(Crédit photo : Mélanie Labrecque)

EMPLOI. Les résultats de la démarche Génération Inclusion à laquelle ont participé huit jeunes de la MRC de Lotbinière ont été publiés cet été. Axé sur les stéréotypes à l’emploi, la recherche-action chapeautée par le Carrefour emploi Lotbinière a démontré que les minorités et les personnes issues de l’immigration étaient confrontées à plusieurs stéréotypes dans le monde du travail.

Un sondage mené cet hiver auprès de 108 personnes a montré que les stéréotypes sexuels, sexistes, racistes, xénophobes et grossophobes sont présents en milieu de travail. Ainsi, 8 personnes immigrantes sur 10, 7 personnes issues des minorités culturelles ou visibles sur 10, 6 personnes vivant avec des limitations physiques, mentales ou neurologiques sur 10 et 5 personnes de la communauté LGBTQ+ sur 10 ont dit avoir vécu de la discrimination en contexte de travail.

Parmi les 108 répondants, 50 ont également fourni un témoignage. «Parmi les faits saillants les plus importants qui en sont ressortis, ce sont l’accent, la maîtrise de la langue et le poids, ce qui nous a surpris», a souligné Cassandra Monjaraz.

Boussa Gouba a été confronté au racisme en milieu de travail, notamment il a fait face à plusieurs commentaires et blagues de mauvais goût sur la couleur de sa peau. «Ça fait partie de mon quotidien. J’ai vécu plusieurs choses à mon ancien boulot. J’ai réagi, j’ai combattu et j’ai eu des résultats. On se demande si on est seul à vivre pareille situation. En partageant nos expériences, on voit aussi ce que les autres vivent.»

«Témoignages bouleversants»

Selon la coordonnatrice en immigration au Carrefour emploi Lotbinière, Judith Riopel, «les témoignages bouleversants» recueillis montrent les multiples visages des stéréotypes.

«Je suis née au Québec. Au travail, on a assumé que je venais d’arriver au pays et que je parlais bien français pour une immigrante», a illustré une répondante. «Je suis originaire du Mexique. Les gens se méfient souvent des Latinos et tiennent pour acquis que nous sommes des voleurs», en a ajouté un autre. «En entrevue, un patron m’a dit que si j’intégrais son entreprise, je pourrais obtenir de l’aide financière pour une chirurgie esthétique. Je suis partie», a poursuivi une troisième répondante.

«Il existe des solutions. Il faut apprendre à connaître les stéréotypes, savoir repérer les micro-agressions, proposer des adaptations, collaborer et travailler ensemble pour favoriser un traitement équitable. Il faut aussi avoir le courage de dénoncer pour que ça ne se répète pas», croit M. Gouba.

Comportements à changer

Ainsi, les jeunes rappellent que les stéréotypes évoqués participent à la normalisation de propos et de comportements discriminatoires. Ils peuvent prendre une apparence «faussement bienveillante» par exemple avec des compliments ou des plaisanteries, ce qui peut constituer une micro-agression.

Les participants reconnaissent que le seuil de tolérance de chacun est différent et voit la manifestation d’une micro-agression dans la répétition. «L’intention derrière le commentaire peut aussi faire une différence. […] Si tu as senti un malaise après une intervention, c’est qu’il y en a sûrement un», a souligné Jonathan Paradis Caron.

«Il faut s’adapter à la personne, certains éléments sont clairs, mais il faut se servir de son jugement et discuter», ajoute Rosie Moreau.

Ils expliquent également que la banalisation de la discrimination produit de la frustration chez les victimes et un sentiment d’impuissance chez les témoins. Ces sentiments donnent l’illusion qu’il n’est pas possible d’agir, ce qui renforce la dynamique discriminatoire.

Présentation des résultats

Les participants de la MRC de Lotbinière au projet Génération Inclusion confirment vouloir poursuivre leur travail de sensibilisation pour, entre autres, «éveiller une conscience sociale.»

«Depuis 15 ans, il y a un monde de différence, a constaté Judith Riopel, on voit l’évolution de cette ouverture. On y arrivera une personne à la fois.»

Dans cette optique, la démarche a été présentée à des élus, notamment au préfet de la MRC de Lotbinière, Normand Côté. «Nous avons été agréablement surpris. Il est super ouvert et veut s’impliquer», s’est réjouie Cassandra Monjaz.

Génération Inclusion est un projet chapeauté par Oxfam Québec. Des jeunes de la MRC de Lotbinière et de Montréal participent à cette initiative supervisée par les Carrefour emploi Lotbinière et Carrefour Jeunesse Emploi Bourassa-Sauvé de Montréal-Nord.

Les deux groupes de jeunes se sont récemment rencontrés, a indiqué Mme Riopel et travailleront prochainement à la création d’outils visuels de sensibilisation pour les entreprises.

 

 

Les plus lus

L’épopée du manoir de Tilly dans un livre

PATRIMOINE. Après plusieurs mois de recherche, Jean-Louis Lessard et Jean-Yves Dionne, deux membres de la Société du patrimoine de Saint-Antoine-de-Tilly, ont récemment accouché de leur nouvel ouvrage, Le Manoir de Tilly. Avec ce livre, les deux Antoniens veulent faire redécouvrir le bâtiment vieux de 235 ans et les personnes qui ont animé l’imposant édifice au cours de son histoire.

Le Jardin Norah et Romy inauguré

C’est dans la cour arrière de l’organisme Deuil-Jeunesse de Québec qu’a été inauguré le jardin commémoratif de Norah et Romy Carpentier, le 6 octobre dernier. À l’image des intérêts des deux fillettes lévisiennes décédées à l’été 2020, le jardin sera un lieu d’intervention et réconfortant pour la clientèle endeuillée de Deuil-Jeunesse.

Saint-Agapit reçoit près de 10 000 $ des Lions pour sa politique de l’arbre

ENVIRONNEMENT. Saint-Agapit a obtenu un important coup de pouce de la part des clubs Lions. L’organisation a investi 9 500 $ pour la plantation de 100 arbres sur le territoire de la municipalité l’an prochain. Avec une contribution de la Municipalité de 3 500 $, ce sont donc 13 000 $ qui seront consacrés à ce projet d’envergure.

COVID-19 : la Santé publique régionale tire la sonnette d'alarme

SANTÉ. Par voie de communiqué, la Direction régionale de santé publique du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a partagé son inquiétude face à la détérioration de la situation épidémiologique de la région.

Bris de service à prévoir à l’APHL

SOCIÉTÉ. La pénurie de main-d’œuvre affecte durement l’Association des personnes handicapées de Lotbinière (APHL). Une démission imprévue plonge l’organisation dans une fâcheuse situation où elle est forcée d’interrompre certains de ses services et pourrait en arrêter d’autres dans un proche avenir.

Importante hausse des nouveaux cas de COVID-19 en Chaudière-Appalaches

SANTÉ. Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a notamment rapporté une importante hausse du nombre de nouveaux cas de COVID-19, dans son bilan régional sur l'évolution de la pandémie publié mardi. La majorité des nouvelles infections ont été découvertes en Beauce.

COVID-19 : légère augmentation des hospitalisations dans la région

SANTÉ. Dans son plus récent bilan régional sur l'évolution de la pandémie, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a annoncé jeudi que de nouvelles personnes ont dû être hospitalisées dans la région en raison de la COVID-19.

Santé : l'urgence de l'Hôtel-Dieu de Lévis à éviter, la situation épidémiologique encore stable

SANTÉ. Si la situation épidémiologique de la Chaudière-Appalaches n'a pas trop changé, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a lancé un appel aux citoyens, dans son bilan régional publié mercredi. L'organisation demande en effet aux gens de la région d'éviter l'urgence de l'Hôtel-Dieu de Lévis si leur état de santé ne nécessite pas une intervention ur...

COVID-19 : nouvelle augmentation des hospitalisations dans la région

SANTÉ. Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a constaté au cours de la fin de semaine une augmentation du nombre de personnes hospitalisées dans la région en raison de la COVID-19. C'est notamment ce qu'on peut apprendre dans le plus récent bilan régional sur l'évolution de la pandémie préparé par l'organisme.

Faire le point sur l’offre alimentaire

SOCIÉTÉ. Le Centre-Femmes de Lotbinière veut faire le point sur les habitudes de consommation alimentaire des citoyens de la région. Pour y arriver, l’organisation veut, entre autres, consulter la population de la MRC de Lotbinière par le biais d’un sondage mis en ligne sur son site Internet et accessible jusqu’au 23 octobre.