Les résidents de la Chaudière-Appalaches sont moins nombreux à conduire avec les capacités affaiblies. (Crédit photo : Archives)

SOCIÉTÉ. De cancres en matière de conduite avec les capacités affaiblies par l’alcool, les citoyens de la Chaudière-Appalaches sont maintenant parmi les plus responsables de la province. Dans la dernière année, seuls 6 % d’entre eux indiquent avoir pris le volant après avoir consommé au-delà de la limite permise. C’est ce qui ressort d’un vaste sondage CROP mené auprès de 6 732 répondants (± 350 en Chaudière-Appalaches) à travers le Québec pour le compte d’Éduc’Alcool.

«Ce sont des progrès considérables depuis 10 ans, s’est réjoui le directeur général d’Éduc’alcool, Hubert Sacy. Je vous rappelle que vous étiez les champions de la conduite avec les facultés affaiblies.» La moyenne québécoise se situe, quant à elle, à 8%.

Trois facteurs expliqueraient, selon Hubert Sacy, les importantes améliorations réalisées en Chaudière-Appalaches. D’abord, la région a connu une série d’accidents spectaculaires liés à l’alcool au volant. Les établissements licenciés ont aussi pris des mesures pour aider leur clientèle : appareils à la sortie des bars, boissons non alcoolisées pour les chauffeurs désignés, etc.

«La troisième chose, et elle est notée dans le sondage, c’est que 31 % des conducteurs de la Chaudière-Appalaches ont vu un barrage policier dans la dernière année. Au Québec, ce ne sont que 26 % d’entre eux. De plus, 25 % de ceux qui ont traversé un barrage ont été testés alors que la moyenne québécoise est de 21 %.»

Selon le plus récent rapport annuel d’activité de la Sûreté du Québec, dans la MRC de Lotbinière, du 1er avril 2018 au 31 mars 2019, 2 189 conducteurs ont été interpellés dans 85 opérations de contrôle de l’alcool et de la drogue au volant.

Hubert Sacy est clair, cette idée d’une présence policière sur les routes, peu importe la période de l’année, a un impact considérable sur la décision de prendre ou pas son véhicule.

Habitudes de consommation

Malgré cette amélioration, les résidents de la Chaudière-Appalaches ont été plus nombreux à boire de l’alcool dans la dernière année : 88 % contre 85 % au Québec. On compte également plus de citoyens qui ont une consommation qui surpasse les limites recommandées (par qui ?) (cinq verres ou plus).

Ils sont 31 % à l’avoir fait au moins une fois par mois et 57 % à l’avoir fait au moins une fois dans la dernière année contre 55 % au Québec. Malgré tout, ces résultats n’entrent pas en contradiction avec le bilan de la région.

«Un consommateur modéré ne dépasse pas les limites recommandées. Un consommateur responsable va peut-être prendre un coup, mais il ne conduira pas», a illustré Hubert Sacy. D’ailleurs, la majeure partie des répondants disent boire à la maison (82 %) ou chez des amis (82 %).

Perceptions

La perception des répondants par rapport (?) (la perception de la conduite… et des loi…) sur la conduite avec les capacités affaiblies et sur les lois l’encadrant est plutôt positive. Ils sont 86 % (80 % au Québec) à penser qu’il est criminel de conduire après avoir abusé de l’alcool et 70% (62 % au Québec) considèrent la limite permise comme étant juste assez sévère.

À travailler

Bien que ces données soient encourageantes, Hubert Sacy estime qu’il reste encore plusieurs choses à faire pour améliorer le bilan québécois. Il croit que le gouvernement devrait rendre obligatoire le cours Action Service dispensé par l’Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec. Cette formation s’adresse aux propriétaires, directeurs et employés des établissements licenciés. Il les renseigne sur leurs responsabilités professionnelles et légales tout en les aidant à dépister et à gérer les clients qui boivent trop.

«Nous sommes l’une des rares provinces qui n'exige pas ce cours. Il a été démontré que partout où les serveurs l'ont suivi, la conduite avec les capacités affaiblies a été réduite de façon spectaculaire.»

Hubert Sacy indique aussi qu’une augmentation du nombre de barrages policiers sur les routes pendant toute l'année aurait également un important effet dissuasif sur les automobilistes.

 

 

 

Les plus lus

Rester debout malgré les épreuves

COMMUNAUTÉ. Depuis le 7 mai, la vie de la famille Turcotte-Rivard de Saint-Agapit est complètement mise en veilleuse. Le père, Ian Turcotte, est cloué à un lit d’hôpital, paralysé, incapable de respirer seul et de parler.

La Fromagerie Bergeron procède au rappel de plusieurs produits

SANTÉ. La Fromagerie Bergeron a procédé au rappel de plusieurs de ses produits Brins de Gouda et Le Populaire. Ces fromages vendus au Québec et en Ontario pourraient être contaminés par la bactérie Salmonella.

Solugen inaugure ses installations

ENVIRONNEMENT. L’entreprise lévisienne Solugen a inauguré officiellement, le 29 octobre, ses premières installations de traitement du lisier de porc. Situées à Sainte-Agathe-de-Lotbinière, elles permettent de filtrer les déjections animales, d’en extraire l’eau et de valoriser la matière résiduelle.

Feu vert pour la radio de Portneuf et de Lotbinière

RADIO. Dans une décision rendue le 25 octobre dernier, le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes, le CRTC, a donné le feu vert au projet de radio commerciale couvrant les régions de Portneuf et de Lotbinière.

Cétal ouvre ses portes à la population

COMMUNAUTÉ. L’entreprise Cétal de Laurier-Station ouvrira ses portes à la population le 22 novembre prochain, dans ses locaux de la rue Olivier. L’organisme, qui emploie principalement des personnes handicapées, profitera de l’occasion pour inaugurer officiellement la nouvelle usine érigée au coût de 4 M$.

Saint-Agapit veut augmenter son potentiel commercial

AFFAIRES. Saint-Agapit souhaite faire l’acquisition d’un terrain de plus d’un million de pieds carrés, situé dans le prolongement de l’avenue Bergeron. Pour se faire, elle doit contracter un emprunt de 1,4 M$. Avant d’aller de l’avant, la Ville doit demander l’autorisation à ses payeurs de taxes. Ainsi, les opposants à cet emprunt pourront signer un registre le 23 octobre prochain, au Complexe des...

Logement social : des besoins criants

SOCIÉTÉ. Il y a un manque important de logements sociaux sur le territoire de la MRC de Lotbinière. C’est le constat qui a été tracé par différents intervenants du milieu communautaire dans le cadre de l’activité annuelle du Groupe d’action et de réflexion sur la pauvreté (GRAP) dans Lotbinière, le 17 octobre.

Les maires discutent de fermeture de routes en hiver

TRANSPORT. Les maires des 18 municipalités de la MRC de Lotbinière vont interpeller le ministère des Transports du Québec (MTQ) afin de renégocier l’Entente pour la fermeture des routes en période hivernale. Les élus ont discuté de la question lors de la dernière assemblée du conseil des maires, le 9 octobre.

Les prochains défis pour la protection de l’eau

ENVIRONNEMENT. Une quarantaine d’intervenants des milieux municipal, agricole, forestier, industriel, économique, communautaire et gouvernemental se sont réunis le 17 octobre dernier au Complexe des Seigneuries. Ils ont travaillé à établir les nouvelles priorités qui guideront la mise à jour du plan directeur de l’eau de l'Organisme de bassin versant (OVB) de la zone du Chêne.

On recule l'heure cette fin de semaine

SOCIÉTÉ. Le ministère de la Justice désire rappeler à la population qu'il faudra reculer montres et horloges d'une heure en fin de semaine. Ainsi, dans la nuit de samedi à dimanche, le 3 novembre à 2 h précisément, il sera en réalité une heure.