Natacha Genest, Pascal Caron et Martin Simon. (Crédit photo : Mélanie Labrecque)

SÉCURITÉ. Le service de sécurité incendie de Saint-Antoine-de-Tilly a dorénavant tous les équipements requis pour intervenir lors de situations d’urgence qui se dérouleraient dans un contexte difficile. Récemment, la municipalité a fait l’acquisition d’une unité de sauvetage hors route.

Ainsi, le service est maintenant doté d’un véhicule tout terrain qui peut être utilisé en été et en hiver, d’un traîneau d’évacuation, une civière-panier, une planche dorsale, tout le matériel nécessaire aux premiers répondants et une remorque pour transporter le tout. L’investissement de plus de 17 000 $ permettra au service d’être autonome pour au moins 15 ans.

La municipalité a décidé de se procurer ces équipements à la suite d’un accident de motoneige survenu en 2017, alors qu’un homme avait perdu la vie dans l’un des sentiers qui se trouve sur le territoire. Avant ces acquisitions, selon le secteur du village où l’accident se produisait, les pompiers devaient faire appel à Sainte-Croix ou Saint-Apollinaire qui ont ces équipements de sauvetage.

«Lorsque le coroner a remis son rapport deux ans et demi plus tard, il était indiqué, dans les recommandations, que Saint-Antoine-de-Tilly soit équipée de matériel pour faire du sauvetage hors route, ce que nous n’avions pas [à l’époque]. J’ai fait la demande au conseil municipal et dans les années qui ont suivi, on a pu faire l’achat du matériel dont on avait besoin», a souligné le directeur du Service de sécurité incendie de Saint-Antoine-de-Tilly, Martin Simon.

Premiers répondants

Les pompiers de Saint-Antoine-de-Tilly n’éteignent pas uniquement des incendies, ils agissent également à titre de premiers répondants. C’est-à-dire qu’ils peuvent intervenir dans des situations urgentes autres que les incendies, notamment en menant des opérations de sauvetage dans les bois ou les sentiers de motoneige par exemple.

«Nous sommes considérés comme premiers répondants de niveau trois, le niveau le plus élevé. Nous sommes formés pour aller chercher une victime, la mettre sur une planche dorsale et l’amener directement aux ambulanciers», a précisé M. Simon.

Les secteurs inaccessibles avec un véhicule sont nombreux à Saint-Antoine-de-Tilly rappelle-t-il. «Ça peut être sur la grève au bord du fleuve ou sur le cap. Nous avons beaucoup de sentiers, de bois et de pistes de motoneige. Ce sont beaucoup d’endroits où les gens peuvent aller et où ni nous ni les ambulanciers n’étions équipés pour intervenir.»

Par ailleurs, en cas de besoin, le service de sécurité incendie de Saint-Antoine-de-Tilly pourra également apporter son aide aux services des municipalités limitrophes : Sainte-Croix, Saint-Apollinaire et même Lévis (quartier Saint-Nicolas).

Un décès évitable

Le 11 mars 2017, Jean-Louis Picard a perdu la vie à la suite d’un accident de motoneige survenu à Saint-Antoine-de-Tilly. Dans son rapport, le coroner Pierre Guillemette avait expliqué que le décès était évitable et lié à une combinaison de plusieurs facteurs et événements.

Parmi ceux évoqués, on retrouve notamment l’important délai entre l’accident et l’appel au 911, la répartition de l’appel par la centrale et l’arrivée sur les lieux du service de sécurité incendie de Saint-Apollinaire, qui possédait les équipements d’évacuation nécessaires.

«[…] Dix-huit minutes ont ensuite été perdues entre la réception de l’alerte par le SI de Saint-Antoine-de-Tilly, qui n’avait pas de VTT ni de traîneau, et celui de Saint-Apollinaire. Or, si le SI de Saint-Apollinaire est à une plus grande distance du lieu de l’accident que celui de Saint-Antoine-de-Tilly (5,6 km versus 2,7 km). Pour toutes ces raisons, il aurait été avisé que le SI de Saint-Antoine-de-Tilly ait eu l’équipement requis pour faire face à cette situation particulière, notamment lorsqu’il y a des secours à prodiguer hors route», peut-on lire dans le rapport dont la seule recommandation est la mise à niveau des équipements du service de sécurité incendie de Saint-Antoine-de-Tilly afin d’évacuer rapidement une victime en situation de sauvetage hors route.

 

 

 

Les plus lus

Saint-Antoine-de-Tilly mieux équipée pour faire face aux urgences

SÉCURITÉ. Le service de sécurité incendie de Saint-Antoine-de-Tilly a dorénavant tous les équipements requis pour intervenir lors de situations d’urgence qui se dérouleraient dans un contexte difficile. Récemment, la municipalité a fait l’acquisition d’une unité de sauvetage hors route.

La route 271 à Laurier-Station fermée à la circulation demain soir

TRANSPORT. Le Canadien National (CN) procédera à des travaux au passage à niveau situé près de la rue de la Gare, à Laurier-Station le 6 mai.

La semaine policière en bref

FAITS DIVERS. Le Centre de services de Pont-Rouge de la Sûreté du Québec a publié un bilan des activités et opérations qui se sont tenues sur son territoire qui comprend la MRC de Lotbinière. Voici ce qui a retenu l’attention des agents de la paix pour la période se terminant le 14 avril.

Poursuite policière de Saint-Croix à Sorel-Tracy

FAITS DIVERS. Ce qui a commencé comme un simple vol de camionnette à Sainte-Croix hier après-midi, s’est soldé en une poursuite policière qui s’est conclue à Sorel-Tracy, 150 km plus loin.

La semaine policière en bref

FAITS DIVERS. Le Centre de services de Pont-Rouge de la Sûreté du Québec a publié un bilan des activités et opérations qui se sont tenues sur son territoire qui comprend la MRC de Lotbinière. Voici ce qui a retenu l’attention des agents de la paix pour la période se terminant le 21 avril.

La semaine policière en bref

FAITS DIVERS. Le Centre de services de Pont-Rouge de la Sûreté du Québec a publié un bilan des activités et opérations qui se sont tenues sur son territoire qui comprend la MRC de Lotbinière. Voici ce qui a retenu l’attention des agents de la paix pour la période se terminant le 28 avril.

Travaux d’asphaltage à venir sur la route 271

TRANSPORTS. Le ministère des Transports procèdera, jusqu’au 2 juin, à des travaux s’asphaltage sur la route 271, entre Laurier-Station et Issoudun.