, l’équipe se met au travail. «On arrache tous les plants qu’on voit en faisant attention de bien enlever toute la racine. Si on laisse un petit bout dans la terre, c’est certain qu’un autre plant va repousser», a expliqué la chargée de projet à l’OBV du Chêne, Pascale Bolduc.

Au moins sept jours sont nécessaires à une équipe de trois personnes pour nettoyer un site important comme celui visité le 17 juin.

Dans le cas où la colonie serait trop grosse pour les ressources disponibles, l’équipe se concentrera sur les plants matures, ceux qui feront des fleurs cet été. L’objectif est d’éviter la production de graines. Un seul plant peut en produire de 10 000 à 20 000. Les grandes fleurs caractéristiques en forme d’ombrelles apparaissent de la mi-juillet au début du mois d’août.

Dans la MRC de Lotbinière, des colonies ont été identifiées à Saint-Antoine-de-Tilly, à Sainte-Croix, à Lotbinière à Val-Alain et à Saint-Narcisse.

Patience

Chaque printemps, Pascale Bolduc retourne sur chacun des sites identifiés les années précédentes et note s’il y a présence de berce du Caucase et où elle se trouve. Il faut du temps afin de nettoyer complètement un site. Puisque les graines peuvent rester en dormance de trois à cinq ans dans le sol, au moins cinq ans de travail sont nécessaires pour s’assurer qu’il n’y aura pas de nouveaux plants.

«On note une diminution marquée du nombre de plants sur les sites sur lesquels ont fait des interventions depuis deux ans. […] On ne renouvelle pas la banque de graines. […] Après cinq ans, un suivi annuel est recommandé afin d’être certain de ne pas en avoir oublié.»

Depuis 2018, les neuf OBV de la Chaudière-Appalaches et le Comité de bassin versant de la rivière Chaudière mènent conjointement une offensive contre la berce du Caucase. Les organisations bénéficient d’une subvention du ministère des Affaires municipales et de l’Habitation. Toutefois, le financement prend fin cette année. Pascale Bolduc espère qu’il sera renouvelé afin de poursuivre le travail sur le terrain.

Quoi faire si l’on en trouve ?

Il est possible de procéder soi-même à l’arrachage de la berce du Caucase. Cependant, avertit Mme Bolduc, il y a des précautions à prendre. La sève que l’on retrouve dans la tige et dans les feuilles peut causer des brûlures au deuxième et au troisième degré si elle entre en contact avec la peau et est exposée aux rayons UV du soleil.

«Il faudrait porter des vêtements longs, une chienne de travail ou un imperméable et des gants à vaisselle. Ensuite, il faut tout laver en ne mettant pas d’autres vêtements dans la laveuse. Si vous recevez de la sève, il faut laver immédiatement à l’eau savonneuse la partie du corps qui a été touchée. Elle va dissoudre la sève. Si vous n’êtes pas certain, vous pouvez couvrir la zone exposée avant d'aller la laver.» Le port de la visière ou de lunettes de protection est également recommandé.

Ceux qui ne souhaitent pas le faire peuvent contacter l’OBV du Chêne au 418 926-3407 #215 ou en allant sur le site Internet byebyeberceducaucase.com. Une photo de la plante sera demandée afin de s’assurer qu’il s’agit bien de berce du Caucase.

 

 

 

 

 

Les plus lus

L'École de l'Épervière sera agrandie

ÉDUCATION. Lors d'une conférence de presse à Sainte-Marie le 4 septembre, la ministre responsable de la Chaudière-Appalaches, Marie-Eve Proulx, a annoncé que l'École de l'Épervière de Saint-Agapit sera agrandie.

COVID-19 : ceux qui ont visité le zoo Miller le 17 août appelés à se faire tester

CORONAVIRUS. Deux personnes de plus ont été testées positives à la COVID-19 dans la région où le nombre de cas actifs est maintenant de dix personnes. Au Québec, le dernier bilan fait état de 111 nouveaux cas.

Future «ange gardienne» à 61 ans

SOCIÉTÉ. À 61 ans, Claudette Simoneau, a répondu à l’appel lancé par le premier ministre du Québec, François Legault. En juin dernier, elle est retournée sur les bancs d’école, à l’instar de plus de 9 000 autres Québécois, et a commencé la formation accélérée pour devenir préposé aux bénéficiaires. Depuis plus de quatre semaines, elle partage son temps entre des cours à distance et son stage au CH...

COVID-19 : six nouveaux cas en Chaudière-Appalaches

SANTÉ. Selon le plus récent bilan du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA), six nouveaux cas confirmés d'infection au nouveau coronavirus ont été découverts dans la région au cours des 24 dernières heures. La majorité de ces cas sont concentrés dans les MRC de Beauce-Sartigan (région de Saint-Georges) et des Appalaches (région de Thetford Mines).

COVID-19 : neuf nouveaux cas découverts dans la région pendant la fin de semaine

Depuis vendredi dernier, neuf nouveaux cas d'infection au coronavirus ont été confirmés en Chaudière-Appalaches par les autorités sanitaires.

Traverser la Mongolie à dos de cheval

AVENTURE. Noémie Plante-Nappert vivra en 2022 une expérience que peu de Québécois auront la chance de vivre dans leur vie. La jeune femme originaire de Saint-Patrice-de-Beaurivage s’envolera alors pour la Mongolie où elle prendra part à la randonnée de charité Blue Wolf Totem, un périple de plus de 3 600 kilomètres.

COVID-19 : 18 nouveaux cas en 24 heures

SANTÉ. Au cours des 24 dernières heures, le Centre intégré de santé et de services sociaux de la Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a confirmé 18 nouveaux cas de COVID-19 sur le territoire.

COVID-19 : quatre nouveaux cas en Chaudière-Appalaches

CORONAVIRUS. Dans son plus récent bilan régional publié mardi, le Centre de services intégrés de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a dévoilé que quatre nouveaux cas d'infection au coronavirus ont été découverts dans la région au cours des 24 dernières heures.

COVID-19 : 33 nouveaux cas en Chaudière-Appalaches

SANTÉ. La montée des cas de COVID-19 se poursuit en Chaudière-Appalaches. La région a dépassé hier la barre psychologique des 1 000 cas, avec 1 003 cas confirmés depuis mars. Aujourd’hui, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches a comptabilisé 33 cas supplémentaires, pour 1 036 cas confirmés dans la région.

La piste de la discorde

SOCIÉTÉ. La légitimité de l’aménagement d’une piste de course en terre battue au Circuit Sainte-Croix Riverside Speedway au début du mois est au cœur d’un débat entre les exploitants de la piste de course et la municipalité. Le 10 septembre dernier, la Ville a mis en demeure les gestionnaires, estimant que les travaux réalisés par l’entreprise n’ont pas respecté le permis accordé une semaine aupar...