C’est la fille de Jessika Boucher-Pelletier qui a été la source d’inspiration pour l’entreprise Belle et Caramel. (Crédit photo : Courtoisie)

ÉCONOMIE. En tant que maman d’une enfant avec des intolérances alimentaires, passionnée de cuisine et professionnelle de la santé, il n’était pas évident pour Jessika Pelletier-Boucher de voir sa fille être privée des plaisirs de la table. C’est pour cette raison qu’en 2019, l’Apollinairoise a décidé de prendre le taureau par les cornes et de développer elle-même un produit qui pourrait satisfaire la dent sucrée de sa fille, mais aussi celle de tous ceux qui vivent avec des contraintes alimentaires.

«Je me suis rendu compte qu’il n’y avait à peu près pas de bons produits qui respectaient les différentes restrictions alimentaires; surtout dans le sans gluten. Il y avait beaucoup de gens, des proches ou des patients, qui vivaient avec des restrictions, peu importe lesquelles. Ce n’est pas évident le phénomène d’isolement alimentaire parce qu’il a énormément d’impact sur la vie sociale», a expliqué Mme Pelletier-Boucher.

C’est ce raisonnement qui est à l’origine de la création de son entreprise Belle et Caramel et qui l’a menée vers le processus de recherche et développement d’une pâte à biscuits sans gluten, sans allergènes, végétalienne, qui se déguste autant crue que cuite, qui est légère et donne des biscuits qui plairont à tous.

La création de ce produit n’a pas été un long fleuve tranquille. Elle travaillait et consacrait ses temps libres à son projet. Elle s’est associée avec une agrochimiste afin que son produit respecte les normes de l’Agence canadienne d’inspection des aliments et du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation. Le développement a pris plus d’un an et a même obligé Jessika à mettre au point son propre mélange de farine sans gluten.

«Ce n’est pas une mince chose de développer un produit qui est bon avec les caractéristiques qu’on voulait atteindre [celles d’un biscuit avec gluten]. On en a jeté de la pâte à biscuit et dépensé de l’argent. […] Avec les produits sans gluten, il faut souvent choisir entre une texture moelleuse ou croustillante. La combinaison des deux est pratiquement introuvable.»

Persévérance

C’est sa fille, sa «goûteuse en chef», qui lui a donné le courage de persévérer dans les temps plus difficiles. «Le parcours a été extrêmement cahoteux avec de gros hauts et de gros bas. On est dans l’innovation, sans compétiteurs directs. […] On est un petit joueur qui essaie de s’immiscer dans un marché qui n’est pas pris ou négligé. Il a fallu convaincre beaucoup de gens.»

La COVID-19 s’est ajoutée au nombre des obstacles rencontrés. Son fonds de roulement a été affecté tout comme le processus d’acquisition des emballages. Elle souhaitait offrir le produit dans un emballage biodégradable ou fait de produits recyclés, mais le contexte sanitaire actuel ne lui permettait pas de le faire. Après plusieurs mois de recherche, elle a opté pour un emballage fait de plastique recyclable.

Des projets d’avenir

Actuellement, la production se déroule à petite échelle dans une pièce «dédiée et isolée afin de prévenir la contamination». D’ici quelques semaines, elle devrait se transporter dans des locaux plus adaptés qui lui permettront de faire grandir son projet et de répondre à la demande.

De nouvelles saveurs devraient s’ajouter dans les semaines à venir et d’autres produits sont en développement. «Nous sommes une entreprise qui développe et vend des desserts végétaliens et c’est ce que nous ferons toujours. Notre spécialité est de répondre aux restrictions alimentaires avec un produit décadent qui plait à tout le monde tout en étant écoresponsable.»

L’entreprise est actuellement présente dans 11 points de vente et Jessika est satisfaite de la réponse des consommateurs, même si le produit s’adresse à une clientèle spécifique.

 

 

 

 

 

Les plus lus

Deux offensives virtuelles pour l’emploi menées de front

ÉCONOMIE. Afin d’aider les entreprises de la région à trouver des employés, le comité main-d’œuvre de la MRC de Lotbinière mènera de front deux offensives destinées à la population et aux étudiants. L’Opération emplois étudiants Lotbinière et L’Offensive emploi Lotbinière auront lieu du 22 février au 14 mars.

Entreprise en croissance malgré la pandémie

ÉCONOMIE. Depuis un an, la pandémie de COVID-19 en fait voir de toutes les couleurs aux entrepreneurs québécois. Dans ce contexte, lancer une nouvelle entreprise peut représenter un frein pour certains et un important défi pour d’autres. Jimmy Trépanier de Saint-Flavien s’est lancé dans cette aventure au printemps dernier et la petite entreprise qui comptait au départ quelques clients dans la MRC ...

Plateforme pour l’innovation agroalimentaire

ALIMENTATION. L’incubateur d’entreprises alimentaires Mycélium a conclu un partenariat avec la Table agroalimentaire de Chaudière-Appalaches (TACA). La prochaine cohorte soutenue par l’incubateur sera composée uniquement d’entrepreneurs de la Chaudière-Appalaches. Les deux organisations ont lancé un appel de candidatures en ce sens le 15 février.

Baisse des excédents avant ristournes de 6,9 % pour Desjardins

CAISSES. Le Mouvement Desjardins a dévoilé les résultats de son exercice financier annuel pour l’année 2020, le 24 février dernier. La coopérative financière lévisienne a notamment enregistré des excédents avant ristournes aux membres de 2,42 G$, une baisse de 6,9 % comparativement à l’exercice financier de 2019.

Aide à la relance des entreprises à propriété féminine

ÉCONOMIE. Le gouvernement du Québec a confirmé, le 16 février dernier, une aide de 1,2 M$ au Réseau des Femmes d’affaires du Québec (RAFQ). L’argent permettra l’accélération de la relance des entreprises à propriété féminine par l’accès à de nouveaux marchés.

Nouveau directeur général à la TRESCA

COMMUNAUTÉ. La Table régionale d’économie sociale de Chaudière-Appalaches (TRESCA) a confirmé, le 16 février, l’arrivée en poste d’un nouveau directeur général. Loïc Lance est entré en fonction le 15 février et il succède à Céline Bernier qui a occupé le poste au cours des 10 dernières années.