(Crédit photo: Archives)

SOCIÉTÉ. La COVID-19 a mis à mal l’industrie des camps de vacances certifiés. Forcés de garder leurs portes fermées cet été en raison des mesures sanitaires, plusieurs se retrouvent au pied du mur et pourraient être contraints de fermer leurs portes de manière définitive dans un proche avenir. Aujourd’hui, ils lancent un cri du cœur à la ministre déléguée à l’Éducation, Isabelle Charest, en demandant la création d’un fonds d’urgence qui les aiderait à payer 75 % de leurs frais fixes.

Le seul camp de vacances certifié de la MRC, la Ferme pédagogique Marichel de Sainte-Agathe-de-Lotbinière, se trouve aussi dans cette zone critique. La petite entreprise a perdu 99 % de ses revenus pour l’année financière en cours. «Existe-t-il beaucoup d’entreprises qui sont capables de ne pas avoir de revenu pendant un an et de survivre sans aide? Poser la question c’est y répondre», se questionne la coordonnatrice, Alexandra Gendreau-Martineau. Tous les mois, l’entreprise doit s’acquitter, entre autres, de ses factures d’électricité et d’assurance ainsi que la réalisation régulière de tests de qualité de l’eau.

Chaque été, la Ferme ouvre ses portes à 35 enfants par semaine dans ses installations. S’ajoutent des groupes scolaires au printemps et en automne. Cette année, la ferme a accueilli quelques familles seulement en six demi-journées d’activité. «Ça n’avait rien à voir avec notre achalandage habituel qui est tous les jours 24 heures sur 24, du 24 juin au 24 août.» Quant aux groupes scolaires, rappelle-t-elle, ils n’ont eu d’autres choix que d’annuler leur visite.

Sans aide du gouvernement, et si la situation demeure la même l’été prochain, des «décisions déchirantes» devront être prises, affirme la coordonnatrice. Les camps interpellent le gouvernement et la ministre Charest et souhaitent obtenir le même traitement que celui accordé aux bars, restaurants et salles de spectacles. «On ne veut pas juste de l’aide pour nous adapter. On est fermé et nous avons un manque à gagner qui est impossible à récupérer. Le 75 % qui est demandé, c’est pour nous permettre d’exister», a affirmé Mme Gendreau Martineau.

La Ferme pédagogique Marichel permet aux jeunes d’avoir un contact privilégié avec la nature et les activités de la ferme. Même si la clientèle provient de tout le Québec, elle accueille en majorité des enfants de la région. Près de 45 % des groupes scolaires accueillis sont de Chaudière-Appalaches et de 22 à 23 % des campeurs sont originaires de Lévis et de la MRC de Lotbinière.

Malgré tous ces obstacles, la jeune femme garde espoir dans l’avenir de l’entreprise fondée par ses parents et demande seulement au gouvernement d’avoir la chance de démontrer qu’ils sont eux aussi en mesure d’offrir un service en respectant les règles sanitaires.

Soutien municipal

La petite entreprise a déjà fait des démarches de sensibilisation auprès des élus des différents paliers : municipal, provincial et fédéral. La municipalité de Sainte-Agathe-de-Lotbinière a confirmé qu’elle soutenait le camp de vacances dans ses démarches.

Lors de la séance du 13 octobre, le conseil municipal a demandé au gouvernement de répondre favorablement aux demandes puisque ces institutions, dont la Ferme pédagogique Marichel, ont un rôle important à jouer dans les communautés.

«C’est une entreprise qui existe depuis 25 ans et qui a vu le jour grâce aux gens du milieu. C’est la même famille, 25 ans plus tard, qui en a encore les rênes. Le camp allie nature, économie, agriculture, nourriture et culture. C’est une entreprise qui répond à des besoins familiaux. C’est un service qui sort de l’ordinaire», a expliqué le maire de Sainte-Agathe, Gilbert Breton. Ce dernier rappelle que, bon an, mal an, depuis 25 ans, ce sont environ 1 500 jeunes qui fréquentent la Ferme pédagogique Marichel.

Fermés complètement depuis le mois de mars, les camps de vacances du Québec sont privés de leur principale source de revenus et doivent malgré tout composer avec des frais fixes d’opération importants. Dans certains cas, la facture peut dépasser 300 000 $.

 

 

 

 

 

 

 

 

Les plus lus

Près de 3 M$ pour Bois de plancher PG

ÉCONOMIE. L’entreprise Bois de plancher PG a reçu la confirmation d’une aide financière de près de 3 M$ de la part du gouvernement du Québec. Les sommes annoncéees le 24 novembre permettront à l’entreprise de Saint-Édouard-de-Lotbinière d’améliorer ses processus de fabrication.

Une nouvelle directrice générale à la SADC de Lotbinière

ÉCONOMIE. La Société d’aide au développement de la collectivité (SADC) de Lotbinière a confirmé la nomination de sa nouvelle directrice générale. Laurence Montreuil est entrée en fonction le 16 novembre et succède à Sylvie Drolet qui a occupé le poste pendant les 11 dernières années.

Covris Coopérative lance ses opérations

AGRICULTURE. Les agriculteurs de l’ouest de la MRC de Lotbinière seront dorénavant desservis par une toute nouvelle coopérative. Covris Coopérative, dont le siège social est situé à Baie-du-Febvre, est en activité depuis le 1er novembre et est née de la fusion de la Coop Covilac et de la Coop de Parisville.

Des outils pour accompagner les agricultrices

ÉCONOMIE. Les agricultrices et aspirantes agricultrices bénéficient maintenant d’une nouvelle plateforme qui leur permettra d’avoir accès aux outils et services auxquels elles ont droit. La plateforme Dimension E des Agricultrices du Québec a été lancée le 23 octobre dernier, devant 150 personnes.

Un programme fort populaire chez les entrepreneurs

ÉCONOMIE. C’est lors d’une conférence de presse virtuelle que les dirigeants des Sociétés d’aide au développement des collectivités (SADC) et des Centres d’aide aux entreprises (CAE) de la Capitale-Nationale et de la Chaudière-Appalaches ont dressé le bilan de la première phase d’implantation dans la région du Fonds d’aide et de relance régionale – Programme de développement des collectivités (FAR...

Alexandre Boucher-Doddridge parmi les jeunes personnalités d’affaires de la JCCQ

ÉCONOMIE. Le 25 février prochain, lors du 29e gala Jeune personnalité d’affaires Banque Nationale, la Jeune chambre de commerce de Québec (JCCQ) honorera huit personnalités d’affaires qui se sont distinguées dans différents secteurs de l’économie. Parmi eux, on compte Alexandre Boucher-Doddridge de l’entreprise HerbiaEra de Saint-Antoine-de-Tilly.

L’appel de Meubles South Shore donne des résultats

ÉCONOMIE. Dans la foulée de l’appel fait aux entreprises en mai dernier, Meubles South Shore a lancé, le 23 novembre, une toute nouvelle plateforme transactionnelle. La Vitrine locale rassemble différentes entreprises canadiennes qui vendent des produits complémentaires au mobilier et au décor.