(Crédit photo : Courtoisie)

TOURISME. C’est sous le signe de la pandémie de COVID-19 que la Route des alcools d’ici pris le départ sa deuxième saison au printemps dernier. Malgré l’annulation de plusieurs activités, les producteurs d’alcool de la MRC de Lotbinière ont su tirer leur épingle du jeu et attirer plusieurs visiteurs dans la région.

«Nous avons senti une grosse vague d’amour !», a résumé le porte-parole de la Route des alcools d’ici et copropriétaire de la microbrasserie la Boîte à Malt, Steve Castonguay. Les visiteurs ont été au rendez-vous autant chez lui que chez les autres producteurs.

«Nous avons constaté qu’après le confinement, les gens avaient besoin de sortir et de socialiser. Ils ont voulu visiter les producteurs et voir ce qui se faisait localement», a-t-il spécifié.

Par ailleurs, en raison des règles sanitaires en vigueur, plusieurs activités qui devaient avoir lieu cet été ont été annulées. Toutefois, un allègement de ces mesures a permis la tenue des portes ouvertes au début du mois de septembre, mais dans une formule modeste. Trois producteurs : Oxymore microbrasserie, la Vallée Bleue - Distillerie et le Domaine Small ont accueilli des visiteurs. «Ils ont mentionné que ç’a été un succès de leur côté. C’est assurément quelque chose qui va revenir l’année prochaine», a précisé M. Castonguay.

Le groupe devrait discuter au début de la prochaine année des plans pour construire une programmation qui se fera dans le respect des normes sanitaires pour la saison estivale à venir. «Nous aimons tous faire découvrir nos installations. C’est un contact direct qu’on a avec les gens et nous pouvons leur expliquer comment les produits sont fabriqués. […] Chaque année, il y a de nouveaux producteurs. Il y aura de plus en plus de joueurs qui vont venir agrémenter cette route et ce sera de plus en plus agréable d’en faire le tour», a résumé M. Castonguay.

Un automne difficile

Le passage en zone rouge, le 1er octobre dernier, a forcé, entre autres, les restaurateurs et les tenanciers de bars à fermer. Il s’agit de la seconde fermeture prolongée imposée en quelques mois pour ces entrepreneurs.

«C’est décourageant, a confié Steve Castonguay, nous ne savons pas pour combien de temps nous serons fermés. Le gouvernement parle de janvier, mais on se doute bien que ce ne sera pas aussi simple. On va attendre les directives, mais ça fait mal.»

Steve Castonguay et son partenaire d’affaires, René Bilodeau, ont dû fermer temporairement leur salon de dégustation de Saint-Flavien et leur restaurant du secteur Saint-Nicolas, à Lévis, pour respecter les directives gouvernementales.

«On manque la période des Fêtes autant au salon qu’au restaurant. On avait plusieurs partys de bureau. Généralement, c’est une belle période dans l’année. En ce moment, ce n’est pas le fun.»

Cependant, sur une note plus positive M. Castonguay, souligne que la clientèle s’est présentée en grand nombre à la boutique adjacente au salon de dégustation. «Les gens venaient nous voir à la boutique. Cela nous a permis de compenser les ventes qu’on n’a pas pu faire au salon de dégustation.»

Rappelons que les bars et restaurants doivent demeurer fermer au moins jusqu’au 11 janvier.

 

 

Les plus lus

Le développement économique avance malgré le climat d’incertitude

ÉCONOMIE. La COVID-19 a occupé pratiquement à temps plein le tout nouveau département de développement économique de la MRC de Lotbinière en 2020. Les impacts de la pandémie se feront toujours sentir en 2021, mais la jeune organisation prévoit également innover afin de soutenir les entrepreneurs de la région.

Revenu Québec maintient certaines mesures d’aide

SOCIÉTÉ. Revenu Québec a fait connaître, le 13 janvier, une série de mesures visant à alléger le fardeau des contribuables pendant cette seconde période de confinement.

Projet d’affaires inspiré par sa fille

ÉCONOMIE. En tant que maman d’une enfant avec des intolérances alimentaires, passionnée de cuisine et professionnelle de la santé, il n’était pas évident pour Jessika Pelletier-Boucher de voir sa fille être privée des plaisirs de la table. C’est pour cette raison qu’en 2019, l’Apollinairoise a décidé de prendre le taureau par les cornes et de développer elle-même un produit qui pourrait satisfaire...