Crédit photo : Josyanne Prescott

AGROALIMENTAIRE. Lors d’un point de presse tenu le 6 août dernier, l’animatrice et productrice France Beaudoin était en visite dans sa région natale, la Chaudière-Appalaches, puisqu’elle est ambassadrice du mouvement Mangeons local plus que jamais! Lors de cette journée, elle est allée à la rencontre des producteurs agricoles d’ici en parcourant l’un des circuits proposés par l’application Mangeons local.

Par Josyanne Prescott – Collaboration spéciale

«Mieux vaut un bleuet directement cueilli dans le champ que celui qui a mûri dans le camion en s’en venant», souligne l’ambassadrice. Cette dernière a visité, entre autres, la ferme Rustique, de Sainte-Croix et les Bleuets du Vire-Crêpe ainsi que la ferme Phylum, à Lévis.

L’Union des producteurs agricoles (UPA) a lancé en 2020 une application pour suivre le mouvement Mangeons local plus que jamais!. L’application permet de trouver des points de vente et des restaurants qui offrent des aliments du Québec en plus de proposer des circuits thématiques. Depuis, l’application a été bonifiée avec l’ajout de nombreux points de vente et de nouvelles fonctionnalités.

Rappelons que ce sont 5 800 entreprises agricoles, toutes productions confondues, qui offrent des aliments aux Québécois. Depuis la mise en ligne de l’application, ce sont près de 30 000 consommateurs qui l’ont téléchargée. Jusqu’à présent, ce sont 1 200 points de vente qui proposent des aliments québécois.

Les nouvelles fonctionnalités ont pour objectif de faciliter la tâche aux citoyens et citoyennes qui souhaitent s’alimenter en produits québécois. Entre autres, en «géolocalisant les restaurants certifiés Aliments du Québec et en offrant des circuits gourmands personnalisés.» En plus, de proposer un «programme de fidélité qui pousse plus loin la solidarité des consommateurs en les récompensant d’acheter des aliments d’ici», explique le député de Beauce-Nord, Luc Provençal.

«L’idée, à l’UPA, était d’aider à court terme les producteurs en mauvaise posture en raison de la pandémie. On a alors lancé un appel aux citoyens avec l’application Mangeons local. Par les ventes en ligne, on a amené les consommateurs à continuer de s’approvisionner à ces fermes-là pour qu’ils puissent continuer leurs opérations et être encore là après la pandémie», ajoute Marcel Groleau, président-directeur général de l'Union des producteurs agricoles du Québec (UPA).

«Mes enfants peuvent coller des noms sur les produits: les framboises de Simone, le lait d’Annie et son conjoint. Il y a parfois une vision romantique et bucolique de rester à la ferme, mais ça comporte énormément de travail. Toute cette philosophie pour nous nourrir, mais le faire de façon créative et bienveillante», conclut France Beaudoin.

Les plus lus

Un chantier de 10 M$ à Laurier-Station

ÉCONOMIE. D’ici les quatre prochaines années, 10 édifices à logements seront érigés sur la rue Talbot, à Laurier-Station. Les promoteurs du projet, Mélanie Picard et Kenny Therriault, investiront au moins 10 M$ pour mener à terme ce projet dont la pelletée de terre officielle marquant le début des travaux a eu lieu le 21 septembre.

Les usines Laflamme Portes et fenêtres vendues

TRANSACTION. Par voie de communiqué, Fenplast a annoncé, le 7 septembre, qu’elle a acquis les actifs résiduels du Groupe Atis, dont les ex-usines de Laflamme Portes et fenêtres de Saint-Apollinaire.

Une distinction de plus pour la Fromagerie Bergeron

ÉCONOMIE. Trois fromages de la Fromagerie Bergeron se sont distingués sur la scène internationale. Ils ont été décorés lors de plus récente édition du Superior Taste Award tenu par l’International Taste Institute à Bruxelles.

Croissance importante pour Nahak

AFFAIRES. L’augmentation des adoptions de chiens et la popularité des activités de plein air ont été favorables à l’entreprise Nahak de Laurier-Station. Au cours de la dernière année, l’entreprise spécialisée dans la fabrication d’équipements sportifs pour chien a vu son chiffre d’affaires doubler et ses ventes en ligne augmenter de façon fulgurante.

Grève chez Colabor

DISTRIBUTION ALIMENTAIRE. Les travailleurs de l’entrepôt de Saint-Nicolas du distributeur alimentaire Colabor sont en grève cette semaine pour la première fois de leur histoire. Avec ce moyen de pression, les membres du syndicat affilié à la CSN veulent obtenir des gains salariaux.

Femmessor devient Evol

DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE. Femmessor a procédé au dévoilement de son nouveau nom et de sa nouvelle identité de marque, le 15 septembre. L’organisation qui œuvre en entrepreneuriat s’appellera désormais Evol.

La CNESST dévoile son nouveau programme éducatif

PRÉVENTION. La Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) a dévoilé, le 13 septembre, un nouveau programme éducatif qui s’adresse à tous les élèves du primaire et du secondaire : Kinga, prévention jeunesse.

Un fonds plus généreux

TRANSITION ÉCOLOGIQUE. Dans le but de soutenir plus d’entreprises québécoises dans l’implantation de pratiques d’affaires écoresponsables et de technologies propres alors que l’économie québécoise est relancée, le Fonds Écoleader a annoncé, le 14 septembre, une révision de son programme de financement.

Fin du conflit de travail à la Coopérative funéraire des Deux Rives

SOCIÉTÉ. Le conflit de travail à la Coopérative funéraire des Deux Rives est terminé. Les 110 employés ont voté, le 4 octobre, dans une proportion de 88 % en faveur l’entente de principe qui compte, entre autres, d’importantes augmentations de salaire et une amélioration considérable des conditions de travail.