Micheline Côté, en compagnie du médecin qui la suit au Mexique, le Dr Carlos Bautista. (Crédit photo : Courtoisie)

SANTÉ. Micheline Côté est une véritable battante. Cette native de Saint-Antoine-de-Tilly a lutté contre un premier cancer, un sarcome d’Ewing, à l’âge de 19 ans. Plus de 40 ans après, tout est à recommencer. Le cancer est de retour, la forçant à mener l’un des plus grands combats de sa vie. Elle est actuellement au Mexique, à Tijuana, pour suivre un traitement alternatif visant à lui donner quelques années supplémentaires.

«Ce que je veux, c’est ajouter des années à ma vie. Au Québec, on n’avait rien à m’offrir [que des soins palliatifs]. […] Peu importe le temps que ça me donnera, je vais le prendre.»

Ce sont des douleurs articulaires qui ont poussé Micheline Côté à consulter un médecin en mars 2017. C’est là que sa vie a de nouveau basculé. Après avoir passé plusieurs examens, on lui diagnostique un cancer du poumon métastatique de stade 4. S’en suit l’ablation de la partie cancéreuse et une hystérectomie. Plus tard, des métastases ont fait leur apparition au foie et à la colonne vertébrale. Un marathon de traitements, composé de chirurgie, de radiochirurgie et de chimiothérapie a suivi.

Après quelques mois de répits, de nouveaux tests montrent d’autres métastases aux os, à l’abdomen, encore au foie et aux poumons. Le pronostic était sombre. Le diagnostic tombé en octobre 2018 ne lui donnait probablement qu’un seul Noël à vivre.

Pourtant, quelque chose en elle lui disait que tout n’était pas fini. «Ça ne cadrait pas du tout dans ma tête. J’étais déjà passée par là et c’était plus fort que les étapes du deuil. J’avais espoir que je pouvais ajouter quelques années à ma vie.»

Le Mexique

Pour Micheline Côté, la chimiothérapie à grande dose n’était plus une option. Son cœur n’aurait pas tenu, explique-t-elle. Elle l’a donc refusée. Mais, il lui fallait autre chose. «Je joue ma dernière carte. J’ai confiance que je vais gagner!»

Avec l’aide de sa naturopathe, elle s’est mise à la recherche des cliniques qui pouvaient offrir des soins alternatifs, moins invasifs et plus naturels. Elle a trouvé ce qu’elle cherchait au Mexique.

Depuis le début de ses traitements, le 17 février, celle qui habite maintenant Stanstead, dans les Cantons-de-l’Est, voit sa condition s’améliorer. «Si je me fie à ma sœur qui est avec moi, je vais mieux. Avant, j’avais de la difficulté à me déplacer. Aujourd'hui, je peux m’assoir. Je sens que j’ai plus d’énergie et que je suis plus forte.»

Ce ne sera qu’à son retour au Québec qu’elle saura si les traitements ont réussi. Seul un TEP-scan lui permettra d’avoir l’heure juste. Elle pourrait en passer un au Mexique, mais elle préfère garder l’argent pour ses traitements qui devraient bientôt être complétés. Mme Côté espère être de retour à la fin du mois, au début de mai, tout au plus.

Des rêves

Micheline Côté porte aussi des rêves qu’elle souhaite concrétiser, de petits plaisirs de la vie qu’elle aimerait retrouver. Elle veut continuer à travailler, à voyager, à peaufiner un scénario de film basé sur son histoire qu’elle a écrit il y a plusieurs années ainsi qu’avoir un chien.

L’espoir de rémission, elle le trouve dans la guérison de Peggie Sue Roberts, une Américaine diagnostiquée avec un cancer de stade 4. «Elle est arrivée à la clinique avec 22 tumeurs. Moi, je n’en avais que sept. Après sa sortie du centre, elle a vécu 12 ans et nous a quittés le 22 mars, à l’âge de 70 ans.»

Tous ces traitements ont un coût. Jusqu’à présent, Micheline Côté a dépensé plus de 55 000 $ en frais médicaux. Toutefois, cette dernière a besoin d’aide pour les poursuivre et sollicite la générosité de la population pour la soutenir dans son combat.

Pour faire un don : https://www.gofundme.com/immunity-therapy-center-mexico

 

 

 

Les plus lus

Un prof pas comme les autres

ÉDUCATION. Enseignant en sciences à l’École secondaire Beaurivage de Saint-Agapit depuis 15 ans, Steve Julien a vu son approche pédagogique être saluée par un prix national il y a quelques mois. Le professeur qui cumule 25 ans d’expérience a en effet reçu le Prix du premier ministre du Canada pour l’excellence dans l’enseignement des sciences, à la technologie, à l’ingénierie et aux mathématiques ...

Beaurivage remonte au palmarès des écoles secondaires

ÉDUCATION. L’École Beaurivage de Saint-Agapit a repris sa place dans le top cinq régional du Palmarès des écoles secondaires de l’Institut Fraser, publié le 26 octobre. Quant à l’École Pamphile-Le May, elle dégringole du 5e au 12e rang régional. L’École Beaurivage est remontée au palmarès des écoles secondaires. (Crédit photo : Archives)

L’histoire de la Seigneurie de Tilly racontée

PATRIMOINE. La Société du patrimoine de Saint-Antoine-de-Tilly a procédé au lancement, le 1er décembre, d’un ouvrage retraçant l’histoire de l’ancienne Seigneurie de Tilly.

Saint-Apollinaire a payé pour sécuriser l’intersection 273 et rue des Vignes

TRANSPORTS. Afin de sécuriser l’intersection de la route 273 avec la rue des Vignes, la municipalité de Saint-Apollinaire a injecté 800 000 $ pour l’implantation de feux de circulation et d’une piste multifonctionnelle. Une dépense que la municipalité a assumée seule, bien que la route 273 soit sous la responsabilité du ministère des Transports du Québec (MTQ).

La CSDN veut une gouvernance scolaire «durable, positive et bienveillante»

La Commission scolaire des Navigateurs (CSDN) a présenté, le 5 novembre à l’Assemblée nationale, son mémoire portant sur le projet d’abolition des commissions scolaires francophones devant la commission parlementaire de la culture et de l’éducation. L’une des rares commissions scolaires ne s’y opposant pas, la CSDN a alors proposé certaines modifications pour bonifier le projet de loi 40.

Cétal inaugure sa nouvelle usine

SOCIÉTÉ. L’entreprise Cétal de Laurier-Station a inauguré officiellement ses nouveaux locaux de la rue Olivier le 22 novembre dernier. L’édifice érigé au coût de 4,6 M$ a permis à la compagnie de regrouper l’ensemble de ses activités en un seul et même endroit.

Isabelle Charest n’a jamais abandonné

PORTRAIT. La vie de l’Apollinairoise Isabelle Charest a basculé le 8 mai 2003. La voiture dans laquelle elle prenait place a percuté de plein fouet un orignal. Le face à face avec l’animal aurait dû lui coûter la vie. Miraculeusement, elle s’en est sortie. Malgré la douleur et les épreuves qu’elle a traversées et traverse encore, elle s’est reconstruite et n’a jamais baissé les bras. Le 10 décembr...

L’École des Sentiers officiellement inaugurée

ÉDUCATION. La Commission scolaire des Navigateurs (CSDN) a procédé, le 19 novembre dernier, à l’inauguration officielle de l’École des Sentiers de Saint-Apollinaire. La nouvelle école primaire, la deuxième de la municipalité, a été construite au coût de 12,4 M$ et accueille 210 élèves de la maternelle à la cinquième année.

Des ambulances informatisées

SANTÉ. Toutes les ambulances de la Chaudière-Appalaches sont maintenant équipées d’appareils informatiques : cellulaires et tablettes afin d’améliorer le temps de réponse aux appels d’urgence. Cette nouvelle technologie, qui a nécessité un investissement de 850 000 $, a été présentée par le Centre intégré de Santé et de services sociaux (CISSS) de Chaudière-Appalaches, le 4 décembre.

Découvrir la formation professionnelle en s’amusant

ÉDUCATION. 1 600 élèves de toutes les écoles secondaires de la Commission scolaire des Navigateurs (CSDN), principalement de secondaire 1, vivront une expérience hors de l’ordinaire les 4 et 5 décembre prochains aux centres de formation professionnelle (CFP) Gabriel-Rousseau et de Lévis. Dans le cadre de la première édition du Défi des recrues à la CSDN, ces derniers rivaliseront amicalement entre...