Le président-directeur général de Pro-Fab, Martin Roy. (Crédit photo : Courtoisie)

ÉCONOMIE. Le Fonds québécois d’investissement privé, Kairos Capital Management a confirmé, le 23 juin dernier, l’acquisition de Groupe Pro-Fab. Depuis 10 ans, l’entreprise dont le siège social se trouve à Saint-Apollinaire était dans le giron de l’américain Wynnchurch Capital, un autre fonds d’investissement privé.

D’entrée de jeu, le président-directeur général de Pro-Fab, Martin Roy, a assuré le maintien du siège social de l’entreprise à Saint-Apollinaire et des activités à l’usine de Vallée-Jonction. D’ailleurs, l’équipe de direction actuelle demeure en poste. De plus, Martin Roy et le chef de la direction financière, Martin Boulet, deviennent actionnaires de la société.

Cette transaction permettra à Pro-Fab de poursuivre sa croissance, a enchaîné M. Roy. «Aussi, ça nous permet de conserver des emplois au Québec, d’en ajouter au fil du temps. Nous avons un plan de croissance assez soutenu qu’on déploie depuis plusieurs années et qu’on veut continuer à déployer dans les suivantes. Donc, ce n’est que du positif pour la région : des emplois maintenus et possiblement plus en fonction de notre carnet de commandes.»

Ce nouvel actionnaire supportera l’entreprise dans ses activités actuelle, mais aussi dans ses projets d’expansion. «Kairos Capital a l'intention de fournir l’accompagnement stratégique et les ressources financières à long terme nécessaires pour consolider le marché modulaire, un marché en pleine croissance et très fragmenté, au Canada», a noté Marc Desmarais, associé principal chez Kairos.

Une bonne année malgré le contexte économique

Depuis plus d'un an, le marché immobilier connaît une croissance importante et l’entreprise a su profiter de cette effervescence. «Par rapport à un contexte normal, c’est une très bonne année. Il y a un engouement pour la maison unifamiliale depuis le début de la pandémie. Si l’on compare aux années passées, on voit plus de mises en chantier au niveau de la province. Cela dit, la pandémie amène son lot de problématique d’approvisionnement, mais c’est une année très active en termes de volume», a expliqué M. Roy.

La hausse du prix des matériaux de construction ne devrait pas trop affecter l’entreprise. La chaîne d’approvisionnement, l’équipe, mais aussi le fait d’avoir fait plusieurs achats à l’avance permettent de limiter les impacts souligne-t-il.

Quant à l’avenir, M. Roy prévoit une stabilisation du marché d’ici quelques années. L’entreprise qui se spécialise dans la fabrication de maisons unifamiliales a diversifié ses activités. Depuis 2 ans, elle réalise des projets commerciaux, institutionnels et multilogements. «Notre prétention, c’est que ça nous aidera à affronter les réajustements du marché qui surviendront.»

 

 

 

Les plus lus

Pénurie de main-d’œuvre : la TREMCA revient à la charge

ÉCONOMIE. La Table régionale des élus de Chaudière-Appalaches (TREMCA) a rencontré, le 14 septembre, les candidats de quatre des cinq principaux partis politiques de la Chaudière-Appalaches. Ils les ont sensibilisés à l’importance d’adopter des mesures tangibles pour assurer la pérennité de l’économie et contrer la pénurie de main-d’œuvre.