Le comédien Patrice Coquereau veut sensibiliser la population du Québec aux problèmes liés à l’anxiété et aux phobies. (Crédit photo : Mélanie Labrecque)

SOCIÉTÉ. Le comédien Patrice Coquereau s’est lancé tout un défi, celui de sensibiliser les Québécois aux troubles anxieux. Pour y arriver, il a décidé d’entreprendre une grande marche de 570 km qui le mènera de Longueuil à Rimouski. Parti le 11 juillet dernier, il était de passage à Leclercville le 25 juillet et devrait arriver à Rimouski entre le 20 et le 25 août.

Depuis le début de son périple, les gens viennent naturellement s'ouvrir à lui. Il recueille et enregistre ces témoignages et il a été étonné par ce qu’il a entendu. «C’est fécond, c’est riche, c’est porteur. Ça va au-delà de ce que j’imaginais. […] Plein de gens s’arrêtent sur la route. Ils se confient spontanément. Ils sont de toutes les conditions sociales et économiques ainsi que de toutes professions. […] Quelques fois même, on me raconte des trucs bouleversants.»

D’ailleurs, toute cette aventure a changé le regard qu’il avait sur les autres. Ces rencontres lui ont rappelé que chaque personne est un livre dont on ne voit que la couverture. «On ne sait pas qui est devant soi et ce qu’il a vécu.»

L’idée de la marche Pas à pas est née spontanément. Pendant un an, le comédien a tenté de vendre, sans succès, aux diffuseurs le concept d’un documentaire sur les troubles anxieux. «Je me suis dit que j’allais faire un geste d’éclat pour que ce soit visible. Il fallait que je rencontre des gens sur le terrain et puis ça m’est venu spontanément il y a un mois et demi. Du moment que j’ai décidé ça, tout s’est mis en place.»

Il souhaite maintenant que tous puissent parler de ces problèmes librement, sans peur d’être jugé. «Le suicide, la dépression, le burn-out, ça existe. Arrêtons de nous voiler la face et de le minimiser.»

Engagement personnel

Lorsqu’il parle de la cause, Patrice Coquereau est passionné. Il faut dire qu’il sait de quoi il parle. Il a souffert d’anxiété sévère pendant plusieurs années. Un joint fumé un soir d’octobre 1983 a complètement bouleversé sa vie.

«Mon monde s’est effondré, mes repères initiaux se sont fragmentés. Il a fallu que je réapprenne à vivre au quotidien. Tout était compliqué. Cela a été un très long chemin pour retrouver l’équilibre. Il a fallu que j’aille dans les extrêmes. […] Mon métier m’a aidé à aller vers l’inconnu. Je me suis dirigé où ça me dérangeait le plus.»

Depuis, il a écrit un livre, Guérir à gorge déployée et donne des conférences sur la question. C’est ce qui lui a ouvert les yeux. «Les chiffres officiels vont jusqu’à 20 % de la population. Je pense que c’est plus, puisqu’il y en a une grande partie qui est occultée et cachée. […] Je réalise à quel point les gens ont besoin d’espace, d’être validé, épaulé, de pouvoir parler. En même temps, il y a cette crainte d’être stigmatisé parce qu’on vit dans un monde d’étiquettes.»

Fort de cette expérience, il invite ceux qui doivent composer avec ces difficultés à foncer. «Allez vers l’inconnu, même si c’est confrontant.»

Les jeunes aussi

Ce qui l’attriste le plus, c’est de voir que les plus jeunes, enfants et adolescents, sont aussi rattrapés par cette culture du paraître qui vient créer une grande détresse chez eux.

Certains qu’il a rencontrés lui ont parlé de leurs craintes de se sentir inadéquat, incapable de performer, d’avoir des échecs à l’école, des pensées suicidaires… «C’est très inquiétant et c’est mondial. Il y a une culture qui prévaut, il y a un modèle où ceux qui ne rentrent pas dans le moule sont mis de côté. Il y a quelque chose d’absolument épouvantable», se désole-t-il.

 

 

Les plus lus

Le comptoir postal de Saint-Gilles fermera sous peu

SOCIÉTÉ. Saint-Gilles a perdu son bureau de poste il y a un peu plus de 25 ans après le départ à la retraite de son maître de poste. Jusqu’à aujourd’hui, certains services de base étaient assurés par un comptoir postal situé à même les locaux d’Alimentation Saint-Gilles. Ce dernier sera fermé, en principe, aujourd'hui.

Rester debout malgré les épreuves

COMMUNAUTÉ. Depuis le 7 mai, la vie de la famille Turcotte-Rivard de Saint-Agapit est complètement mise en veilleuse. Le père, Ian Turcotte, est cloué à un lit d’hôpital, paralysé, incapable de respirer seul et de parler.

La Fromagerie Bergeron procède au rappel de plusieurs produits

SANTÉ. La Fromagerie Bergeron a procédé au rappel de plusieurs de ses produits Brins de Gouda et Le Populaire. Ces fromages vendus au Québec et en Ontario pourraient être contaminés par la bactérie Salmonella.

Solugen inaugure ses installations

ENVIRONNEMENT. L’entreprise lévisienne Solugen a inauguré officiellement, le 29 octobre, ses premières installations de traitement du lisier de porc. Situées à Sainte-Agathe-de-Lotbinière, elles permettent de filtrer les déjections animales, d’en extraire l’eau et de valoriser la matière résiduelle.

Feu vert pour la radio de Portneuf et de Lotbinière

RADIO. Dans une décision rendue le 25 octobre dernier, le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes, le CRTC, a donné le feu vert au projet de radio commerciale couvrant les régions de Portneuf et de Lotbinière.

Saint-Agapit veut augmenter son potentiel commercial

AFFAIRES. Saint-Agapit souhaite faire l’acquisition d’un terrain de plus d’un million de pieds carrés, situé dans le prolongement de l’avenue Bergeron. Pour se faire, elle doit contracter un emprunt de 1,4 M$. Avant d’aller de l’avant, la Ville doit demander l’autorisation à ses payeurs de taxes. Ainsi, les opposants à cet emprunt pourront signer un registre le 23 octobre prochain, au Complexe des...

Cétal ouvre ses portes à la population

COMMUNAUTÉ. L’entreprise Cétal de Laurier-Station ouvrira ses portes à la population le 22 novembre prochain, dans ses locaux de la rue Olivier. L’organisme, qui emploie principalement des personnes handicapées, profitera de l’occasion pour inaugurer officiellement la nouvelle usine érigée au coût de 4 M$.

Les maires discutent de fermeture de routes en hiver

TRANSPORT. Les maires des 18 municipalités de la MRC de Lotbinière vont interpeller le ministère des Transports du Québec (MTQ) afin de renégocier l’Entente pour la fermeture des routes en période hivernale. Les élus ont discuté de la question lors de la dernière assemblée du conseil des maires, le 9 octobre.

Logement social : des besoins criants

SOCIÉTÉ. Il y a un manque important de logements sociaux sur le territoire de la MRC de Lotbinière. C’est le constat qui a été tracé par différents intervenants du milieu communautaire dans le cadre de l’activité annuelle du Groupe d’action et de réflexion sur la pauvreté (GRAP) dans Lotbinière, le 17 octobre.

Début de la vaccination contre la grippe le 1er novembre

SANTÉ. La campagne de vaccination contre la grippe saisonnière débutera le 1er novembre. Le Centre intégré de santé et de service sociaux (CISSS) de Chaudière-Appalaches a publié, le 15 octobre, le calendrier pour la MRC de Lotbinière.