Photo : Mélanie Labrecque

ENVIRONNEMENT. Si tout se passe comme prévu, les citoyens de Saint-Antoine-de-Tilly pourraient voir finalement s’achever la saga entourant l’eau potable et le traitement des eaux usées d’ici la fin de la décennie. Dans le cadre de l’initiative Octobre on jase, le conseil municipal a fait le point avec la population le 26 octobre dernier.

La présentation a permis de faire un rappel des démarches faites dans le dossier de l’eau potable. Soulignons que Saint-Antoine-de-Tilly a déjà identifié la source qui alimentera le futur puits. Les projets pour l’eau potable et le traitement des eaux usées ont déjà été acceptés par le Programme d’infrastructure municipale d’eau (PRIMEAU) qui subventionnera de 50 % à 80 % des coûts des travaux, qui avaient été évalués à 23 M$ en 2015.

Par ailleurs, le dossier ne devrait plus prendre de retard. En janvier 2022, à la demande du conseil municipal, la Fédération québécoise des municipalités (FQM) a pris le mandat de l’accompagner dans ses démarches.

«Notre rôle, c’est de faire le suivi des mandats en cours, parler avec les divers intervenants, firmes d’ingénierie, les ministères, préparer les documents d’appels d’offres et offrir une contre-expertise», a expliqué l’ingénieur de la FQM porteur du dossier de Saint-Antoine, Yannick Castel Girard.

Loin de la coupe aux lèvres

Selon des prévisions optimistes de M. Castel Girard, les travaux pourraient commencer en 2025. Cependant, tout dépend de plusieurs facteurs.

Le terrain sur lequel se trouve la source  n’appartient pas à la Municipalité. Avant tout, elle doit, soit l’acquérir, soit s’entendre avec les propriétaires. Ce qui est loin d’être fait. Ces derniers n’ont pas manqué de le rappeler au conseil municipal pendant la rencontre.

Une fois que la Municipalité se sera entendu avec les propriétaires, il y aura des démarches à faire auprès de la Commission de protection du territoire agricole du Québec (CPTAQ) puisque la source est en zone agricole. Cela peut prendre plusieurs mois.

Parallèlement, il y aura la réalisation d’une étude préliminaire pour déterminer ce qu’il y a à faire pour les eaux usées. Les appels d’offres seront lancés après avoir obtenu les autorisations au niveau des débits et charges (débit d’eau et polluants présents dans l’eau). Si le site identifié se trouve en territoire agricole, il y aura une demande qui sera déposée à la CPTAQ et s’il n’appartient pas à la municipalité, il y aura des démarches d’acquisitions à faire. Enfin, il y aura la conception détaillée et la réalisation des plans et devis pour les deux projets avant de lancer les appels d’offres pour la construction.

Est-ce que la municipalité pourrait avancer la réalisation d’un projet ? La réponse du conseil municipal et de M. Castel Girard est non. Les deux doivent être réalisés ensemble puisque la demande de subvention a été faite de façon conjointe. De plus, cette stratégie est adoptée pour éviter de rouvrir les routes deux fois et ne pas engendrer de coûts supplémentaires.

Des travaux nécessaires

 Actuellement, le réseau municipal a atteint sa capacité maximale. Rappelons que les réserves d’eau tombent à des niveaux très faibles en été. Conséquemment, la municipalité doit acheter de l’eau pour subvenir à ses besoins tout en demandant aux citoyens de limiter leur consommation.

Ainsi, le raccordement d’un troisième puits permettra de faire passer la capacité quotidienne de 440 m3 d’eau à 1 419 m3. Un bâtiment neuf sera aménagé près du réservoir actuel pour faciliter le traitement de cette eau.

Parallèlement, la Municipalité doit aussi construire une ou deux usines de traitement des eaux usées pour se conformer au Règlement sur les ouvrages municipaux d’assainissement des eaux usées (ROMAEU). Actuellement, ces eaux sont rejetées dans le fleuve.

Les plus lus

Le versement des 600 $ promis commencera bientôt

SOCIÉTÉ. L’aide financière promise par le gouvernement du Québec pour faire face à l’inflation sera versée aux Québécois d’ici le début du mois de décembre. Revenu Québec a confirmé, le 25 novembre, que la distribution du montant allant de 400 $ à 600 $ commencera sous peu.

Encore un honneur pour Karl Breu et Theres Fuchs

AGRICULTURE. Le 9 novembre dernier, Agropur, a remis le titre de Championne régionale du Club de l’Excellence en matière de qualité du lait à Karl Breu et Theres Fuchs de Lotbinière.

Problèmes sur des passages à niveau : Joly demande au CN de se pencher sur la problématique

SÉCURITÉ. Devant plusieurs plaintes de ses concitoyens, la Municipalité de Saint-Janvier-de-Joly a amorcé des démarches auprès du Canadien National (CN) afin que l’entreprise effectue des travaux correctifs sur des passages à niveau situés sur les terrains de Jolyens.

Saint-Antoine : suivi des progrès dans le dossier de l’eau potable

ENVIRONNEMENT. Si tout se passe comme prévu, les citoyens de Saint-Antoine-de-Tilly pourraient voir finalement s’achever la saga entourant l’eau potable et le traitement des eaux usées d’ici la fin de la décennie. Dans le cadre de l’initiative Octobre on jase, le conseil municipal a fait le point avec la population le 26 octobre dernier.

PREM 2023 : 24 nouveaux médecins de famille en Chaudière-Appalaches 

SANTÉ. C’est en septembre dernier que le ministère de la Santé et des Services sociaux dévoilait les plans régionaux d’effectifs médicaux (PREM) pour la prochaine année. En Chaudière-Appalaches, ce sont 24 nouveaux médecins de famille, dont 16 nouveaux facturants et 8 déjà en pratique, qui viendront prêter main-forte au système de santé régional. 

Investissement Québec fière de son appui à l’économie sociale

ENTREPRENEURIAT COLLECTIF. À l’occasion du mois de novembre, mois de l’économie sociale, Investissement Québec a dressé un bilan positif de son appui aux coopératives et autres entreprises d’économie sociale de Chaudière-Appalaches le 9 novembre.

La nouvelle section de l’École des Sentiers inaugurée

ÉDUCATION. C’est en compagnie des artisans derrière le projet et d’élèves de la nouvelle école primaire de Saint-Apollinaire que représentantes de l’École des Sentiers et du Centre de services scolaire des Navigateurs (CCSDN), la députée de Lotbinière-Frontenac et adjointe parlementaire du ministre de l’Éducation, Isabelle Lecours, et le maire de Saint-Apollinaire, Jonathan Moreau, ont souligné la...

Éclipse totale lunaire tôt demain matin

ASTRONOMIE. Dans la nuit du 7 au 8 novembre, les résidents du Québec pourront voir une éclipse totale de la lune.

Une étudiante de Lotbinière reçoit une bourse de la Fondation Audrey Lehoux

SOCIÉTÉ. Le 29 octobre dernier, la Fondation Audrey Lehoux a procédé à sa 22e remise des bourses de reconnaissance à des diplômés en études agroalimentaires de l'année précédente. Parmi les lauréats de l’une des 33 bourses totalisant 20 000 $, on retrouve une diplômée de Lotbinière.

Nez rouge lance ses opérations dans Lotbinière

COMMUNAUTÉ. L’Opération Nez rouge (ONR) de Lotbinière lance ses activités. Les services de raccompagnements seront offerts à la population de la MRC de Lotbinière les vendredis et samedis soir du 25 novembre au 17 décembre.